1. Accueil
  2. Rechercher

atome3.jpg

atome2.jpg

atome1.jpg

Nucléaire : un siècle de désastre sanitaire


Nourri par la parole de victimes et par l’éclairage d’experts, « Notre ami l’atome » est un panorama, poignant et documenté, de la série des contaminations qui ont émaillé un siècle de radioactivité dans le monde.

Depuis la découverte du radium et de son rayonnement à l’aube du XXe siècle par le couple Curie et Henri Becquerel, les risques liés à l’atome ont été systématiquement minimisés et les contaminations qu’il a générées, occultées. Aujourd’hui, les victimes de Fukushima sont engagées dans des procès contre Tepco, la compagnie qui exploitait la centrale. Parmi les plaignants figurent aussi des soldats américains du porte-avions Ronald-Reagan, exposés au nuage radioactif, alors qu’ils viennent, au lendemain de la catastrophe, en 2011, porter secours aux victimes du tsunami. Alertés, leurs officiers restent confinés et prennent de l’iode pour se prémunir des radiations, sans informer ni protéger leurs hommes. Secret militaire ou industriel, désinformation, dissimulation… : l’histoire de l’atome est dominée par la manipulation, favorisée par l’invisibilité de la radioactivité. Dès les années 1920, les radium girls, des ouvrières américaines qui fabriquent des montres au radium, sont contaminées en affinant avec les lèvres le pinceau qu’elles utilisent. Deux décennies plus tard, après l’horreur d’Hiroshima et de Nagasaki, lors des essais nucléaires américains à Bikini, vétérans et pêcheurs nippons sont irradiés, quand le contexte de la guerre froide bâillonne toute protestation à grand renfort de propagande appuyée par les studios Disney. En 1986, l’URSS utilisera des méthodes analogues pour taire les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl.

En cinq chapitres formidablement documentés et au fil de poignants récits de victimes, Kenichi Watanabe (Le monde après Fukushima, Terres nucléaires – Une histoire du plutonium) retrace un siècle de désastre sanitaire, en dénonçant le silence et les mensonges d’État qui l’entourent. Introduite par un éleveur qui, en guise de protestation, s’obstine à nourrir ses vaches contaminées, et donc impropres à la consommation, dans la zone interdite de Fukushima, et éclairée par une radiologue japonaise qui détaille les effets de la radioactivité sur le corps, Cette investigation glaçante recense aussi les mouvements de résistance qui ont émaillé cette histoire. Au travers d’épisodes peu connus, un film manifeste, à l’heure où les autorités japonaises prévoient de rejeter à la mer en 2022 le million de tonnes d’eau contaminée qui a servi à refroidir les réacteurs de Fukushima...

Notre ami l’atome —Un siècle de radioactivité, réalisé par Kenichi Watanabe, France, 2020, disponible du jusqu’à juillet 2022.

https://www.arte.tv/fr/videos/087958-000-A/notre-ami-l-atome/

 Notre ami l’atome, un siècle de radioactivité », raison d’Etat et omerta

Ce formidable documentaire s’intéresse aux contaminations dues à la radioactivité. Où la raison d’Etat passe - presque toujours - avant le droit à l’information et la santé des citoyens.##

Peut-être avez-vous déjà entendu dire que le tsunami avait fait d’innombrables morts à Fukushima, mais la radioactivité, aucun ? Ce documentaire démontre le contraire de manière frappante : le 15 mars 2011, le nuage radioactif échappé de la centrale japonaise a contaminé la capitale du pays, Tokyo. Combien de malades aujourd’hui ? Combien demain ? On ne le sait pas exactement. Mais il est certain que 5 000 soldats américains, postés au large du Pacifique sur le porte-avions « Ronald-Reagan », ont humé le panache toxique alors que leurs supérieurs avaient, eux, ingéré de l’iode protecteur. Depuis, des centaines d’entre eux, irradiés, ont porté plainte, d’autres sont déjà morts. Mais, du côté de l’Etat japonais comme de l’armée américaine, c’est toujours l’omerta. Opacité, litote, mensonge

« Pourquoi on fait ça aux gens ? », demande un militaire. Parce que, à Fukushima comme partout ailleurs, le nucléaire n’est pas une solution parmi d’autres. Sa complexité et sa haute dangerosité en font un « système », c’est le sujet de « Notre ami l’atome ». Peu ou prou, il s’appuie partout sur les mêmes piliers, détaillés dans le film : « La rétention d’information ou la dissimulation, la passivité ou la servilité des instances de régulation, l’ignorance ou l’incompétence des autorités. »

Même dans nos démocraties avancées, l’atome reste un espace où, pour ne pas affoler les populations, on s’autorise l’opacité, la litote, voire le mensonge. Et où la raison d’Etat passe presque toujours avant le droit à l’information et la santé des citoyens. Pas seulement à Tchernobyl ou à Fukushima, mais aussi - c’est ce que montre ce formidable documentaire - parmi les irradiés de Bikini (des milliers d’habitants du Pacifique ont subi les essais nucléaires américains en 1954) ou au sein des radium girls (ces ouvrières américaines irradiées par de la peinture au radium dans les années 1920). Car on ne fait pas d’omelette nucléaire sans casser des œufs.

Soignants, blouses blanches, bravo à nos héros ! Ça, c’était hier. Aujourd’hui, voilà une infirmière par terre, blessée, menottée, en garde à vue.

…. parce qu'elle a jeté deux cailloux et levé deux majeurs sur les policiers

« Cette femme, c'est ma mère. 50 ans, infirmière, elle a bossé pendant 3 mois entre 12 et 14 heures par jour. A eu le covid. Aujourd'hui, elle manifestait pour qu'on revalorise son salaire, qu'on reconnaisse son travail. Elle est asthmatique. Elle avait sa blouse. Elle fait 1m55. » écrit Imen Mellazn, sa fille ,journaliste

L'équipe de Là-bas si j'y suis a rencontré Earida . Retrouvez ce témoignage bouleversant

Le souffle, la vie, la mort...

Vent.jpg

La chrnique de CHRISTOPHE ANDRE (10 juin 2020)

Lorsqu’ils viennent au monde, les nouveau-nés entament leur vie par une grande inspiration. Et lorsque vient le moment de quitter l’existence, les humains rendent leur dernier souffle par une ultime expiration ; dans de nombreuses langues, le terme « expirer » est un équivalent de « mourir ». Voilà pourquoi, depuis toujours, le souffle est associé à la vie.

Il est aussi au cœur du dialogue harmonieux entre le corps et l’esprit. Car il suffit de prendre tranquillement conscience de son souffle, d’arrêter de se disperser pour se sentir respirer, de suivre chacun de ses mouvements, chaque inspiration, chaque expiration, pour s’apaiser peu à peu. Suivre le souffle, c’est la base de toutes les méthodes de relaxation.

Mais cela peut aller encore plus loin : se rendre présent à son souffle, poser et maintenir son attention sur lui, observer comment il est associé à la vie de nos pensées et de nos émotions, c’est la base de toutes les approches méditatives, qui nous enseignent que le souffle nous apporte non seulement l’apaisement mais aussi le discernement.

Le poète persan Omar Khayyam le rappelait ainsi : « Entre la foi et l’incrédulité, un souffle, Entre la certitude et le doute, un souffle, Sois joyeux dans ce souffle où tu vis, Car toute ta vie est là, dans ce souffle qui passe. »

Le souffle est toujours là, toujours à nos côtés, pour enrichir et approfondir les moments forts de notre vie : nous aider à mieux traverser nos douleurs, et à mieux savourer nos bonheurs. Le souffle est un phénomène simple et humble ; mais sans lui, pas de vie. C’est peut-être pour cela que je suis ému par le son modeste de l’accordéon, l’instrument le plus proche de la respiration humaine, qui s’ouvre et se ferme, doucement, comme un poumon chantant...

Il y a le bonheur et les bienfaits du souffle, et il y a aussi ses drames.

« Je ne peux plus respirer... » Les parents qui ont eu un enfant souffrant de crises d’asthme savent parfaitement à quoi ressemble l’angoisse de ne plus pouvoir respirer, et ce qu’est l’effroi de voir un humain s’étouffer.

« Je ne peux plus respirer... » La récente, et encore présente, épidémie de coronavirus a fait basculer de nombreuses personnes malades dans une détresse respiratoire parfois mortelle et toujours éprouvante, dont les survivants gardent longtemps le souvenir traumatique.

« Je ne peux plus respirer... » Ces mots sont désormais associés au meurtre de George Floyd, mort asphyxié sous le genou d’un policier américain.

Captées par plusieurs vidéos amateurs, ses supplications répétées – « je ne peux plus respirer, s’il vous plaît, ne me tuez pas, je ne peux plus respirer... » - ont suscité une émotion universelle. Émotion d’être témoin impuissant sz l’assassinat d’un être humain. Émotion de constater le calme et l’indifférence de ses assassins. Émotion de s’imaginer, soi-même, en train d’asphyxier, la gorge écrasée au sol sous le genou d’un psychopathe.

Immense tristesse, immense effroi, immense colère. Immense besoin de réagir, avec l’énergie violente de nos émotions. Et puis d’agir, avec l’énergie calme de nos idéaux.

Se rappeler alors le mouvement du souffle, l’inspiration et l’expiration.

L’indignation, la lutte pour la justice d’un côté ; l’obstination pour la fraternité de l’autre. S’ils sont dissociés, aucun de ces deux mouvements n’aboutira. Mais s’ils sont conjugués, ils pourront tout changer.

Allez, on respire, tous ensemble, un grand coup. Et on se met au boulot. Faire reculer et disparaître le racisme, faire avancer et triompher la fraternité, le travail ne va pas manquer...

Illustration : bouts de vie qui s'envolent...

PS : cet article est inspiré de ma chronique du 9 juin 2020, dans l'émission Grand Bien Vous Fasse, d'Ali Rebeihi, sur France Inter.

https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-09-juin-2020

LES CAILLOUX CONFINES

Souvent dans les randos on me demande ou je donne quelques explications géologiques au grès des paysages et des roches observés.

Pendant cette période de confinement, au hasard des pages consultées sur internet je suis tombé sur un site nommé LES CAILLOUX CONFINES qui forcément à attiré mon attention.

Depuis quelques semaines un collectif de géologues se relaie chaque jour pour proposer trois à quatre minutes de géologie grand public sur une chaîne Youtube qui s’appelle "Les cailloux confinés", et parmi eux j'ai découvert Damien Jaudard à ma grande surprise il est venu à Graissessac et Bédarieux récolter du charbon et de la bauxite . Il nous en parle :

La bauxite de BEDARIEUX https://www.youtube.com/watch?v=O1_nv4OoEkk&list=PLdurZTJBaKbr4ZOyXqNcmlv2qpM7aIrXE&index=22

Une argilite à fossiles de Pecopteris de GRAISSESSAC https://www.youtube.com/watch?v=rtcfDzmwzL8&t=71s

Un charbon de GRAISSESSAC https://www.youtube.com/watch?v=lQ4yuioF-kU&t=6s

Les cailloux confinés est un site actif depuis le 5 avril « Nous sommes confinés à la maison, et nous avons tous des cailloux que nous gardons chez nous, pour leur intérêt géologique, esthétique. Pendant ce confinement, nous allons essayer de vous partager un peu nos collections en vous faisant découvrir leur histoire et ce pour quoi nous les avons collectés. »

Damien Jaujard est géologue à l'Institut de Physique du Globe , auteur d'un ouvrage GEOLOGIE aux éditions Maloine

Hommage à Greame Allwright

larzac-Graeme-Allwright-2012-696x464.jpg L’Association pour l’aménagement du Larzac (l’APAL) a souhaité réagir au décès de Graeme Allwright, sensibilisé à la lutte des années 1970 à 1981, il était devenu militant de la cause à laquelle il avait apporté son soutien à plusieurs reprises.

En juillet 1973, lors du chantier de la bergerie de La Blaquière, installé pour quelques jours dans le hameau des Marres, il s’investit aux côtés des militants où il grave même sa pierre ! Le 28 juillet, le chanteur participe au concert de soutien pour la bergerie. Le 26 août, lors du premier grand rassemblement, sur la scène du Rajal del Guorp, il est présent parmi les nombreux artistes, dont Colette Magny, venus animer le concert devant une foule de soixante mille personnes !

Il raconte : « Les grandes fêtes de soutien aux paysans du Larzac, en 1973 et 1974, m’ont donné l’occasion de vivre des moments extraordinaires sur scène. On était là, bien sûr, pour d’autres raisons plus politiques, mais je me souviens qu’il y avait tout un programme, avec beaucoup d’artistes qui se succédaient sur la scène.

Si bien que pour ma part, j’ai dû attendre mon tour toute la nuit. Et quand ça a été à moi de chanter, ça a été très émouvant, car je m’avançais sur scène et, devant moi, au loin, derrière les arbres, il y avait le soleil qui se levait ! Et du coup, il y avait des quantités de spectateurs qui se trouvaient là, sous le soleil levant.

Les gens sortaient de leurs sacs de couchage. C’est inoubliable, ça ! Une vision impressionnante. Un moment fort » !

(Jacques Vassal, Greame Allwright par lui-même, Éditions du Cherche Midi, 2018, 293 p.)

Membre du comité de soutien de René Dumont, il vient encore sur le plateau le 28 avril 1974, pour l’accompagner dans sa campagne électorale présidentielle. Le soir, à Jassenove, il improvise un concert devant les paysans et les militants Larzac rassemblés.

Dix ans plus tard, les 6 et 7 août 1983, un nouveau rassemblement pour « le Gel Nucléaire » de vingt mille personnes a lieu sur les terres du Rajal del Guorp, où Graeme Alwright et Miguel Angel Estrella figurent parmi d’autres artistes. En 2007, il se produit également lors du dernier meeting de campagne électorale de José Bové.

En novembre 2011 à Paris, il assiste à la sortie du film « Tous au Larzac » de Christian Rouaud.

Le Larzac avait marqué l’artiste ! Des liens s’étaient créés, ils se sont toujours maintenus… Aujourd’hui, le Larzac lui rend hommage !

L’APAL « Association pour l’Aménagement du Larzac. »

La Lutte du Larzac a été un mouvement de désobéissance civile non-violente contre l'extension d'un camp militaire sur le causse du Larzac qui dura une décennie, de 1971 à 1981, et qui se solda par une victoire quand le président fraîchement élu François Mitterrand décida d'abandonner le projet.

Oh oh, Valéry Alors comme ça tu as choisi Tu as choisi les fusils et pas les brebis Tu as choisi la mort Je suis vraiment très déçu Je te croyais plus fort Et tu sais mon vieux Moi aussi j'aime le roquefort

Oh, oh, Valéry Tu me fais de la peine et à mes amis C'est peut-être un geste symbolique Des canons et pas du beurre La conclusion est très logique C'est pourquoi j'ai peur Pour valoriser le travail manuel Oh, donne-nous l'exemple Ne chasse pas ces pauvre travailleurs Qui ont bâti le temple

Oh oh, Valéry Vraiment as-tu choisi Tu parles de paix tu tends la main Et pour rassurer l'adversaire Tu déploies ta panoplie d'armes nucléaire Tes paroles sont belles quand tu parles de l'avenir Si aisément Mais dis-moi, est-ce qu'on peut sourire armé jusqu'aux dents

Dis-moi, Valéry Où s'arrête ta démagogie Tu es vraiment très habile Tu sais si bien séduire Et quand tu emmêles les fils Ça nous fait frémir Je ne trouve qu'un seul mot pour ça Qui me vient à l'esprit Pardonne-moi de te le dire Mais c'est l'hypocrisie

Oh, oh Valéry As-tu vraiment compris A singer that I know very well Said to you one day He said "it's the singers and the poets who...... light the way" Et comme dit Dali la politique N'est que le coté misérable de l'histoire Et je le crois tu sais

Valériane, Mets quelque chose dans sa tisane Pour que le matin au réveil Ses idées soient plus claires Je t'en prie trouve le breuvage Doux-amer Dis-lui que son geste peut être lourd De conséquences Qu'il faudrait bien commencer un jour Par chasser la méfiance

Oh, oh Valéry Puisque tu as choisi Ecoute encore une dernière fois Les oiseaux du plateau Peut-être leur petit chant aigu Te parait idiot Mais tu sais les animaux sont aussi nos amis Et que ces petites bêtes N'aiment pas tellement le bruit

Je n'aurais jamais pu tu sais Te chanter cette chanson Si je n'avais pas beaucoup de respect Pour les joueurs d'accordéon .

https://www.dailymotion.com/video/xbgpyi

Claude Marti , l'instituteur , chanteur occitan

marti_2.png

Le film " Claude Marti , l'instituteur , chanteur occitan et les Comités d'action viticoles " vient de sortir . Film d' 1h 10 signé du réalisateur T.V Jean-Pierre Baro.

Ce film est la réalisation d'un vieux rêve : montrer la construction de cet homme exceptionnel. Parler avec l'instituteur qui pratiquait la méthode Freinet avec beaucoup de passion. Évoquer son parcours de chanteur occitan et son engagement au sein des comités d'action viticoles, (CAV). Rencontrer des militants qui ont partagé ses combats : Jean Huillet, ancien leader du CAV de l'Hérault et Jean-Pierre Laval responsable de "Volem viure al païs. Des paroles fortes et authentiques : un grand merci à eux !

Avec le soutien OCCITANIE PAIS NOSTRE .

En ligne sur le blog : pais-nostre.eu

https://www.youtube.com/watch?v=0avvhubxCoE

VIDÉO - Joan de Nadau chante avec l'école de musique de Lescar

L'école de musique de Lescar a publié une vidéo dans laquelle plus de 80 élèves et professeurs reprennent l'hymne béarnais,Si Canti. Mais le directeur a fait une surprise aux élèves, qui ont découvert la participation de Joan, du groupe Nadau.

Plus de 80 élèves et professeurs ont participé.

https://www.youtube.com/watch?time_continue=26&v=LWbL9ZjE8yo&feature=emb_logo

Du plus jeune au plus âgé, la vidéo rassemble des musiciens amateurs et professionnels de tous niveaux. Chacun chez soi, évidemment, puisque l'école de musique de Lescar ne rouvre pas en ce début de déconfinement. Les plus de 80 élèves et professeurs ont donc joué et chanté Si Canti, l'hymne béarnais. "Nous avons proposé à Joan de Nadau de participer, raconte le directeur, Christophe Sanchez. Il a été l'un des premiers à envoyer sa vidéo !" Le chanteur emblématique du groupe béarnais s'est donc prêté au jeu avec plaisir.

  • Joan de Nadau, c'était la cerise sur le gâteau *!
    — Christophe Sanchez, le directeur

    Quand est arrivé Nadau, j'ai préféré ne rien dire. Je voulais que les élèves aient une petite émotion supplémentaire. Je crois qu'elle est là.
    — Christophe Sanchez, le directeur

Une émission de Pierre Dumayet (1974, ORTF)

hqdefault.jpg

LA PESTE A BOULEVERSÉ L’HISTOIRE, COMME TOUTES LES ÉPIDÉMIES

Regardez dans votre mémoire historique. Vous voyez la guerre, la lutte, la conquête, le crime, l’invention, la catastrophe, mais vous ne voyez ni la peste, ni le choléra, ni la grippe espagnole. Pourtant, les grandes épidémies mènent le monde et le bouleversent en profondeur.

En 1974, à l’ORTF, l’excellent Pierre Dumayet consacrait son émission « Histoire des gens » à la peste, dont plusieurs épidémies ont marqué l’histoire de l’Europe :

  • la peste de Justinien à la fin du VIe siècle
  • la peste noire, qui tua au moins un quart de la population européenne au XIVe siècle
  • l’épidémie de peste qui toucha Marseille en 1720.

Avec l’historien médiéviste Jacques Le Goff, le docteur Jean-Noël Biraben et le professeur Mollaret de l’institut Pasteur, Pierre Dumayet revient sur l’histoire de la peste, la façon dont la maladie était perçue à ces différentes époques, ses prétendues explications, la fabrique du bouc émissaire et son impact sur la société.

Une émission diffusée par l’ORTF le 26 octobre 1974, redécouverte par l’Institut national de l’audiovisuel.

journaliste : Pierre Dumayet réalisation : Jean Cazenave

https://www.youtube.com/watch?v=x7EmrIyylSA

NUESTROS OSOS

ours.jpg

L'ONG espagnole, la Fundacion Oso Pardo (Fondation Ours brun), membre de la gestion transfrontalière de la population de l'ours, composée d'équipes de France, d'Andorre, du Val d'Aran, de Navarre, d'Aragon et de Catalogne vient de publier le recensement sur la population des ours dans les Pyrénées.


Les chiffres n'ont toujours pas été publiés par l'administration française. Le recensement 2019 des ours dans les Pyrénées est pourtant désormais connu depuis le 21 avril, tout au moins en Espagne ! 

En attendant l'autorisation de diffuser la synthèse du suivi ours 2019 par l'Administration française, nous en sommes réduits à relayer l'info publiée par nos collègues espagnols .

En 2019, au moins 52 ours ont été identifiés sur l'ensemble du massif pyrénéen, soit trois de plus que l'année précédente. Encore bien loin des chiffres du début du XXe siècle


En 1900, on estimait à 200 la population d' ours dans le massif, on n'en comptait plus que 78 en 1950, 36 en 1972, 15 en 1982 et il n'en restait plus que 5 en 1995!

Selon la Fundacion Oso Pardo, parmi ces 52 spécimens, 4 femelles ont été identifiées avec 8 petits nés dans l'année et 4 individus sont présumés morts.

L'aggrandissement du territoire


Chaque année, un recensement provisoire des spécimens, appelé Minimum Cash Detected (EMD), est effectué sur la base d'observations, d'empreintes digitales, de photos et d'analyses génétiques.

Cette étude a également permis de constater l'agrandissement du territoire des ours. Selon la Fundacion Oso Pardo : La superficie totale de présence de l'ours dans les Pyrénées est d'environ 10 400 km2, 3 000 km2 de plus qu'en 2018 et 5 400 km2 de plus qu'en 2017. L'ours Goiat est largement responsable de cette forte augmentation avec de grands mouvements vers le sud entre la Catalogne et Aragon pendant la période du rut.

Ces données sont révélées dans un contexte où l'ours Cachou a été retrouvé mort le 9 avril dernier sur le territoire de Les, une commune frontalière dans la province de Lleida en Catalogne espagnole. De nombreuses interrogations pèsent sur les causes de ce décès. 

Des doutes sur la mort de Cachou


Les premières conclusions de l'autopsie réalisée à l'Université autonome de Barcelone (UAB) laissent entrevoir l'hypothèse d'une lutte avec un autre ours mâle suivie d'une chute de 40 mètres, pour expliquer la mort de Cachou, un mâle de 6 ans considéré comme l'un des individus les plus agressifs parmi les ours réintroduits dans les Pyrénées.

Plusieurs éléments laissent penser aux associations associations environnementales catalanes que la mort de Cachou pourrait avoir d'autres causes. Dans une interview accordée à Catalunya radio, Joan Vázquez, le porte-parole de l'association Ipcena, met l'accent sur l'expression de la gueule de l'ours Cachou lorsqu'il a été retrouvé mort : "j'ai parlé à des vétérinaires et des biologistes qui m'ont affirmé que cette sorte de sourire sardonique que l'on note sur Cachou est significatif des animaux morts par empoisonnement. Les muscles se crispent, se rétractent vers le haut et laissent apparaître les incisives". Sans être la cause directe de sa mort, ce poison aurait-il affaibli Cachou ? Sa chute aurait-elle été provoquée par cet état de faiblesse ?

Avec 52 spécimens, les ours sont déjà trop nombreux pour beaucoup d'éleveurs dont les troupeaux sont l'objet d'attaques depuis plusieurs mois.

NUESTOS OSOS

https://www.youtube.com/watch?v=BE5B-aSCzOs

Un documentaire de l' ONG espagnole la Fundacion Oso Pardo guia-de-los-osos.jpg

AURELIEN BARRAU : "Comment habiter maintenant la Terre ?"

il est astro-physicien,spécialiste des trous noirs rappelez vous « Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité » : une signature de 200 personnalités pour sauver la planète c'était en septembre 2018 un appel lancé par Juliette Binoche et Aurélien Barrau pour une action politique « ferme et immédiate » face au changement climatique.

Dans "Comment habiter maintenant la Terre ?" Les grandes conférences liégeoises

https://www.youtube.com/watch?v=v2V2qeoOjqE

Sans faire la morale ni culpabiliser, Aurélien Barrau nous dresse le bilan de notre civilisation actuelle et de la catastrophe qui est à nos portes. Il le précise lui-même, il est astrophysicien et non écologue. Son discours n’a nullement prétention à la rigueur universitaire. C’est en tant qu’habitant de le Terre et membre de la tribu des vivants qu’il tente ce cri d’alerte

COVID-19 : les populations de réfugiés, de migrants et de personnes déplacées pourraient être dévastées

© UNICEF Déclaration de la directrice générale d'UNICEF, Henrietta Fore : « La pandémie de COVID-19 pourrait dévaster les populations de réfugiés, de migrants et de personnes déplacées à l'intérieur du pays sans une action internationale urgente. »

Taïro - Révolution Part.1 : Le Futur

Le conteur ariégeois Olivier de Robert "ouvre une fenêtre" aux "confinés"

Publié dans La Dépêche du midi

ODR.jpg Confiné comme tout le monde, dans sa vallée sauratoise, le conteur Olivier de Robert donne rendez-vous à ses fans tous les samedis à 21 heures sur sa chaîne youtube "olivierconteur", pour assister à un spectacle en direct.

"N’étant ni soignant, ni caissier, ni chauffeur, ni gendarme, pas même ministre, mais raconteur d’histoires, je me dis que mes mots peuvent donner un coup de main. Il s’en écrit beaucoup, c’est parfait." a dernièrement écrit Olivier de Robert à ses fans.

Confiné comme tout le monde, dans sa vallée sauratoise, le conteur a décidé de proposer au public des spectacles en direct de son salon, devant sa webcam, tous les samedis soir à 21 heures. Un nouvel exercice pour le conteur. "J’espère apporter un peu de légèreté en ses temps de tourmente. Comme je l’ai déjà écrit, je ne suis pas soignant, et ce que je propose n’est rien, comparé à leur travail. Mais si je peux faire sourire des personnes confinées, dont certaines se retrouvent à plusieurs dans 12 m2, alors je serai heureux et je sais que là, je suis à ma place." explique ému Olivier. Ses habitués, qui le retrouvent chaque mardi sur son compte youtube pour sa chronique hebdomadaire ont pu découvrir sa vidéo intitulée "les confinis parlent aux confinés". Une vidéo qui a explosé les compteurs du conteur, avec plus de 125 000 vues. "Faire sourire les gens, tromper l’ennui, bref, donner un tout petit coup de main, en ce moment, c’est important. Et les commentaires des gens me touchent énormément." conclut Olivier.

Le rendez-vous est donc fixé samedi prochain à 21 heures sur sa chaîne youtube "olivierconteur", pour assister à son second direct, et tous les mardis pour découvrir ses nouvelles vidéos.

Parenthèse musicale, s'évader en musique

Il suffit de quelques notes pour être transporté, pour qu’un souvenir de voyage se rappelle à nous et nous emmène, l’espace d’un instant, de nouveau ailleurs. L’équipe Allibert Trekking vous propose cette semaine de voyager à travers la musique, puisque le voyage commence bien avant le départ et se poursuit bien après le retour... Voici six albums et une playlist pour vous évader…

https://www.allibert-trekking.com/1573-voyage-decouverte-musique?utm_source=Newsletter&utm_medium=email&utm_content=Parenthèse+musicale&utm_campaign=2020-03-22+Voyager+en+musique#SmileMediaBundle_1777

BIENVENUE AU PAYS DE L'OURS

Voilà une sélection de vidéos sur l'ours et la nature. Tout le monde peut y trouver son bonheur, des passionnés aux enfants. Ours_brun_parcanimalierpyrenees_2.jpg

Nous les avons regroupées par catégorie :

Sur l'ours dans les Pyrénées

La chaîne Youtube de Pays de l'Ours - Adet

Pour voir ou revoir toutes les vidéos des ours dans les Pyrénées, et bien plus encore ...

https://www.youtube.com/user/Paysdelours/videos

Documentaire Grandeur Nature -l'Ours des Pyrénées

https://www.youtube.com/watch?v=mFvk-3SEEG4

Documentaire À PAS D'OURS - L'équipe Ours et le Réseau Ours Brun

https://www.youtube.com/watch?v=juQ5cXa_Gao

L'Ours des Pyrénées , le pourquoi du comment (Altaîr - Nature)

  1. Il était une fois ... l'Ours :https://youtu.be/juIAsTGokOw

  2. Le Retour de l'ours : https://youtu.be/4MvXpIfyNq0
  1. L'Ours & le Pastoralisme : https://youtu.be/EwX1NeaIb2s

  2. L'Ours & les autres usagers de la Montagne: https://youtu.be/nr58847-U1Q

  3. L'Ours, un patrimoine culturel ? : https://youtu.be/ayM61k-dmq8

    Et pour se distraire : Les Deschiens L'Ours des Pyrénées :

https://www.youtube.com/watch?v=YVPZfVairDQ

Avec les enfants

Jean de l'Ours - Olivier de Robert

https://www.youtube.com/watch?v=K5ceUKQgGKc

**C'est pas sorcier; l'ours

https://www.youtube.com/watch?v=RAbTYst4e2M

Un jour une question : Pourquoi introduit-on des ours dans les Pyrénées ?

https://www.lumni.fr/video/pourquoi-introduit-on-des-ours-dans-les-pyrenees

Pour les passionnés d'ours

Conférence : L'ours européen, une histoire culturelle :

https://www.youtube.com/watch?v=Y5amifks3To&t

Sur les Pyrénées

Echappées belles "Pyrénées" :

https://www.youtube.com/watch?v=tgor3srx2C8

Des racines et des ailes, Entre Béarn et Bigorre :

https://www.youtube.com/watch?v=W0m8PIQSz0s

Les 100 qu'il faut voir en Ariège :

https://www.youtube.com/watch?v=IMOmzcLqvLE

Pyrénées, vie sauvage :

https://www.youtube.com/watch?v=FsP4XTb4lVA

En route vers les estives, en vallée d'Aspe :

https://www.youtube.com/watch?v=mI8z_dtRrSY

Sur l'ours brun, en Europe et ailleurs

Fort comme un Ours :

https://www.youtube.com/watch?v=jf-zionKiq0

Les ours des Cantabriques (Espagne) :

https://www.youtube.com/watch?v=DDPciyiJkOc

Vivre avec les ours, le pari de la Slovénie :

https://www.youtube.com/watch?v=4_IdOWHCe8o

Les Ours en Roumanie dans les Carpates :

https://www.youtube.com/watch?v=_F0lIB0ppPw

Alaska, la terre de l'ours brun :

https://www.youtube.com/watch?v=T59QPki2qbA

L'évolution de l'ours

Partie 1/4 : https://www.youtube.com/watch?v=I2clWbBUpVU

Partie 2/4 : https://www.youtube.com/watch?v=muCG5QU_yDc

Partie 3/4 : https://www.youtube.com/watch?v=yZZT15YrQ6w

Partie 4/4: https://www.youtube.com/watch?v=Dd2za2M3EuU

Divers / Nature

L'extraordinaire photographe animalier Vincent Munier :

https://www.youtube.com/watch?v=lUJQRMeYFqM

Sylvain Tesson : "La première victoire du virus, c'est la peur"

L'écrivain voyageur Sylvain Tesson est l'invité du Grand entretien de France Inter.

Ecoutez https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-20-mars-2020

Sylvain Tesson a fait plusieurs expériences de moment de solitude, choisies ou non, et il en a tiré quelques conclusions. 

*"La seule manière de ne pas succomber dans l’effondrement général, et le seul sur lequel on peut intervenir, c’est l’effondrement de soi-même. Ce que j’ai découvert c’est que la seule chose qu’on puisse faire c’est de ne pas engager une lutte contre le temps ; la guerre arithmétique contre les secondes qui passent, si on fait cela on est écrasé."

Cesser de lutter contre le temps, mieux vaut le sculpter

Pour l'écrivain, "il ne faut pas lutter contre le passage du temps, mais l’accompagner". Pour lui, si "nous avons la possibilité aujourd’hui de transformer nos vies sous pression, nos vies hâtives, qui nous soumettaient en permanence à des injections de dire ce qu’on pense, de courir, il nous est offert l’exact contraire. Nous le subissons, mais si nous ne tâchons pas d’en faire quelque chose, c’est la double peine".

Aujourd'hui, la ligne d'inégalité entre les gens, va se dessiner autour du rapport au temps 

"Il y a une autre ligne d’inégalité, c’est le rapport au temps, au silence, à la solitude, il y a des hommes qui goûtent cela. Il y a des gens qui ont avec leur mémoire et leur sensibilité des conversations permanentes"

Giono, Tourgueniev et Zweig au secours du confinement

Sylvain Tesson rappelle que le président Emmanuel Macron a incité les gens à lire. "Je me suis précipité sur deux petits romans qui parlent de la retraite, c'est "Le joueur d’échecs" de Stefan Zweig, et "Le journal d’un homme de trop" de Tourgueniev, c’est la possibilité de s’échapper en lisant ou en écrivant". 

Les auditeurs interpellent Sylvain Tesson pour lui rappeler que les journées confinées sont surchargées en télétravail, scolarisation à domicile, prises de contacts avec les plus fragiles, ils n'ont pas le temps de relire Balzac ni Faulkner.  Tesson cite aussi la fable de La Fontaine, "Les animaux malades de la peste", où l'on voit les animaux s'adonner à toutes sortes de procès, pour chercher des coupables. "Cela révèle toutes nos mauvaises passions, la peur, la jalousie, l’envie, l’amertume. Alors que dans "le Hussard sur le toit", avec Giono, il y a un procès spirituel. Ceux qui avaient peur de la contagion attrapent la maladie, ceux qui n’avaient pas peur, les plus nobles, étaient épargnés".

Un message de GREENPEACE France

19/02/2020

J'ai reçu ce matin , ce courrier de GREENPEACE France, je vous le transmet intégralement greenpeace.jpg Bonjour Jean-Claude,

Nous espérons que vous allez bien, ainsi que vos proches.

Depuis ce lundi, toute l’équipe salariée de Greenpeace France est en télétravail. Si nous continuons bien sûr à travailler sur nos campagnes, nous tenons aussi à exprimer tout notre soutien aux personnels soignants, à celui des services alimentaires, et à toutes celles et ceux qui sont en première ligne. Nous pensons aussi tout particulièrement aux personnes seules, malades, à risque, à la rue et vulnérables économiquement.

DES IDEES POUR LES PROCHAINS JOURS

La solidarité est une force et les semaines qui vont suivre peuvent être aussi l’occasion de repenser à ce qui est important dans notre rapport à la consommation et aux comportements quotidiens. Et parce que la sérénité est encore plus essentielle en ces temps difficiles, nous avons sélectionné pour vous des contenus qui font du bien.**

Ici, vous trouverez 10 vidéos relaxantes, à voir et à écouter sans modération pour découvrir la beauté et la magie de notre planète.

10 vidéos relaxantes: https://www.youtube.com/watch?v=-GUSrRhXcXA&list=PLClXnL5aHwxX059kNpADKTit3021Ha5JU&index=1%2F,

Si vous n’avez pas eu l’occasion de voir Chemin de travers, le documentaire qui a remporté le Prix du Public du Greenpeace Film Festival 2020, nous le remettons en libre accès sur notre site jusqu’au 31 mars grâce à l’accord de l’équipe du film que nous remercions chaleureusement. Un film plein d’espoir, justement ce dont on a besoin !

https://greenpeacefilmfestival.org/film/chemins-de-travers/?utm_medium=200319_PushInfo&utm_source=email&utm_campaign=Instit

Et si c’était le moment de tester une de nos recettes ? À préparer en solo ou en famille, elles régaleront toutes les papilles.

https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/2020/03/Depliant_recette_printemps_DEF_HD.pdf

DES LECONS POUR L'AVENIR

Si la crise sanitaire que nous traversons est un défi à relever collectivement, elle doit aussi nous permettre de renforcer le constat que nous devons radicalement transformer notre système actuel pour affronter d’autres menaces, comme celle du changement climatique.

Pour répondre à cet enjeu, vous pouvez compter sur nous.

Mais nous devons pouvoir compter aussi sur des services de santé publics de bonne qualité : il est essentiel que le personnel médical soit correctement rémunéré, que ses effectifs soient suffisants pour travailler dans de bonnes conditions, avec des moyens financiers à la hauteur pour le matériel et les infrastructures.

Nous avons besoin que les scientifiques et les expert·es puissent mener leurs travaux sans répondre à des intérêts privés grâce à des financements publics. Nous devons aussi compter sur des médias qui puissent travailler en toute indépendance. Nous avons enfin besoin que les hommes et les femmes politiques agissent dans l’intérêt de tous et toutes, et prennent des décisions structurantes, non pour maintenir un système défaillant mais bel et bien pour protéger les populations des périls sanitaires et climatiques, en anticipant les transformations à mener dès à présent.

Nous reviendrons bientôt dans votre boîte mail, avec davantage de contenus de décryptage, de découverte et d’information.

En attendant, prenez soin de vous et de vos proches, et restez chez vous !

L’équipe de Greenpeace France

SUR LE FRONT DES GLACIERS

sur le front.jpg

Ce mardi 17 mars, à 21h05, France 2 diffusera le deuxième numéro de Sur le front, une série documentaire incarnée par Hugo Clément. Après s'être intéressé aux océans, le journaliste tente de comprendre ce qui se joue au niveau des glaciers et des calottes polaires.

D'après un rapport officiel du Giec, les calottes du Groenland et de l'Antarctique ont perdu plus de 400 milliards de tonnes de masse par an dans la décennie précédant 2015. Ceci correspond à une hausse du niveau de la mer de près de 1,2 millimètre chaque année. Et les glaciers des montagnes ont eux aussi perdu près de 280 milliards de tonnes de glace annuellement à la même période, augmentant le niveau de la mer de 0,77 mm supplémentaire chaque année. Face à un tel constat, le journaliste Hugo Clément a voulu se rendre sur plusieurs glaciers (France, Pérou, pôle Nord...) afin d'observer les changements, accompagné d'experts et de guides locaux.

Sur le front des glaciers avec Hugo Clément, mardi 17 mars à 21h05 sur France 2.

Sur le front des glaciers - le teaser

https://www.france.tv/france-2/sur-le-front/1340385-sur-le-front-des-glaciers-le-teaser.html

Alors que les glaciers ont une influence directe sur le climat, ces derniers sont en train de disparaître comme à Argentière, en France. Pourtant, des glaciologues se mobilisent notamment au Pérou et en Autriche, pour sauver les populations menacées et des lanceurs d'alerte et des scientifiques tentent de proposer des solutions innovantes pour sauver ces géants. Hugo Clément a aussi suivi l'expédition de sauvetage de Mike Horn et de Borge Ousland au Pôle Nord, où les deux explorateurs ont failli laisser leur vie. Hilde et Sunniva, deux bénévoles, ont quant à elle, tout quitter pour s'installer dans une cabane de trappeur, d'où elles enregistrent les modifications du climat arctique.

Mike Horn raconte ses exploits les plus fous | Interview | Konbini

Son tour du monde en suivant l’Équateur, ses ascensions à plus de 8000 mètres (sans oxygène), ses expéditions au Pôle Nord… Le grand aventurier Mike Horn revient sur ses exploits les plus fous.


Il y a dix ans, Jean Ferrat prenait le dernier train

FERRAT, C’EST NOUS

Ferrat, c’est nous. La montagne, c’est chez nous, les marins de Potemkine, c’est nos frères, ma môme, c’est la mienne, la nuit et le brouillard, c’est en nous, c’est nous qui ne guérissons pas de notre enfance, c’est nous qui aimons à perdre la raison. La Commune, Aragon, Robespierre et le vieil Hugo, c’est nous, les camarades et le goût du bonheur, c’est nous. La France de Ferrat, celle qui rêve et qui lutte pour que vienne enfin le temps des cerises, c’est nous.

Nous, oui, et on n’est pas seul. Depuis longtemps, c’est beaucoup de France qui se sont reconnues dans Ferrat, depuis plus de soixante ans, beaucoup de France qui – littéralement, exactement – n’en finissent pas de le reprendre « en cœur », léger ou grave, lyrique ou cinglant, savant et populaire à la fois. Beaucoup de France, le poing serré, les bras ouverts, et qui n’arriveront jamais à faire la différence entre le battement de l’amour et l’amour de la Résistance.

Oui, Ferrat, c’est nous.

Daniel Mermet

l y a dix ans, le 13 mars 2010, Ferrat prenait le dernier train. Dix ans, mais le temps n’efface pas sa popularité. En cette année où l’on va célébrer de Gaulle et sa « certaine idée de la France », il faudra évoquer l’idée très différente que Jean Ferrat osa opposer au tout puissant général.

Sortie en 1969, sa chanson « Ma France » fut interdite par l’ORTF pendant deux ans. Motif ? Une attaque insupportable contre le pouvoir gaulliste. « Cet air de liberté au-delà des frontières (…) dont vous usurpez aujourd’hui le prestige », ou encore, cette France, « celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs ». Oui, pour ces mots-là, il fut interdit d’antenne nationale. On ne remerciera jamais assez les censeurs de l’ORTF d’avoir fait d’un simple chansonnier un immense poète populaire. Il fallut attendre la mort de De Gaulle pour que la chanson passe sur les antennes et que Jean Ferrat soit à nouveau invité sur les plateaux. Pas longtemps. En 1972, il claquait la porte du show-biz et partait pour son Ardèche. Sans rancune et même inquiet de ne plus être interdit. « Quand on n’interdira plus mes chansons / Je serai bon à jeter sous les ponts ».

En partant il y a dix ans, Jean Ferrat laissait les 200 chansons qu’il a enregistrées. À côté des titres qui font partie de nos vies, il reste beaucoup à découvrir. En 1985, pour la sortie de Je ne suis qu’un cri, sur des textes de son ami Guy Thomas, Antenne 2 présentait Ferrat 85, un entretien de Bernard Pivot avec Jean Ferrat, chez lui à Antraigues avec une quinzaine de chansons – dont certaines restent une découverte. À noter, « La Porte à droite », où Ferrat dénonce le « tournant de la rigueur » de 1983, c’est-à-dire la conversion de la gauche socialiste au néolibéralisme…

DANIEL MERMET et ses abonnés nous offrent la rediffusion de l'émission de LA-BAS SI J'Y SUIS du 15 mars 2010 en hommage à Jean Ferrat

https://static.infomaniak.ch/dl/a3c65fcc77392f56e614d2919a67473f/5e68a497/vodstatic/3580/36316-pgpckvyx.42419.476.mp3

En 1985, Jean FERRAT reçoit chez lui à ENTRAYGUES SUR VOLANE Bernard PIVOT

https://www.youtube.com/watch?v=8z0q8DdyYMQ La video de l'émission

Ci-dessous le lien du blog de J. Ferrat

https://jeanferrat86.skyrock.com/3203929103-1985-Jean-FERRAT-chez-lui-recoit-Bernard-PIVOT.html

mouseland-2.jpg

Mouseland est une histoire écrite par l'homme politique canadien Clarence Gillis et racontée en 1961 sur les ondes de la CBC par son ami Tommy Douglas1, chef de la Fédération du Commonwealth coopératif (FCC), devenu depuis le Nouveau Parti démocratique du Canada. Il s'agit d'une fable politique exprimant l'opinion du FCC selon laquelle le système politique canadien est vicié en offrant aux électeurs un faux dilemme : le choix de deux partis, dont aucun des deux ne représenterait leurs intérêts.

https://www.youtube.com/watch?v=OEPPdTQL2S4

François Sarano est un océanographe et un plongeur exceptionnel. Depuis des décennies, il parcourt les mers du globe, accompagnant les expéditions de Jacques-Yves Cousteau, puis la réalisation du magnifique film de Jacques Perrin, Océans. Il vient de publier, avec Coralie Schaub, Réconcilier les hommes avec la vie sauvage.

C'est un entretien recueilli par Hervé KEMPF que REPORTERRE nous offre . EXCEPTIONNELLE VIDEO

https://reporterre.net/VIDEO-Francois-Sarano-La-loi-de-la-jungle-est-la-loi-de-la-paresse

François Sorano1.jpg

"Nous avons voulu le rencontrer. François Sarano nous a raconté avec une faconde extraordinaire ses rencontres avec les cachalots, les requins, les baleines bleues, et l’univers magique des océans. Il livre aussi une vision très originale de la nature et de la société. Nous espérons que vous savourerez cet entretien avec un homme que la vie avec les animaux a conduit à un humanisme profond." Reporterre

RECONCILIER LES HOMMES AVEC LA VIE SAUVAGE

François SORANO

Coralie SCHAUB

et une préface de Pierre RABHI

aux Editions Actes Sud

Au fil de ce long entretien accordé à Coralie SCHAUB, François SARANO, plongeur, océanographe, conférencier, réalisateur et écrivain, partage l’enseignement tiré et reçu au travers de rencontres humaines (J.Y. COUSTEAU, J. PERRIN, …) et sauvages ( le monde animal, le monde marin,..), mais aussi de prolonger ses réflexions, comme il ne l’avait jamais fait jusqu’à présent. Tout en restant, selon son habitude, concret, généreux, humain et humaniste. Et plus que jamais conteur et philosophe.

La pensée de François SARANO gagne un public toujours plus nombreux et fervent, sans doute parce que son discours n’a jamais semblé si actuel, si riche de sens dans un monde rongé par le doute et les désastres écologiques. Cet homme-là, il faut l’écouter, il faut le lire, il faut le rencontrer.

Ses expériences, ses rencontres sous-marines sauvages, ses rencontres avec des hommes d’exception, il nous les fait vivre, il les fait entrer intimement en résonance en nous. Pourquoi ? Pour nous réconcilier avec nous – même, avec l’autre, tous les autres, tous ceux qui sont, comme il aime à nous le rappeler, nos « co-loca-Terre », dans un environnement qu’il nous faut partager.

Ainsi la réconciliation avec tout ce qui constitue notre environnement devient aussi une recherche de sens, et une joie profonde qui nous emplit. Cet homme-là nous surprend par ses constats, ses observations ses réflexions, bien souvent à l’encontre des pensées établies, des principes existants, transformant ses résultats en une philosophie quotidienne appliquée et active.

Porte-parole de l’association LONGITUDE 181 qu’il a cofondé, François SARANO est aux Océans ce que Pierre RABHI est à la Terre, dans un humanisme concret, dans une modestie de ton, dans une inlassable persévérance à la sauvegarde du dernier territoire sauvage, l’Océan, pour préserver le sort de chacun, ici et maintenant, et pour la perpétuité du bonheur à vivre.

Prenez un instant avec lui pour inspirer à plein poumons en plongée accompagnée, sur les traces de ses prédécesseurs, Jacques-Yves COUSTEAU, Albert FALCO,; Yves PACCALET… et tant d’autres. Une échappée profonde, généreuse, riche de sens.

François Sarano en est convaincu : qui apprend à rencontrer la vie sauvage, qui prend le temps de se laisser apprivoiser par un cachalot, qui se montre bienveillant à l’égard du requin, aimera communiquer et partager avec les hommes et les femmes d’ici et d’ailleurs.

Plongeur professionnel et océanographe, il a pourtant commencé sa carrière près des pierres et des hommes, mais l’appel de l’océan a été plus fort, et l’amour de la plongée l’a rattrapé. Sa vie bascule un jour de 1985, quand il croise la route de Jacques-Yves Cousteau. Le voilà conseiller scientifique du commandant au bonnet rouge et chef d’expédition de la Calypso, à bord de laquelle il découvre l’océan et ses mystères pendant treize ans. Plus tard, il rejoint l’équipe de Jacques Perrin qui achève de le convaincre que le regard d’une baleine, la fulgurance des thons ou la cavalcade des dauphins en disent plus long sur la vie océanique que tous les chiffres du monde.

La vie sauvage comme source de quiétude, de sagesse et de concorde est au cœur de la philosophie et de la quête de François Sarano. Il a accepté de répondre à l’invitation de la journaliste Coralie Schaub pour une longue conversation, une plongée en eaux profondes dans ses pensées, son univers, son expérience. Un vagabondage guidé par son “étoile polaire”, son cap : réconcilier les humains avec la nature indomptée, puisque c’est au contact de celle-ci qu’Homo deviendra Sapiens et saura vivre en société, en paix.

REVUE DE PRESSE

Mêlant des réflexions quasi philosophiques à des observations plus scientifiques, François Sarano nous conduit à la volonté de préserver les océans. Olivier Nouaillas, LA VIE

Une magnifique réflexion scientifique et philosophique sur notre relation à l’océan. Marie Girod, A FOND LA SCIENCE

  • Ce long et argumenté plaidoyer pourrait n’être qu’un cri d’alerte. C’en est un. Mais c’est aussi un cri d’espoir, poussé par un homme de conviction qui a voué sa vie au monde des profondeurs.* Claude Vincent, LES ECHOS

    Dans ce récit, il nous emmène à la rencontre des coraux, des crocodiles de mer, des cachalots et des requins blancs. Des espèces emblématiques pour rappeler que nos océans sont fragiles et qu’il faut les protéger. Frédérique Schneider, LA CROIX

Spécial Saint Valentin! AU COEUR DU MONDE


2 COUPS DE COEUR !


Le premier pour HUBERT REEVES et le second pour LINDA BORTOLETTO


HUBER REEVES

inutile de vous présenter cet astrophysicien, il a tant écrit pour vulgariser la physique nucléaire et ses connaissances en astronomie. à la portée de tous,Ses principaux ouvrages, Patience dans l'azur, Poussières d'étoiles L'Heure de s'enivrer et encore L'Univers expliqué à mes petits-enfants, connaissent un énorme succès on se souviendra ses interventionssur France 2 à la télévision avec La nuit des étoiles et de ses chroniques à la radio sur France Culture. Mais , l' objet de mon coup de coeur fait parti de son engagement écologique pour la défense de l'environnement son investissement dans la défense de la cause animale et des raisons ethiques qu'il expose dans ses ouvrages comme le mal de Terre" avec parfois un retour plein d'optimisme Là où croît le péril... croît aussi ce qui sauve*

LA TERRE VUE DU COEUR c'est un film sorti en 2018 complété par un magnifique livre du même titre en 2019 https://www.youtube.com/watch?v=nZB-VJy3KVI (bande annonce#1) https://www.youtube.com/watch?v=E65H6UkgKIs (bande annonce#2) . UN CRI D'AMOUR POUR LA PLANETE , UNE INVITATION A CELEBRER LE VIVANT

Personne ne connaît l’avenir, mais nous pouvons détailler les menaces qui pèsent sur la Terre, aller voir des lieux où ce que nous craignions est en train de se produire. Les décisions qui seront prises dans les années qui viennent influenceront le cours de la vie humaine. En effet, nous sommes aujourd’hui menacés par la 6ème extinction et cette prise de conscience doit engendrer une réaction qui passe de l’attention, à l’intention et à l’action, action qui est notre responsabilité.

Comme nous l’avons longtemps pensé, les hommes ne sont pas le chef-d’oeuvre de la création, nous ne sommes pas le but de l’évolution. Nous devons absolument retrouver une certaine humilité et repenser notre place dans la nature, prendre conscience de la totale interdépendance de tous les êtres vivants avec qui nous devons être en relation, intégrer notre vie à celle du monde animal et arrêter de considérer la Terre comme notre propriété. Il faut croire qu’un avenir est encore possible.

Autour de Hubert Reeves et Frédéric Lenoir, des scientifiques nous interpellent : la biodiversité est aujourd’hui menacée. Si certains humains sont à l’origine de la crise, d’autres, de plus en plus nombreux, s’y attaquent à bras le corps et créent des solutions. Ensemble, dans cet ouvrage dédié aux générations futures, ils nous rappellent à quel point le vivant sous toutes ses formes est un fascinant et touchant mystère... qu’il ne tient qu’à nous de préserver !

Nous devons vraiment abandonner cette idée ; entretenue pendant plusieurs millénaires, que nous serions l'espèce élue et vivre en harmonie avec les autres espèces.

*«  La Terre vue du cœur pour moi, ce n'est pas simplement le regard de celui qui veut comprendre, mais le regard de qui est capable de s' émouvoir. Le regard scientifique ne peut voir la vie que sous forme de molécules, d' atomes, de lois de la nature, etc. Voir avec le cœur, c'est prendre pleinement conscience de l' interdépendance des êtres vivants et partager leur sort avec un respect amoureux ». Hubert Reeves*

LINDA BORTOLETTO

est moins connue , mais aussi beaucoup plus jeune, à peine un peu plus de 35 ans ! j'ai été séduit par ses choix de vie d'aventurière du XXI eme siecle

A 30 ans, Linda Bortoletto tire un trait sur sa vie d'alors : :ne situation professionnelle attrayante et une vie personnelle  accomplie, pour rechercher et vivre ce qu'elle est vraiment et devient aventurière. C'est à l'extrême-Orient de la Sibérie, avec les Tchoutches éleveurs de rennes du Kamchatka, qu'elle se découvre. Depuis, elle voyage à travers le globe dans des zones isolées, en quête de partage humain, de proximité avec la nature et d'authenticité. Vous pouvez suivre ses aventure sur son site Internet.

Il y a quelques mois je vous avez présenté:le chemin des Anges Sac au dos, Linda Bortoletto a parcouru le Shvil , qui serpente sur mille kilomètres du nord au sud. Rencontre après rencontre , ce