1. Accueil
  2. Rechercher

Posted on 25th Jun, 2019 in GR Balades et randos

PRINTEMPS 68 ! Je ne vais pas vous narrer la « révolution de Mai » mais ma première rencontre avec …. Le Salagou ! Il était un temps où le Salagou n’était pas un lac mais un petit ruisseau. Jeune étudiant en géologie , parti à la découverte du Permien, j’y ai planté ma tente, sous la pluie, quelque part sur ses bords. Je n’en garde pas un souvenir impérissable.

Les « ruffes » étaient gorgées d’eau … et mes chaussures aussi ! Mais, quelle ne fut pas ma grande surprise lorsque le hasard de ma profession me ramenait -quelques années plus tard- sur ses bords par une soirée chaude d’été. Le petit ruisseau avait disparu, la petite route que j’avais emprunté il y a dix ans s’arrêtait au bord d’un lac aux contours esthétiques. Mirage ? Magie ?

P1030504.JPG

Je découvrais un nouveau paysage d’une beauté picturale. Une Terre Rouge modelée par l’érosion, un lac en épouse toute les formes, s’étalant en son milieu. Ce soir-là, je décidais : j’habiterai ici !

Depuis j’ai beaucoup voyagé à travers le monde, mais jamais je ne peux me lasser du charme du Salagou. « Un miroir aux cent visages » comme l’appelait Max Rouquette.

LE SALAGOU , plus qu’un lac , un territoire. Au gré des années , j’ai arpenté , les ruffes et découvert ici  ces milles facettes ! Je ne re-écrirai pas ce beau livre si bien illustré par les photos de Georges Souche mais je guiderai vos pas sur des chemins de randonnées qui tout au tour du lac vous permettront peut-être de découvrir ces cent visages ! Comme des ronds dans l’eau j’agrandirai le cercle de mes itinéraires au fil des randos.

NB : les itinéraires de randonnées que je vous propose dans cet article sont souvent très connus dans la région. Mais je vais essayer de vous les montrer avec un regard qui est le mien celui d’un géologue mais aussi celui d’un promeneur partant à la découverte de toute les richesses d’un «pays » qui m’est finalement devenu familier puisque j’ai la chance d’y vivre depuis près de 40 ans. Les paysages familiers recèlent souvent des merveilles qui échappent parfois au regard de l’homme pressé que nous sommes …!

Si vous êtes habitués à la lecture de GEOLOGICA-rando , vous m'avez peut-être suivi « AU FIL DE L'ORB », « TERRES ROUGES DU SALAGOU » est construit de la même manière. Il sera à l’image d’un cours d’eau qui trace son lit et grandit de sa source à sa destination finale.

Le Salagou, ne parcours que 16km environ de sa source au col de la Merquière jusqu’à la Lergue. Tout au long de ces 16km, je me suis échappé sur des boucles de randonnée, suivez-moi , aujourd'hui sur ces beaux itinéraires tout en couleur

Munissez vous de la carte TOP25 2643OT LODEVE Lac de Salagou pour explorer ce territoire

1-DES BERGES DU SALAGOU AU VILLAGE ROUGE DU PUECH

P5.jpg

Rouge et noir sera le chemin. Une splendide randonnée de découverte qui contient toutes les composantes de ce qui fait ce paysage, si particulier du Lodévois : les criques dentelées du Salagou, les canyons des ruffes, les chemins noirs du basalte des plateaux, l’harmonie des pierres et des couleurs, un remarquable patrimoine (draille à mouton, antiques enclos de pierre, dolmen, capitelles, mazet, église, chapelle et villages pittoresques, etc..)

Une boucle de 15km, pour une randonnée de 4h et un dénivelé de 380m. Pour bons randonneurs

Au départ du village de Celles,

On suivra au plus près les rives du Salagou jusqu’au Vailhès.

Sur le grand parking, emprunter la piste VTT qui fait le tour du Salagou pour rejoindre la D148 à proximité du lieu-dit La Grande Baraque. Une petite sente mène au pont de Rabejac. Traverser le ruisseau le Roubieu et rejoindre le petit hameau de Rabejac. Vous êtes sur un PR. Balisage jaune à suivre pour rejoindre Le Puech. : l’ itinéraire en crête est beau et offre une superbe vue sur la vallée de la Lergue. Traverser Les Hémies .Faites une pause à la petite chapelle Saint-Christol , récemment restaurée, le lieu est paisible. .Flânez dans le village rouge du Puech avant de reprendre la boucle en suivant toujours le balisage PR jaune.

Quittez rapidement sur la gauche la petite route qui dessert Lavalette et Villecun pour retrouver l’entrée d’un petit chemin marqué par un panneau « Dolmen ». La sente s’élève dans les bois pour arriver au point culminant de la balade sur le plateau du Cayrou et son petit dolmen et nous emmène sur son bord. Vue splendide sur le lac du Salagou , notre destination finale. Belle descente dans les Ruffes pour rejoindre la route du Mas Delon.

Attention, au bout de 250m environ sur la route , il faut quitter le PR , pour s’engager à gauche sur une piste VTT(n°9) , elle permet de rejoindre à nouveau la D148. Quelques pas au-dessus de la route et l’on retrouve la piste VTT du grand tour du Salagou qui nous ramène à Celles.

Découverte en quelques photos

P2.jpg

P3.jpg

P4.jpg

P6.jpg

2- LE TOUR DE LA MONTAGNE DE LA BOUTINE ET LA VALLEE DU SALAGOU

M1.jpg

Perché sur son neck volcanique au pied de la dalle de la Lieude, le castellas de Mérifons symbolise à lui tout seul ce qui fait l’attrait de cette balade , l’histoire et la géologie. Après les ruffes toujours spectaculaires vous découvrirez une antique chapelle, un vrai petit col de montagne, les ruines fantomatiques d'un château et les exceptionnelles traces fossiles de pas de reptiles laissées, ici, dans la plaine marécageuse il y a 260Ma.

Une boucle de 11km, pour une randonnée de 3h30 et un dénivelé de 350m Randonnée familiale

Au départ du hameau de Malavieille (Parking des randonneurs).

C’est sur une piste asphaltée DFCI, balisée VTT8 – jaune, que commence la balade. Vous partez vers les Pradels. Rapidement on quitte l’asphalte pour s’engager sur une belle piste rouge de ruffes. Laissez sur votre droite un village de yourte, le chemin oblique vers la gauche, passe devant un superbe « rafalodrome » ( !) et s’engage franchement dans le vallon du Lignous. Au bord du ruisseau, parmi les chênes blancs centenaires, vous apercevez les ruines de la chapelle St Fulcran. Le site est superbe.

Juste après , délaissez la piste pour partir tout droit sur un chemin qui serpente dans le talweg, en s’élevant au-dessus des gorges du Lignous parmi les terres rouges. Le sentier est très raviné par les pluies , caillouteux , difficile pour des VTTistes moyens …mais superbe pour des marcheurs : chemin séculaire, témoin d’une activité agricole et pastorale ancienne,.bordé de murets de basalte, jonché de pierres noires rongées par le lichen, et recoupant de belles strates de ruffes.

Le hameau de Pradels et ses belles maisons en pierres noires, se découvre posé sur une « lentille » basaltique. Après le hameau, on continue à monter par une piste cimentée qui s’ouvre sur le vallon du Rieupeyre dominé par la Roque Longue où se découvre sur son piton rocheux les ruines du Castelas ! Au bout d’un kilomètre , on atteint un col offrant –dans le vent- un superbe panorama.

En arrière plan le Caroux ! A nos pieds, les « ruffes » , la haute vallée du Salagou, fermée par le col de la Merquière. Devant nous le petit village de Brenas et le flanc oriental du plateau de l’Escandorgue. A notre gauche, le vallon du Rieu Peyre taillé dans les terres rouges dominé par la belle crête blanche de la Roque Longue. Derrière nous la montagne de la Boutine (421m) que nous venons de contourner.

Nous n’irons pas jusqu’à Brenas, mais peu après le col, nous atteignons une bifurcation pour nous engager sur le chemin de crête de la Roque Longue qui va nous conduire au Castelas. Après le basalte, voici les calcaires « déposés » sur les ruffes ! Au passage, nous sommes au point culminant de notre balade (430m sur mon GPS !) . Nous entamons notre descente, le chemin se fait sentier, on contourne un champ pour arriver devant la muraille du Castelas qui se dresse devant nous sur son neck basaltique.Pan de mur, vestige du donjon du château (XIIème ou même antérieur ) récemment restauré. C’est un « couloir-cheminée » taillé dans le piton rocheux qui va nous permettre d’ atteindre la plate-forme sommitale du château

Cette fois-ci notre regard se portera sur la montagne de Liausson , le mont Mars et à nos pieds le site paléontologique de la Lieude.

Nous quittons le Castelas. Nous traversons quelques vestiges des murs d’enceinte avant de nous engager dans un sente abrupte qui plonge vers la Lieude. Nous retrouvons notre ruffe -encombrée de blocs de basalte et de conglomérats- dessinant sur notre flanc gauche de belles figures d’érosion de « bad-lands » !

Ce site paléontologique unique recouvert d’un hangar protège une dalle inclinée sur laquelle on peut observé des empreintes ! Vingt pistes fossilisées laissées ici par des reptiles venant s ‘abreuver dans une plaine marécageuse en bordure de lac il y a 265 millions d’A . Près de mille empreintes de pas ont été ici dégagé par les paléontologues, la plus part, appartenant à des reptiles mammaliens. Un trésor , au cœur de la Pangée permienne, un site unique en Europe.

Notre balade peut s’arrêter là sur ce site remarquable. Pour rejoindre notre point de départ , il suffit de suivre la départementale (1,8km). Nous passerons devant la ferme de Mérifons et l’église Saint-Pierre(XIè-XIIè) aux belles pierres polychromes.

*Pour en faire plus plus , nous pouvons à partir de la ferme de la Lieude, poursuivre notre boucle balisé en jaune , rive droite de la vallée du Salagou, 4,7km de piste et de route à travers les vignes, en passant Villetelle, puis le Mas Canet et Malavieille.

Découverte en quelques photos

M2.jpg

M7.jpg

M5.jpg

M9.jpg

M4.jpg

M6.jpg

3-LES PRESQU'ÎLES DU SALAGOU : Du Pioch de la Sure à la presqu’île de Rouens.

P1030504.JPG

Au plus près du rivage du Salagou, du hors piste à travers les ruffes ravinées et les vertes pelouses pour une balade hivernale … presque aquatique ! C’est une palette de couleur que vous découvrirez : le rouge de la terre, le vert de la végétation, le jaune des genets, le bleu du ciel, et un lac scintillant sous le soleil. Une randonnée sans balisage suivant au plus près les contours du rivage pour faire le tour des deux petite presqu’îles.

Une boucle de 9,6km, pour une randonnée de 2h30 et un dénivelé de 100/50m Randonnée familiale

Le Pioch de la Sure et la presqu’île de Rouens sont deux necks volcaniques dominant les berges Sud du Salagou. Le parking des Plos (point de départ de la balade) se situe entre les deux.

L'itinéraire est simple du parking des Plos, on suit le balisage VTT du tour du Salagou qui, par le « col » (!) des Détroits (153m – alt. max de notre boucle) nous ramène à la D148 (cote 143 ign).

A la Roque, on va suivre au plus près parfois par des sentes , parfois hors sente les bords du Salagou pour revenir au parking des Plos. Ainsi nous aurons fait le tour du neck de La Sure (Bne 321m).

La boucle s'enchaîne avec celle de la presqu'île de Rouens.

Vous repèrerez sans doute sur votre parcours de jolis coins de baignade pour l'été mais vous profiterez aussi de la beauté sauvage du rivage et des belles vues de la rive opposé ( village de Celles, Hameau des Vailhes, le Cébérou et plateau de l'Auverne) L'hiver est aussi la période favorable pour profiter du silence et de la lumière du site propice à l' observation des oiseaux sur le lac et la prise de vue de belles photos.

Bonne balade presque aquatique !

Découverte en quelques photos

P1030503.JPG

S1.JPG

S4.JPG

S5.JPG

S6.JPG

S7.JPG

4-DES BERGES DU SALAGOU AU PLATEAU DE L'AUVERNE

A7.JPG

Une splendide balade en rouge et noir qui commence en cheminant sur fond de ruffes, au milieu des joncs et des roseaux , en suivant les berges ravinées du lac du Salagou . La balade se poursuit sur le plateau basaltique de l’Auverne où se dresse une des plus belles capitelles de la région au milieu des vignes. Tout autour le regard se porte sur les blanches crêtes du mont Saint Baudille d’un côté et sur celles du mont Liausson de l’autre qui domine le lac.

Une boucle de 13.8km, pour une randonnée de 3h15 et un dénivelé de 165m Randonnée familiale

Au départ du grand parking des Vailhès (côté nord du lac).

La première partie de la boucle se fait en suivant le balisage PR du bord du lac , tantôt montant , tantôt descendant au gré des croupes de ruffes. Une première halte s’impose à la chapelle N-D des Clans (XIVe-XVe) et sa belle croix de pierre daté de 1760. Un peu plus loin vous passerez devant « la baraque du facteur » une capitelle tout en basalte en bordure du chemin du facteur au bord du ruisseau du Salagou, du temps où le lac n’existait pas. Bientôt , à proximité d’une « échancrure côtière » après une petite grimpette vous remonterez sur la large piste forestière qui mène vers les hameaux de Lalo et Mas Audran.

Au passage , observez de belles orgues basaltiques et profitez d’une belle vue sur le barrage du lac du Salagou.

Trente minutes de marche pour atteindre le point haut sur la piste côté 226m. C’est là que vous obliquez à gauche pour parvenir sur le plateau de l’Auverne. Très vite vous apercevrez la grande capitelle qui vous servira de phare pour « naviguer » parmi les parcelles de vignes. Une piste évidente vous ramènera plein ouest vers le hameau des Vailhès que vous atteindrez par une petite descente sur une belle piste à partir de la côte 301. Aujourd’hui les Vailhès se tournent vers le lac . Vous traverserez ce beau hameau aux coins de baignade superbes pour rejoindre le parking.

Découverte en quelques photos

A1.JPG

A2.JPG

A3.JPG

A4.JPG

A5.JPG

A6.JPG

A10.JPG

5-LA BOUCLE DE TOUCOU

T6.JPG

Un parcours riche en découverte. Les ruffes des gorges de Révérignès, le site préhistorique de Toucou,, la chapelle de Roubignac et le château de Lauzières. Chemin faisant de beau panorama vers le nord, sur l’Escandorgue, le Lodévois, le Pas de l’Escalette le Saint Baudille et au sud, vue sur le Salagou, Mourèze et le mont Mars.

Une boucle de 10km, pour une randonnée de 2h30 et un dénivelé de 120m Randonnée familiale

Au départ d' Octon (place de l'Eglise).

De la place d'Octon emprunter la rue principal (dir N-NO) pour sortir du village puis obliquer (dir N-NE). Laisser le chemin du château de Lauzières qui sera l'itinéraire du retour.

Cette première partie de la boucle suit le balisage du circuit VTT n°7 du Salagou. En empruntant un chemin tracé dans les ruffes qui surplombe le ruisseau et les gorges de Révérignès.

Sur un pont de pierre, on franchit le ruisseau du Toucou, avant d'arriver au hameau abandonné. La montée se poursuit au-delà du hameau sur un large chemin. Laisser sur la droite une bifurcation(3km -354m) et gagner le haut du plateau (le causse du Toucou) pour découvrir les dolmens et un menhir. Puis on atteint le point haut de la balade (382m).

Beau panorama sur le Lodévois et l'Escandorgue. les falaises du pas de l'Escalette et le Pic Saint Baudille.

On quitte le balisage VTT n°7 et le chemin carrossable qui mène au hameau des Valarèdes pour suivre, à droite, un petit chemin (marqué par un beau calvaire ) qui conduit à la belle chapelle romane (XIIè-XIIIè) de Roubignac.

Revenir sur nos pas pendant 200m. Emprunter à droite une sente qui va nous ramener vers Octon. On franchit dans un premier temps la crête du Clapairols par un point haut. Puis une descente en sous-bois -flanc gauche du ruisseau de la Marette – nous conduit tout droit aux ruines imposantes du château de Lauzières.

Notre descente se poursuit avec de belles vues sur Octon, le Salagou, la barrière de Liausson et le Mont Mars pour retrouver notre itinéraire de montée et notre point de départ la place du village d'Octon

Découverte en quelques photos

T1.jpg

T2.JPG

T8.JPG

T3.JPG

T10.JPG

T4.JPG

6-LES CANYONS DE SAINT JEAN DE LA BLAQUIERE ET LE ROCHER DES VIERGES

V8.JPG

Un parcours spectaculaire dans la garrigue et le vent, au bord méridional du causse du Larzac , à l'assaut du rocher des Vierges. Un parcours ludique dans les ruffes des canyons de Saint Jean de Blaquère. Un intérêt géologique et historique tout au long de l'itinéraire et un superbe panorama à découvrir du point sommital de la balade.

Une boucle de 12 à 15km, pour une randonnée de 4 à 5h et un dénivelé de 376m Pour bons randonneurs

Au départ de St Jean de la Blaquière.

Par une rue étroite et la place du Tilleul on sort de Saint Jean de la Blaquière pour suivre sur environ 2 km la petite départementale 144. On passe le pont du ruisseau Marguerite. La route serpente vers l'est, dans la plaine à 160m d'altitude avec en point de mire sur la gauche, ce chaos calcaire dressé à 536m d'altitude : le rocher des Vierges ! On laisse sur la gauche, une petite chaussée balisée de jaune et un peu plus loin à droite un sentier qui mène à la colline et au dolmen de l'Ayral. On trouve à gauche la piste qui monte vers le restaurant du Sanglier. On la suit pendant quelques mètres pour obliquer très vite à droite sur un large chemin qui file au sud-est au milieu des vignes pour finalement arriver en bordure des canyons de ruffes .

C'est ici que commence un itinéraire ludique au grès de votre fantaisie : dans les thalwegs de ruisseaux asséchés, sur des cônes,des tours, des cratères, des pans de roches rouges. On quittera ce paysage lunaire pour rejoindre l'arête du mont Haut (260m)

Depuis cette large piste le panorama est superbe : à l'ouest les canyons parcourus et la campagne de Saint Jean de la Blaquière, à l'est s'étale le vignoble languedocien de Montpeyroux, de Saint Jean de Fos et d'Aniane. Au sud, le regard n'a de fin qu'à la mer.

En route vers le nord, pour rejoindre en contournant à l'est le mont Haut et la Roque Combarde , l'arête aérienne du rocher des Vierges.

La piste devient sentier,bordé de quelques ruines, on chemine au milieu des oliviers, cèdres, chênes verts, genévriers, pour finalement arriver à la route asphalté et au « parking du sentier d'Emilie » point de départ de l'ultime montée. Les derniers pas de l'ascension nous font passer dans le bois des Félibres, sur une piste en lacets , puis un sentier agrémenté de marches. Une falaise se dresse sur notre droite avec une immense inscription en lettres d'argent « Als felibres morts per la patria » . C'est un hommage rendu aux poètes de langues d'oc.

Enfin se dressent devant nous les énormes blocs de la cime. Une cabane-refuge sert d'abri pour le marcheur. Une chapelle blanche au toit de tuiles rouges construite sur les vestiges d'un château du 11ème siècle occupe le sommet du rocher des Vierges (536m) !

De ce belvédère, c'est un panorama à 360° que l'on peut découvrir :au sud les étonnantes ruffes et la plaine viticole ; au sud ouest les plateaux et montagnes qui bordent le lac du Salagou ; au nord-est le Mont Saint-Baudille ; et plus au nord les premières falaises de causse du Larzac.

Le cheminement du retour peut s 'effectuer de plusieurs manières : soit en A/R par le même itinéraire , soit par une longue boucle qui passe par le Pas du Coulet et le bois de Latude. J'ai choisi une sente qui part derrière la chapelle et qui descend rapidement à travers les rochers et les bois pour rejoindre le nouveau tracé du GR 653 qui en environ 1h nous ramène à Saint Jean de la Blaquère.

Découverte en quelques photos

V2.JPG

V6.JPG

V4.JPG

V7.JPG

V9.JPG

V10.JPG

6-LES PENTES DU MONT MARS ET LES CRETES DU MONT LIAUSSON

L1.jpg

C’est le belvédère du Salagou ! Ils sont souvent parcourus séparément : crêtes des Lousses et mont Liausson. Mais vous pouvez les enchaîner dans un magnifique circuit sportif en 8, alternant traversées en sous-bois, passages aériens offrant de magnifiques vues plongeantes sur la vallée du Salagou d’un côté et sur le cirque de Mourèze de l’autre.

Une boucle de 12km, pour une randonnée de 4h et un dénivelé de 667m Pour bons randonneurs

Au départ de Liausson.

On quitte le parking de Liausson (229m) en empruntant vers l’W la D156 sur 150m avant de s engager à gauche en suivant le balisage PR en direction du col de Portes (380m) Une petite route bordée de platanes, puis une piste et enfin un sentier boisé, on atteint le col en 40mn. On col , on quitte le PR, pour s’engager à droite sur un sentier balisé en bleu, puis bleu et rouge qui pénètre dans la garrigue en suivant presque rectiligne la ligne de crête de Lousse (point culminant 495m)

Puis c’est la belle descente dans la combe qui nous conduit au col de Lousse et la piste venant de Mourèze (359m) On suivra cette piste quelques mètres à droite pour trouver tout de suite à gauche la sente qui monte sur le flanc du mont Mars. La pente dans le bois est rude, mais arrivé sur la crête la vue est superbe sur Octon et la vallée du Salagou. Faisons un petite pause de récupération aux ruines de l’ermitage Sainte Scholastique (486m).

C’est ensuite, la belle descente versant sud au milieu des chênes verts vers le cirque de Mourèze et ses chaos dolomitiques. Au bas de la descente (265m) par de belles pistes et sentiers sablonneux on remontera à nouveau au col de Portes.

Du col de Portes (380m), il suffit d’un petit quart d’heure pour revenir à Lliausson.

Mais ici commence une nouvelle balade la boucle de la barrière de Liausson (PR –balisage jaune). En une dizaine de minutes, on atteint rapidement les crêtes puis le sommet du mont Liausson (519m), point culminant de la boucle. En cheminant au milieu des buis et du thym le décor est sublime offrant des vues magnifiques d’un côté sur le le lac du Salagou et les Terres Rouges , de l’autre Mourèze et ses chaos dolomitiques. Ce tracé aérien passe à proximité des vestiges de l' hermitage Saint Jean d’ Aureilhan (506m) .

Commence alors la longue descente de 2km qui nous ramène à Liausson (229m) ..

Découverte en quelques photos

L2.jpg

L3.jpg

L4.JPG

7- DES BERGES DU SALAGOU A LA MONTAGNE DE LIAUSSON

SL1.JPG

Une superbe boucle qui suivra les berges du lac puis qui grimpera jusqu' au sommet de la montagne de Liausson et qui vous séduira par sa diversité, notamment géologique et par la beauté des panoramas.

Une boucle de 19,5km, pour une randonnée de 3h30 et un dénivelé de 260m Pour bons randonneurs

Au départ du Neck de la Roque (Alt. 143m)

Nous partons du Neck de la Roque. C'est ici que le petit ruisseau du Salagou se jette dans le lac. L'itinéraire est simple on va suivre au plus près parfois par des sentes , parfois hors sente les bords du Salagou de la presqu'île de la Surre pour rejoindre le parking des Plos. La boucle s'enchaîne avec celle de la presqu'île de Rouens.

Nous continuons à suivre les berges du lac jusqu'à l'aplomb du village de Liausson (229m), que nous rejoignons en quittant les ruffes. Nous avons parcouru. 9,5km.

C'est par l'Est que nous allons grimper sur la montagne de Liausson et atteindre son point culminant (514m) – 12,5km. Une petite descente dans les rochers nous conduit au col de Porte (380m) – 13km.

Du col, nous pouvons soit descendre sur Liausson (boucle classique PR) ou rejoindre le cirque de Mourèze, mais devant vous s'offre une troisième possibilité, une sente qui s'enfonce presque rectiligne au milieu des chênes verts dans une dense garrigue et qui va nous emmener sur la crête des Lousse, véritable mirador original sur le Salagou, les rochers de Mourèze et la montagne de Liausson 495m) – 14,3km.

Nous ne grimperons pas sur le Mont Mars voisin, nous descendrons dans la combe des Lousses, pour rejoindre le hameau de Roques (176m) – 16,8km et la D148..

Notre boucle se termine en suivant le petit ruisseau du Salagou qui nous ramène à notre point de départ-19,6km

Découverte en quelques photos

SL2.JPG

SL3.JPG

SL4.JPG

8-LA HAUTE VALLEE DU SALAGOU P1050689.JPG C'est peut-être dans un des plus beau paysage de l'Hérault que vous allez cheminer : La haute vallée du Salagou et ses merveilles! Vous découvrirez la source du Salagou, vous marcherez sur les traces de Merifontichnus thalerus le Mammalien et vous ferez l'ascension du Neck de Malavieille !

Une boucle de 11,2km, pour une randonnée de 6à7h et un dénivelé de 671m. Randonnée familiale

Au départ du col de la Merquière (374m)

Le col vous offre un des plus beau paysage de l'Hérault : la haute vallée du Salagou. C'est aussi une belle palette de géologie qui s'offre à votre regard.

Outre le côté randonnée proprement dit, l'itinéraire que vous allez parcourir à deux intérêt majeurs : paysager et géologique. La beauté paysagère aux multiples facettes accompagnée d'une richesse géologique sont présentes tout au long de cet itinéraire

Le premier but de cette balade , c'est de partir à la recherche de la source du Salagou. Elle est quelque part devant vous ! Il suffit de plonger dans le talweg du col de la Merquière. C'est du hors-piste  dans les Ruffes !

Très rapidement , vous aller trouver ce que nous cherchons. Nous aurons fait à peine 100m de descente.... et le premier suintement, le premier filet d'eau se découvre dans l'échancrure du talweg caché par une dense végétation. Ce petit filet d' eau peut-il remplir à lui tout seul le beau lac du Salagou ? Vous êtes sur un bassin versant qui recueillie les eaux qui vont alimenter notre petit filet d'eau et au final remplir le lac ! C'est au début de l'automne et au printemps lorsque les pluies sont les plus intenses et les pluies fortes que notre petit filet d'eau (à sec l'été) devient torrent et creuse son lit dans les ruffes tendres . Le travail de l'eau est ici spectaculaire . Vous allez vous en rendre compte rapidement , en poursuivant votre descente au plus près du ruisseau. Il faudra, parfois mettre les mains et même les fesses pour franchir -sans risque- quelques passages à forte pente et à d'autres endroits patauger sur un sol spongieux de zone humide. Vous comprenez mieux, au fil de votre progression comment ce fait la collecte de l'eau et ce magnifique décor. Petit à petit la pente s'adoucit et notre ruisseau commence à décrire quelques petits méandres que vous pouvez couper. A cette saison d'étiage le ruisseau n'est pas plus large qu'un pas ) Vous pouvez aussi suivre suivre des pistes rouges tracées par les animaux qui viennent boire. (NB. Ce cheminement n'est nullement tracé depuis le col . A vous de choisir vos passages au plus prêt du ruisseau … le plus souvent rive gauche ! )

Après ce quart d'heure de descente et une centaine de dénivelé environ, la vallée du Salagou s'ouvre devant vous. Vous arrivez dans un lieu bucolique arboré ou le ruisseau se permet quelques petites fantaisies en creusant de petites cascadettes.( NB. Ces petits sauts sont dus aux différents degrés de dureté que présente les strates des ruffes en fonction de leur composition)
C'est ici, sur ces belles pelouses vertes en écoutant les murmures de l'eau que j'aime pique-niquer !

Continuez tranquillement votre descente au grès de votre fantaisie en ayant en point de vue le Castellas de Mérifons perché sur son neck, où nous allons.

Remarquez les parcelles délimités par des murets construits en pierres de basalte. Le Salagou est un pays de volcans : !Necks, cônes,coulées sont familiers de nos paysages. Le Salagou est aussi un pays agricole. Les activités agricoles ont elles aussi , ici, façonnées le paysage. Vous allez au cours de cette balade , traverser des zones d'élevage et des zones agricoles travaillées. Soyez discret et respectueux au cours de votre passage. Restez en lisière des parcelles cultivées et éloignez vous des vaches qui occupent les pacages, elles n'ont pas l'habitude de voir passer les randonneurs. (NB. Ce parcours est totalement inédit.. C'est une exclusivité GEOLOGICA-rando !

Sans effrayer les vaches paisibles, passez la dernière clôture et continuez votre balade … les pied dans l'eau du Salagou. Pendant ce cours passage aquatique , observez le travail de l'érosion qui met à nu des « tranches » de ruffes et dévoilent des « coupes » de strates. Observez aussi en « plan » et en « surface » des structures fossiles, signatures du sol permien , vieux de 250MA.

A hauteur du neck de la Vierge , quittez les rives du Salagou. Suivez les vieux murets de basalte qui bordent les anciennes parcelles cultivées. Et remarquez, dans l'un d'entre eux, les marches d'un escalier en basalte. Empruntez-les pour accéder à la parcelle supérieure et rejoignez la large piste agricole qui va vous permettre de rejoindre la D8 et le pont de la Lieude qui enjambe le Salagou.

Vous allez maintenant commencer un parcours géologique qui va vous conduire jusqu'à la célèbre dalle paléontologique protégée par un hangar à ciel ouvert (!) située à proximité de la ferme de La Lieude. Vous observerez sur les ruffes : des figures de dissecation et des rides de courant fossiles témoins de l'origine lacustre de la « ruffe » et de marécages asséchés nous renseignant sur le climat permien ; des necks, des dykes, rappelant l'histoire volcanique de notre région et enfin sur la dalle de La Lieude des traces de vie marquées pas les empreintes de pas des Mammaliens fossilisés sur le sol rouge (NB. La Lieude est un site d'une grande valeur paléontologique qui a été malheureusement mal protégé de l'érosion qui continue à dégrader le site. Des panneaux explicatifs sont présents mais eux aussi on subit l'usure du temps. Le site est en péril et perd irrémédiablement beaucoup de sa richesse.

209m -5km .Au pied de la Lieude, le castellas de Malavieille ! L’image est saisissante: ce pan de mur, ultime ruine se dresse, solitaire, sur son éperon de laves, puissance de l’homme anéantie, témoin de la précarité de notre règne, gardien fragile des traces vieilles de 250 millions d'années faites dans la boue par Merifontichnus thalerus, maître en son temps du Salagou !

Il ne vous reste plus qu'à partir à l'assaut de la citadelle déchue Bien que non matérialisée, l'ascension est évidente à travers les blocs de basalte et les vieilles pierres. Au cours de votre ascension, observez « en aérien » les belles figures sédimentaires que vous offre les ruffes sur votre droite

5km60 -363m … et 15mn d'ascension !Vous êtes au pied de la belle muraille , récemment restaurée du donjon du Castelles construit sur le sommet du Neck. Véritable observatoire, profitez du lieu , pour admirer le superbe paysage que le site vous offre avec ses multiples palettes de parcelles cultivées, ses petits vignobles, villages et bien sur les rochers de Mourèze et la haute vallée du Salagou !

Après avoir passé la dernière porte et les archères du château , trouvez le passage dans une faille et descendez prudemment du neck pour rejoindre côté opposé à votre montée la large piste par endroit carrossable qui va vous conduire au village de Brenas. C'est un beau cheminement en « croupe triasique » argilo-greseuse :

Au carrefour du Mas de Pradel, prendre à gauche la piste bétonnée

Aux premières maisons du Mas Bas, prenez la sente pour monter à Brenas : un raccourci !

8km70 – 431m Brenas ! Laissez le village à droite et pour fermer la boucle , prenez simplement la route qui va vous permettre de suivre du regard et de revoir votre parcours dans le fond de la vallée pour revenir au col de la Merquière

Découverte en quelques photos

P1130468.JPG

3-Ruffes-Ripple-marks.JPG

P1130499.JPG

9 -LE NECK DE MALAVIEILLE P1010153.JPG D**ans le paysage de la haute vallée du Salagou, il ne peut pas vous échapper ! Coiffé par la muraille du Castellas, le neck de Malavieille est une des belles images que vous garderez de cette Haute Vallée du Salagou.

castellas.jpg

Il se laisse admirer de tous les côtés venant d' Octon par la D8, depuis le petit village de Brenas, du haut du col de la Merquière et du Mont Barry. Et de plus près, depuis la Lieude, où il se dresse, éperon solitaire, au-dessus des ruffes. P1100229.JPG Par sa beauté et son intérêt géologique, le neck de Malavieille se prête à une formidable balade « hors du temps ». Et si vous êtes accompagné par un volcanologue la balade devient passionnante.

Voici le récit de cette journée proposée par l'office de tourisme du Clermontais dans le cadre des « Balades du Clermontais » ,et réalisée en compagnie de Claude Lesclingand de l'association L.A.V. E. Claude, j'ai envie de le présenter comme un « chasseur de necks et de dykes au pays des volcans du Salagou » tant son travail de prospection et de relevé géologique est remarquable et est une référence en la matière pour notre territoire « rouge et noir » du Salagou ! Partir avec lui, à la conquête du neck de Malavieille ne pouvait être qu'une aventure ! 2011-2.jpg Point de départ de la balade : la dalle de La Lieude. Pour moi, le regard que je porte sur les empreintes de pas présentes sur la dalle de ruffe de La Lieude me transporte toujours "hors du temps". Des millions d'années en arrière, au temps de la Pangée, ce continent de terre rouge qui était la Terre et notre territoire du Salagou, il y a plus de 250 millions d'années. 127-reconstitution-paysage-lieude.jpg En effaçant du paysage actuel les quelques parcelles de vignes, maisons, ruines et autres vestiges du passage de l' homme, il est facile de se laisser transporter des millions d'années en arrière, au temps où les cours d'eau -comme aujourd'hui- venaient étendre leurs sédiments en bordure et au_ fond des lacs, marécages et cours d' eau, où, d' étranges animaux ont laissé les traces de leur passage. Les empreintes à cinq doigts de la taille d'une main humaine ou celles semblables à des pieds d'éléphant visibles de nos jours sur cette belle dalle rouge ne peuvent qu'éveiller notre imaginaire. Et je me prends à rêver de voir arriver d'un pas lent Merifontichnus thalerus, maître en son temps du Salagou, un mammalien ! P1100204.JPG Nous commençons l'ascension du neck ! La montée au Castellas de Malavieille m'évoque toujours celle de Montségur . C'est sans doute mes origines ariégeoises qui ressurgissent ! Comme Montségur posé sur son pog , le Castellas sur son neck semble imprenable. Mais c'est une ruine , lui aussi, « un pan de mur solitaire, puissance de l'homme anéantie, témoin de la précarité de notre règne ».

Le sentier monte à travers une végétation buissonnante et se fraye un passage au milieu d'éboulis de gros blocs de conglomérats. On se hisse, ainsi, au pied du Castellas, au sommet du neck de basalte où le château de Malavieille a été construit. P1100197.JPG De la haut, le paysage observable est remarquable. Claude nous ouvre sa carte topo personnelle et nous montre tout autour de nous, les montées et les coulées de lave cachées dans la végétation. Ces neks et ces dykes qui se dégagent des ruffes et puis ces « pseudos volcans » comme il les appellent que sont ces petites collines recouvertes par la végétation et qui cachent à leur sommet un chapeau de basalte ! Laissons encore courir notre imagination, c'était il y a à peine, 1 million 400 000 ans, le Salagou était en feu, j'aurais pu assister, ici, à un véritable feu d'artifice, un extraordinaire bouquet final de l'histoire géologique de notre région ! P1110468.JPG Nous reprenons la balade. Nous descendons du Castellas en nous faufilant dans un défilé entre deux blocs de laves, puis traversons champs et végétation épaisse et épineuse pour partir à la recherche du …. « doigt de Dieu » ! Un mystère pour moi qui sera une découverte! P1110458.JPG Le doigt de Dieu , est un superbe mégalithe perdu dans une vallée sans nom. P1110459.JPG En le voyant, sa silhouette me fait penser à une statue de l' île de Pâques. Mon imaginaire est … en fusion, aujourd'hui ! « Cette excroissance de basalte d'une douzaine de mètres fait partie intégrante du dyke qui relie le neck de Malaveille à un édifice qui se trouve sur le plan de Basse »nous explique , Claude. P1110463.JPG Après une pause photo, nous redescendons vers La Lieude en longeant ce dyke et passant devant des brèches. P1110472.JPG Un dyke nous en verrons un autre en fin de balade en bordure de la D8 après avoir traversé le ruisseau du Salagou. 2011-6.jpg ll alimente le neck du rocher de la Vierge."Les dykes sont aux necks ce que les racines sont aux arbres" nous explique Claude, l'image est explicite.

Je quitte mes amis d'un jour au col de la Merquière pour une dernière fois embrasser le paysage fantastique qui se découvre sous nos yeux. Les ruffes permiennes plongent, plein Sud, devant nous dans la vallée du Salagou. A l'Est, descendant du signal de Brénas, les grès de base du Trias les recoupent franchement. A l' Ouest, le plateau de Carlencas les recouvre. Necks, dyke et filons, intrusions de basalte, parsèment le paysage. En cette fin de journée il ne manquait que le soleil pour l'éclairer. 2011-12.jpg

Discussion

No comments yet.