1. Accueil
  2. Rechercher

Le conteur ariégeois Olivier de Robert "ouvre une fenêtre" aux "confinés"

Publié dans La Dépêche du midi

ODR.jpg Confiné comme tout le monde, dans sa vallée sauratoise, le conteur Olivier de Robert donne rendez-vous à ses fans tous les samedis à 21 heures sur sa chaîne youtube "olivierconteur", pour assister à un spectacle en direct.

"N’étant ni soignant, ni caissier, ni chauffeur, ni gendarme, pas même ministre, mais raconteur d’histoires, je me dis que mes mots peuvent donner un coup de main. Il s’en écrit beaucoup, c’est parfait." a dernièrement écrit Olivier de Robert à ses fans.

Confiné comme tout le monde, dans sa vallée sauratoise, le conteur a décidé de proposer au public des spectacles en direct de son salon, devant sa webcam, tous les samedis soir à 21 heures. Un nouvel exercice pour le conteur. "J’espère apporter un peu de légèreté en ses temps de tourmente. Comme je l’ai déjà écrit, je ne suis pas soignant, et ce que je propose n’est rien, comparé à leur travail. Mais si je peux faire sourire des personnes confinées, dont certaines se retrouvent à plusieurs dans 12 m2, alors je serai heureux et je sais que là, je suis à ma place." explique ému Olivier. Ses habitués, qui le retrouvent chaque mardi sur son compte youtube pour sa chronique hebdomadaire ont pu découvrir sa vidéo intitulée "les confinis parlent aux confinés". Une vidéo qui a explosé les compteurs du conteur, avec plus de 125 000 vues. "Faire sourire les gens, tromper l’ennui, bref, donner un tout petit coup de main, en ce moment, c’est important. Et les commentaires des gens me touchent énormément." conclut Olivier.

Le rendez-vous est donc fixé samedi prochain à 21 heures sur sa chaîne youtube "olivierconteur", pour assister à son second direct, et tous les mardis pour découvrir ses nouvelles vidéos.

Parenthèse musicale, s'évader en musique

Il suffit de quelques notes pour être transporté, pour qu’un souvenir de voyage se rappelle à nous et nous emmène, l’espace d’un instant, de nouveau ailleurs. L’équipe Allibert Trekking vous propose cette semaine de voyager à travers la musique, puisque le voyage commence bien avant le départ et se poursuit bien après le retour... Voici six albums et une playlist pour vous évader…

https://www.allibert-trekking.com/1573-voyage-decouverte-musique?utm_source=Newsletter&utm_medium=email&utm_content=Parenthèse+musicale&utm_campaign=2020-03-22+Voyager+en+musique#SmileMediaBundle_1777

BIENVENUE AU PAYS DE L'OURS

Voilà une sélection de vidéos sur l'ours et la nature. Tout le monde peut y trouver son bonheur, des passionnés aux enfants. Ours_brun_parcanimalierpyrenees_2.jpg

Nous les avons regroupées par catégorie :

Sur l'ours dans les Pyrénées

La chaîne Youtube de Pays de l'Ours - Adet

Pour voir ou revoir toutes les vidéos des ours dans les Pyrénées, et bien plus encore ...

https://www.youtube.com/user/Paysdelours/videos

Documentaire Grandeur Nature -l'Ours des Pyrénées

https://www.youtube.com/watch?v=mFvk-3SEEG4

Documentaire À PAS D'OURS - L'équipe Ours et le Réseau Ours Brun

https://www.youtube.com/watch?v=juQ5cXa_Gao

L'Ours des Pyrénées , le pourquoi du comment (Altaîr - Nature)

  1. Il était une fois ... l'Ours :https://youtu.be/juIAsTGokOw

  2. Le Retour de l'ours : https://youtu.be/4MvXpIfyNq0
  1. L'Ours & le Pastoralisme : https://youtu.be/EwX1NeaIb2s

  2. L'Ours & les autres usagers de la Montagne: https://youtu.be/nr58847-U1Q

  3. L'Ours, un patrimoine culturel ? : https://youtu.be/ayM61k-dmq8

    Et pour se distraire : Les Deschiens L'Ours des Pyrénées :

https://www.youtube.com/watch?v=YVPZfVairDQ

Avec les enfants

Jean de l'Ours - Olivier de Robert

https://www.youtube.com/watch?v=K5ceUKQgGKc

**C'est pas sorcier; l'ours

https://www.youtube.com/watch?v=RAbTYst4e2M

Un jour une question : Pourquoi introduit-on des ours dans les Pyrénées ?

https://www.lumni.fr/video/pourquoi-introduit-on-des-ours-dans-les-pyrenees

Pour les passionnés d'ours

Conférence : L'ours européen, une histoire culturelle :

https://www.youtube.com/watch?v=Y5amifks3To&t

Sur les Pyrénées

Echappées belles "Pyrénées" :

https://www.youtube.com/watch?v=tgor3srx2C8

Des racines et des ailes, Entre Béarn et Bigorre :

https://www.youtube.com/watch?v=W0m8PIQSz0s

Les 100 qu'il faut voir en Ariège :

https://www.youtube.com/watch?v=IMOmzcLqvLE

Pyrénées, vie sauvage :

https://www.youtube.com/watch?v=FsP4XTb4lVA

En route vers les estives, en vallée d'Aspe :

https://www.youtube.com/watch?v=mI8z_dtRrSY

Sur l'ours brun, en Europe et ailleurs

Fort comme un Ours :

https://www.youtube.com/watch?v=jf-zionKiq0

Les ours des Cantabriques (Espagne) :

https://www.youtube.com/watch?v=DDPciyiJkOc

Vivre avec les ours, le pari de la Slovénie :

https://www.youtube.com/watch?v=4_IdOWHCe8o

Les Ours en Roumanie dans les Carpates :

https://www.youtube.com/watch?v=_F0lIB0ppPw

Alaska, la terre de l'ours brun :

https://www.youtube.com/watch?v=T59QPki2qbA

L'évolution de l'ours

Partie 1/4 : https://www.youtube.com/watch?v=I2clWbBUpVU

Partie 2/4 : https://www.youtube.com/watch?v=muCG5QU_yDc

Partie 3/4 : https://www.youtube.com/watch?v=yZZT15YrQ6w

Partie 4/4: https://www.youtube.com/watch?v=Dd2za2M3EuU

Divers / Nature

L'extraordinaire photographe animalier Vincent Munier :

https://www.youtube.com/watch?v=lUJQRMeYFqM

Sylvain Tesson : "La première victoire du virus, c'est la peur"

L'écrivain voyageur Sylvain Tesson est l'invité du Grand entretien de France Inter.

Ecoutez https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-20-mars-2020

Sylvain Tesson a fait plusieurs expériences de moment de solitude, choisies ou non, et il en a tiré quelques conclusions. 

*"La seule manière de ne pas succomber dans l’effondrement général, et le seul sur lequel on peut intervenir, c’est l’effondrement de soi-même. Ce que j’ai découvert c’est que la seule chose qu’on puisse faire c’est de ne pas engager une lutte contre le temps ; la guerre arithmétique contre les secondes qui passent, si on fait cela on est écrasé."

Cesser de lutter contre le temps, mieux vaut le sculpter

Pour l'écrivain, "il ne faut pas lutter contre le passage du temps, mais l’accompagner". Pour lui, si "nous avons la possibilité aujourd’hui de transformer nos vies sous pression, nos vies hâtives, qui nous soumettaient en permanence à des injections de dire ce qu’on pense, de courir, il nous est offert l’exact contraire. Nous le subissons, mais si nous ne tâchons pas d’en faire quelque chose, c’est la double peine".

Aujourd'hui, la ligne d'inégalité entre les gens, va se dessiner autour du rapport au temps 

"Il y a une autre ligne d’inégalité, c’est le rapport au temps, au silence, à la solitude, il y a des hommes qui goûtent cela. Il y a des gens qui ont avec leur mémoire et leur sensibilité des conversations permanentes"

Giono, Tourgueniev et Zweig au secours du confinement

Sylvain Tesson rappelle que le président Emmanuel Macron a incité les gens à lire. "Je me suis précipité sur deux petits romans qui parlent de la retraite, c'est "Le joueur d’échecs" de Stefan Zweig, et "Le journal d’un homme de trop" de Tourgueniev, c’est la possibilité de s’échapper en lisant ou en écrivant". 

Les auditeurs interpellent Sylvain Tesson pour lui rappeler que les journées confinées sont surchargées en télétravail, scolarisation à domicile, prises de contacts avec les plus fragiles, ils n'ont pas le temps de relire Balzac ni Faulkner.  Tesson cite aussi la fable de La Fontaine, "Les animaux malades de la peste", où l'on voit les animaux s'adonner à toutes sortes de procès, pour chercher des coupables. "Cela révèle toutes nos mauvaises passions, la peur, la jalousie, l’envie, l’amertume. Alors que dans "le Hussard sur le toit", avec Giono, il y a un procès spirituel. Ceux qui avaient peur de la contagion attrapent la maladie, ceux qui n’avaient pas peur, les plus nobles, étaient épargnés".

Un message de GREENPEACE France

19/02/2020

J'ai reçu ce matin , ce courrier de GREENPEACE France, je vous le transmet intégralement greenpeace.jpg Bonjour Jean-Claude,

Nous espérons que vous allez bien, ainsi que vos proches.

Depuis ce lundi, toute l’équipe salariée de Greenpeace France est en télétravail. Si nous continuons bien sûr à travailler sur nos campagnes, nous tenons aussi à exprimer tout notre soutien aux personnels soignants, à celui des services alimentaires, et à toutes celles et ceux qui sont en première ligne. Nous pensons aussi tout particulièrement aux personnes seules, malades, à risque, à la rue et vulnérables économiquement.

DES IDEES POUR LES PROCHAINS JOURS

La solidarité est une force et les semaines qui vont suivre peuvent être aussi l’occasion de repenser à ce qui est important dans notre rapport à la consommation et aux comportements quotidiens. Et parce que la sérénité est encore plus essentielle en ces temps difficiles, nous avons sélectionné pour vous des contenus qui font du bien.**

Ici, vous trouverez 10 vidéos relaxantes, à voir et à écouter sans modération pour découvrir la beauté et la magie de notre planète.

10 vidéos relaxantes: https://www.youtube.com/watch?v=-GUSrRhXcXA&list=PLClXnL5aHwxX059kNpADKTit3021Ha5JU&index=1%2F,

Si vous n’avez pas eu l’occasion de voir Chemin de travers, le documentaire qui a remporté le Prix du Public du Greenpeace Film Festival 2020, nous le remettons en libre accès sur notre site jusqu’au 31 mars grâce à l’accord de l’équipe du film que nous remercions chaleureusement. Un film plein d’espoir, justement ce dont on a besoin !

https://greenpeacefilmfestival.org/film/chemins-de-travers/?utm_medium=200319_PushInfo&utm_source=email&utm_campaign=Instit

Et si c’était le moment de tester une de nos recettes ? À préparer en solo ou en famille, elles régaleront toutes les papilles.

https://cdn.greenpeace.fr/site/uploads/2020/03/Depliant_recette_printemps_DEF_HD.pdf

DES LECONS POUR L'AVENIR

Si la crise sanitaire que nous traversons est un défi à relever collectivement, elle doit aussi nous permettre de renforcer le constat que nous devons radicalement transformer notre système actuel pour affronter d’autres menaces, comme celle du changement climatique.

Pour répondre à cet enjeu, vous pouvez compter sur nous.

Mais nous devons pouvoir compter aussi sur des services de santé publics de bonne qualité : il est essentiel que le personnel médical soit correctement rémunéré, que ses effectifs soient suffisants pour travailler dans de bonnes conditions, avec des moyens financiers à la hauteur pour le matériel et les infrastructures.

Nous avons besoin que les scientifiques et les expert·es puissent mener leurs travaux sans répondre à des intérêts privés grâce à des financements publics. Nous devons aussi compter sur des médias qui puissent travailler en toute indépendance. Nous avons enfin besoin que les hommes et les femmes politiques agissent dans l’intérêt de tous et toutes, et prennent des décisions structurantes, non pour maintenir un système défaillant mais bel et bien pour protéger les populations des périls sanitaires et climatiques, en anticipant les transformations à mener dès à présent.

Nous reviendrons bientôt dans votre boîte mail, avec davantage de contenus de décryptage, de découverte et d’information.

En attendant, prenez soin de vous et de vos proches, et restez chez vous !

L’équipe de Greenpeace France

SUR LE FRONT DES GLACIERS

sur le front.jpg

Ce mardi 17 mars, à 21h05, France 2 diffusera le deuxième numéro de Sur le front, une série documentaire incarnée par Hugo Clément. Après s'être intéressé aux océans, le journaliste tente de comprendre ce qui se joue au niveau des glaciers et des calottes polaires.

D'après un rapport officiel du Giec, les calottes du Groenland et de l'Antarctique ont perdu plus de 400 milliards de tonnes de masse par an dans la décennie précédant 2015. Ceci correspond à une hausse du niveau de la mer de près de 1,2 millimètre chaque année. Et les glaciers des montagnes ont eux aussi perdu près de 280 milliards de tonnes de glace annuellement à la même période, augmentant le niveau de la mer de 0,77 mm supplémentaire chaque année. Face à un tel constat, le journaliste Hugo Clément a voulu se rendre sur plusieurs glaciers (France, Pérou, pôle Nord...) afin d'observer les changements, accompagné d'experts et de guides locaux.

Sur le front des glaciers avec Hugo Clément, mardi 17 mars à 21h05 sur France 2.

Sur le front des glaciers - le teaser

https://www.france.tv/france-2/sur-le-front/1340385-sur-le-front-des-glaciers-le-teaser.html

Alors que les glaciers ont une influence directe sur le climat, ces derniers sont en train de disparaître comme à Argentière, en France. Pourtant, des glaciologues se mobilisent notamment au Pérou et en Autriche, pour sauver les populations menacées et des lanceurs d'alerte et des scientifiques tentent de proposer des solutions innovantes pour sauver ces géants. Hugo Clément a aussi suivi l'expédition de sauvetage de Mike Horn et de Borge Ousland au Pôle Nord, où les deux explorateurs ont failli laisser leur vie. Hilde et Sunniva, deux bénévoles, ont quant à elle, tout quitter pour s'installer dans une cabane de trappeur, d'où elles enregistrent les modifications du climat arctique.

Mike Horn raconte ses exploits les plus fous | Interview | Konbini

Son tour du monde en suivant l’Équateur, ses ascensions à plus de 8000 mètres (sans oxygène), ses expéditions au Pôle Nord… Le grand aventurier Mike Horn revient sur ses exploits les plus fous.


Il y a dix ans, Jean Ferrat prenait le dernier train

FERRAT, C’EST NOUS

Ferrat, c’est nous. La montagne, c’est chez nous, les marins de Potemkine, c’est nos frères, ma môme, c’est la mienne, la nuit et le brouillard, c’est en nous, c’est nous qui ne guérissons pas de notre enfance, c’est nous qui aimons à perdre la raison. La Commune, Aragon, Robespierre et le vieil Hugo, c’est nous, les camarades et le goût du bonheur, c’est nous. La France de Ferrat, celle qui rêve et qui lutte pour que vienne enfin le temps des cerises, c’est nous.

Nous, oui, et on n’est pas seul. Depuis longtemps, c’est beaucoup de France qui se sont reconnues dans Ferrat, depuis plus de soixante ans, beaucoup de France qui – littéralement, exactement – n’en finissent pas de le reprendre « en cœur », léger ou grave, lyrique ou cinglant, savant et populaire à la fois. Beaucoup de France, le poing serré, les bras ouverts, et qui n’arriveront jamais à faire la différence entre le battement de l’amour et l’amour de la Résistance.

Oui, Ferrat, c’est nous.

Daniel Mermet

l y a dix ans, le 13 mars 2010, Ferrat prenait le dernier train. Dix ans, mais le temps n’efface pas sa popularité. En cette année où l’on va célébrer de Gaulle et sa « certaine idée de la France », il faudra évoquer l’idée très différente que Jean Ferrat osa opposer au tout puissant général.

Sortie en 1969, sa chanson « Ma France » fut interdite par l’ORTF pendant deux ans. Motif ? Une attaque insupportable contre le pouvoir gaulliste. « Cet air de liberté au-delà des frontières (…) dont vous usurpez aujourd’hui le prestige », ou encore, cette France, « celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs ». Oui, pour ces mots-là, il fut interdit d’antenne nationale. On ne remerciera jamais assez les censeurs de l’ORTF d’avoir fait d’un simple chansonnier un immense poète populaire. Il fallut attendre la mort de De Gaulle pour que la chanson passe sur les antennes et que Jean Ferrat soit à nouveau invité sur les plateaux. Pas longtemps. En 1972, il claquait la porte du show-biz et partait pour son Ardèche. Sans rancune et même inquiet de ne plus être interdit. « Quand on n’interdira plus mes chansons / Je serai bon à jeter sous les ponts ».

En partant il y a dix ans, Jean Ferrat laissait les 200 chansons qu’il a enregistrées. À côté des titres qui font partie de nos vies, il reste beaucoup à découvrir. En 1985, pour la sortie de Je ne suis qu’un cri, sur des textes de son ami Guy Thomas, Antenne 2 présentait Ferrat 85, un entretien de Bernard Pivot avec Jean Ferrat, chez lui à Antraigues avec une quinzaine de chansons – dont certaines restent une découverte. À noter, « La Porte à droite », où Ferrat dénonce le « tournant de la rigueur » de 1983, c’est-à-dire la conversion de la gauche socialiste au néolibéralisme…

DANIEL MERMET et ses abonnés nous offrent la rediffusion de l'émission de LA-BAS SI J'Y SUIS du 15 mars 2010 en hommage à Jean Ferrat

https://static.infomaniak.ch/dl/a3c65fcc77392f56e614d2919a67473f/5e68a497/vodstatic/3580/36316-pgpckvyx.42419.476.mp3

En 1985, Jean FERRAT reçoit chez lui à ENTRAYGUES SUR VOLANE Bernard PIVOT

https://www.youtube.com/watch?v=8z0q8DdyYMQ La video de l'émission

Ci-dessous le lien du blog de J. Ferrat

https://jeanferrat86.skyrock.com/3203929103-1985-Jean-FERRAT-chez-lui-recoit-Bernard-PIVOT.html

mouseland-2.jpg

Mouseland est une histoire écrite par l'homme politique canadien Clarence Gillis et racontée en 1961 sur les ondes de la CBC par son ami Tommy Douglas1, chef de la Fédération du Commonwealth coopératif (FCC), devenu depuis le Nouveau Parti démocratique du Canada. Il s'agit d'une fable politique exprimant l'opinion du FCC selon laquelle le système politique canadien est vicié en offrant aux électeurs un faux dilemme : le choix de deux partis, dont aucun des deux ne représenterait leurs intérêts.

https://www.youtube.com/watch?v=OEPPdTQL2S4

François Sarano est un océanographe et un plongeur exceptionnel. Depuis des décennies, il parcourt les mers du globe, accompagnant les expéditions de Jacques-Yves Cousteau, puis la réalisation du magnifique film de Jacques Perrin, Océans. Il vient de publier, avec Coralie Schaub, Réconcilier les hommes avec la vie sauvage.

C'est un entretien recueilli par Hervé KEMPF que REPORTERRE nous offre . EXCEPTIONNELLE VIDEO

https://reporterre.net/VIDEO-Francois-Sarano-La-loi-de-la-jungle-est-la-loi-de-la-paresse

François Sorano1.jpg

"Nous avons voulu le rencontrer. François Sarano nous a raconté avec une faconde extraordinaire ses rencontres avec les cachalots, les requins, les baleines bleues, et l’univers magique des océans. Il livre aussi une vision très originale de la nature et de la société. Nous espérons que vous savourerez cet entretien avec un homme que la vie avec les animaux a conduit à un humanisme profond." Reporterre

RECONCILIER LES HOMMES AVEC LA VIE SAUVAGE

François SORANO

Coralie SCHAUB

et une préface de Pierre RABHI

aux Editions Actes Sud

Au fil de ce long entretien accordé à Coralie SCHAUB, François SARANO, plongeur, océanographe, conférencier, réalisateur et écrivain, partage l’enseignement tiré et reçu au travers de rencontres humaines (J.Y. COUSTEAU, J. PERRIN, …) et sauvages ( le monde animal, le monde marin,..), mais aussi de prolonger ses réflexions, comme il ne l’avait jamais fait jusqu’à présent. Tout en restant, selon son habitude, concret, généreux, humain et humaniste. Et plus que jamais conteur et philosophe.

La pensée de François SARANO gagne un public toujours plus nombreux et fervent, sans doute parce que son discours n’a jamais semblé si actuel, si riche de sens dans un monde rongé par le doute et les désastres écologiques. Cet homme-là, il faut l’écouter, il faut le lire, il faut le rencontrer.

Ses expériences, ses rencontres sous-marines sauvages, ses rencontres avec des hommes d’exception, il nous les fait vivre, il les fait entrer intimement en résonance en nous. Pourquoi ? Pour nous réconcilier avec nous – même, avec l’autre, tous les autres, tous ceux qui sont, comme il aime à nous le rappeler, nos « co-loca-Terre », dans un environnement qu’il nous faut partager.

Ainsi la réconciliation avec tout ce qui constitue notre environnement devient aussi une recherche de sens, et une joie profonde qui nous emplit. Cet homme-là nous surprend par ses constats, ses observations ses réflexions, bien souvent à l’encontre des pensées établies, des principes existants, transformant ses résultats en une philosophie quotidienne appliquée et active.

Porte-parole de l’association LONGITUDE 181 qu’il a cofondé, François SARANO est aux Océans ce que Pierre RABHI est à la Terre, dans un humanisme concret, dans une modestie de ton, dans une inlassable persévérance à la sauvegarde du dernier territoire sauvage, l’Océan, pour préserver le sort de chacun, ici et maintenant, et pour la perpétuité du bonheur à vivre.

Prenez un instant avec lui pour inspirer à plein poumons en plongée accompagnée, sur les traces de ses prédécesseurs, Jacques-Yves COUSTEAU, Albert FALCO,; Yves PACCALET… et tant d’autres. Une échappée profonde, généreuse, riche de sens.

François Sarano en est convaincu : qui apprend à rencontrer la vie sauvage, qui prend le temps de se laisser apprivoiser par un cachalot, qui se montre bienveillant à l’égard du requin, aimera communiquer et partager avec les hommes et les femmes d’ici et d’ailleurs.

Plongeur professionnel et océanographe, il a pourtant commencé sa carrière près des pierres et des hommes, mais l’appel de l’océan a été plus fort, et l’amour de la plongée l’a rattrapé. Sa vie bascule un jour de 1985, quand il croise la route de Jacques-Yves Cousteau. Le voilà conseiller scientifique du commandant au bonnet rouge et chef d’expédition de la Calypso, à bord de laquelle il découvre l’océan et ses mystères pendant treize ans. Plus tard, il rejoint l’équipe de Jacques Perrin qui achève de le convaincre que le regard d’une baleine, la fulgurance des thons ou la cavalcade des dauphins en disent plus long sur la vie océanique que tous les chiffres du monde.

La vie sauvage comme source de quiétude, de sagesse et de concorde est au cœur de la philosophie et de la quête de François Sarano. Il a accepté de répondre à l’invitation de la journaliste Coralie Schaub pour une longue conversation, une plongée en eaux profondes dans ses pensées, son univers, son expérience. Un vagabondage guidé par son “étoile polaire”, son cap : réconcilier les humains avec la nature indomptée, puisque c’est au contact de celle-ci qu’Homo deviendra Sapiens et saura vivre en société, en paix.

REVUE DE PRESSE

Mêlant des réflexions quasi philosophiques à des observations plus scientifiques, François Sarano nous conduit à la volonté de préserver les océans. Olivier Nouaillas, LA VIE

Une magnifique réflexion scientifique et philosophique sur notre relation à l’océan. Marie Girod, A FOND LA SCIENCE

  • Ce long et argumenté plaidoyer pourrait n’être qu’un cri d’alerte. C’en est un. Mais c’est aussi un cri d’espoir, poussé par un homme de conviction qui a voué sa vie au monde des profondeurs.* Claude Vincent, LES ECHOS

    Dans ce récit, il nous emmène à la rencontre des coraux, des crocodiles de mer, des cachalots et des requins blancs. Des espèces emblématiques pour rappeler que nos océans sont fragiles et qu’il faut les protéger. Frédérique Schneider, LA CROIX

Spécial Saint Valentin! AU COEUR DU MONDE


2 COUPS DE COEUR !


Le premier pour HUBERT REEVES et le second pour LINDA BORTOLETTO


HUBER REEVES

inutile de vous présenter cet astrophysicien, il a tant écrit pour vulgariser la physique nucléaire et ses connaissances en astronomie. à la portée de tous,Ses principaux ouvrages, Patience dans l'azur, Poussières d'étoiles L'Heure de s'enivrer et encore L'Univers expliqué à mes petits-enfants, connaissent un énorme succès on se souviendra ses interventionssur France 2 à la télévision avec La nuit des étoiles et de ses chroniques à la radio sur France Culture. Mais , l' objet de mon coup de coeur fait parti de son engagement écologique pour la défense de l'environnement son investissement dans la défense de la cause animale et des raisons ethiques qu'il expose dans ses ouvrages comme le mal de Terre" avec parfois un retour plein d'optimisme Là où croît le péril... croît aussi ce qui sauve*

LA TERRE VUE DU COEUR c'est un film sorti en 2018 complété par un magnifique livre du même titre en 2019 https://www.youtube.com/watch?v=nZB-VJy3KVI (bande annonce#1) https://www.youtube.com/watch?v=E65H6UkgKIs (bande annonce#2) . UN CRI D'AMOUR POUR LA PLANETE , UNE INVITATION A CELEBRER LE VIVANT

Personne ne connaît l’avenir, mais nous pouvons détailler les menaces qui pèsent sur la Terre, aller voir des lieux où ce que nous craignions est en train de se produire. Les décisions qui seront prises dans les années qui viennent influenceront le cours de la vie humaine. En effet, nous sommes aujourd’hui menacés par la 6ème extinction et cette prise de conscience doit engendrer une réaction qui passe de l’attention, à l’intention et à l’action, action qui est notre responsabilité.

Comme nous l’avons longtemps pensé, les hommes ne sont pas le chef-d’oeuvre de la création, nous ne sommes pas le but de l’évolution. Nous devons absolument retrouver une certaine humilité et repenser notre place dans la nature, prendre conscience de la totale interdépendance de tous les êtres vivants avec qui nous devons être en relation, intégrer notre vie à celle du monde animal et arrêter de considérer la Terre comme notre propriété. Il faut croire qu’un avenir est encore possible.

Autour de Hubert Reeves et Frédéric Lenoir, des scientifiques nous interpellent : la biodiversité est aujourd’hui menacée. Si certains humains sont à l’origine de la crise, d’autres, de plus en plus nombreux, s’y attaquent à bras le corps et créent des solutions. Ensemble, dans cet ouvrage dédié aux générations futures, ils nous rappellent à quel point le vivant sous toutes ses formes est un fascinant et touchant mystère... qu’il ne tient qu’à nous de préserver !

Nous devons vraiment abandonner cette idée ; entretenue pendant plusieurs millénaires, que nous serions l'espèce élue et vivre en harmonie avec les autres espèces.

*«  La Terre vue du cœur pour moi, ce n'est pas simplement le regard de celui qui veut comprendre, mais le regard de qui est capable de s' émouvoir. Le regard scientifique ne peut voir la vie que sous forme de molécules, d' atomes, de lois de la nature, etc. Voir avec le cœur, c'est prendre pleinement conscience de l' interdépendance des êtres vivants et partager leur sort avec un respect amoureux ». Hubert Reeves*

LINDA BORTOLETTO

est moins connue , mais aussi beaucoup plus jeune, à peine un peu plus de 35 ans ! j'ai été séduit par ses choix de vie d'aventurière du XXI eme siecle

A 30 ans, Linda Bortoletto tire un trait sur sa vie d'alors : :ne situation professionnelle attrayante et une vie personnelle  accomplie, pour rechercher et vivre ce qu'elle est vraiment et devient aventurière. C'est à l'extrême-Orient de la Sibérie, avec les Tchoutches éleveurs de rennes du Kamchatka, qu'elle se découvre. Depuis, elle voyage à travers le globe dans des zones isolées, en quête de partage humain, de proximité avec la nature et d'authenticité. Vous pouvez suivre ses aventure sur son site Internet.

Il y a quelques mois je vous avez présenté:le chemin des Anges Sac au dos, Linda Bortoletto a parcouru le Shvil , qui serpente sur mille kilomètres du nord au sud. Rencontre après rencontre , cette fille de musulmane va appréhender l' Etat hébreu par la nature, omniprésente tout au long du « chemin des anges » Mon coup de coeur

Puis elle est parti en Turquie,à pied sur les traces de Rumi, un poète mystique du XIIIe siècle, et du soufisme, guidée par sa recherche de spiritualité. Un voyage interrompu. Victime d'une terrible agression qui a failli lui coûter la vie. Mais Linda est repartie sur le Greater Patagonian Trail (GPT) pour se reconstruire ; un chemin non officiel et donc, non balisé.

Il a été créé et rendu public en 2014 par l’allemand Jan Dudeck, qui le qualifie de « chemin de randonnée qui n’en est pas un », dans la mesure où le parcourir relève encore de l’exploration et nécessite donc patience et humilité. Il part de Santiago au Chili et se termine au Lago Viedma, à la limite orientale du champ de glace sud de la Patagonie. Ses pistes incluent des sentiers d’animaux, des chemins de terre parfois abandonnés, des portions de routes isolées, mais aussi des traversées sauvages hors de tout chemin, ainsi que des descentes de rivières pour les randonneurs équipés d’un packrafting.

Linda Bortoletto est partie pour 70 jours de marche : JUSQU'AU BOUT DU MONDE

70 jours de marche contre les violences faites aux femmes

Mon désir est de toucher aux différents éléments de la nature pour qu'ils m'accompagnent dans ma reconstruction , dit-elle :

  1. Le feu des volcans pour la libération
  2. Le vent pour le lâcher prise
  3. La terre des chemins pour la reconnexion
  4. L’eau des lacs, rivières et glaciers pour la purification

Suivez Linda Bortoletto

sur sa page Face book https://www.facebook.com/lindabortoletto.adventurer et sur son blog http://lindabortoletto.com/ 

Elle est arrivée en Patagonie après plus de 1000Km de marche

Linda Bortoletto.jpg

Comment penser l'Anthropocène?

Extrait du Colloque labéllisé dans le cadre de la COP21 et Intervention de Philippe Descola, anthropologue, responsable de la Chaire "Anthropologie de la Nature" au Collège de France. « Humain, trop humain » :

Le changement climatique est un phénomène global, c’est même par excellence le phénomène qui manifeste le caractère planétaire des bouleversements écologiques consécutifs aux actions humaines. C’est la raison principale qui a conduit à considérer que la planète est sortie de l’holocène pour entrer dans une nouvelle ère géologique – l’anthropocène – marquée par le poids des activités humaines sur les phénomènes géophysiques. Mais ce changement global est aussi un phénomène diversifié, non seulement parce qu’il affecte de façon très différente, par ses effets sur leur milieu de vie, les populations de l’ensemble du globe, mais tout autant parce que celles-ci y ont très inégalement contribué et ne peuvent y répondre de la même façon.

« Notre rapport à la nature a atteint un point de rupture qui requiert une manière responsable d’habiter la Terre. L’anthropologie peut nous apprendre à considérer les milieux de vie comme titulaires de droits, dont les hommes ne seraient que les mandataires, et à leur accorder une représentation politique.

Ce que permet l’anthropologie, en revanche, c’est d’apporter la preuve que d’autres manières d’habiter le monde sont possibles puisque certaines d’entre elles, aussi improbables qu’elles puissent paraître, ont été explorées ailleurs ou jadis, montrer donc que l’avenir n’est pas un simple prolongement linéaire du présent, qu’il est gros de potentialités inouïes dont nous devons imaginer la réalisation afin d’édifier au plus tôt une véritable maison commune, avant que l’ancienne ne s’écroule sous l’effet de la dévastation désinvolte auquel certains humains l’ont soumise. » Philippe Descola

https://www.youtube.com/watch?v=yY_mVVtkQi4

Philippe Descola est aujourd'hui l'anthropologue français le plus commenté au monde, au point d'apparaître comme le successeur légitime de Claude Lévi-Strauss. De ses enquêtes auprès des Indiens jivaros de Haute-Amazonie à son enseignement au Collège de France, il revient sur son parcours d'anthropologue - son expérience du terrain et les discussions qui ont animé l'anthropologie des années 1970 et 1980-, et éclaire aussi la question environnementale et le droit des sociétés indigènes. Il s'intéresse tout particulièrement à nos façons d'habiter une planète remplie de "non-humains" - plantes, animaux ou esprits.

THE TURNING POINT

Un court métrage de Steve Cuutts de 3'27

Et si on regardait les questions liées au changement climatique, à la pollution et à la disparition des espèces sous un nouvel angle ?

C’est ce que propose ce court-métrage animé percutant signé Steve Cutts, un illustrateur britannique. The Turning Point (le tournant décisif) propose d’explorer la question de la destruction de l’environnement sous un nouveau jour, faisant de l’Homme une espèce menacée.

En offrant aux ours polaires et aux rhinocéros des places de choix dans les conseils d’administration de grandes multinationales, Steve Cutts entend inverser le rapport de force.

Un moyen efficace de rappeler à l’Homme l’absurdité d’un mode de vie déconnecté à 100 % de la nature, et qui sait, peut-être lui faire prendre conscience que chaque espèce mérite d’être sauvée.

turning point.jpg

voir la video https://www.youtube.com/watch?v=p7LDk4D3Q3U

Steve Cutts est un illustrateur et animateur anglais. Son œuvre prend la forme d’une satire des excès de la société moderne. Son style s’inspire des films d’animation des années 1930 et 40 ainsi que des comic books et romans graphiques modernes. Avec « The Turning Point »,  il explore la destruction de l’environnement, le changement climatique et l’extinction des espèces sous différents angles …Musique de Wantaways.

« The Turning Point » vient de sortir en ce début 2020. Une vidéo de 3′ 27″ écrite, réalisée et animée par Steve Cutts … Avant de devenir travailleur indépendant en 2012, Cutts travaille comme illustrateur à l’agence créative londonienne Glue Isobar. Il travaille ainsi sur des projets impliquant des compagnies telles que Coca-Cola, Google, Sony et Toyota3. En 2012, Cutts crée MAN, son film le plus connu, qui traite de thématiques touchant l’environnement et les droits des animaux. Créé à l’aide d’Adobe Flash et de Adobe After Effects, MAN atteint les vingt-trois millions de visionnements sur YouTube en 2017. En octobre 2016, Cutts réalise une vidéo pour la pièce Are You Lost in the World Like Me? de Moby & The Void Pacific Choir. Cutts y traite de l’addiction au smartphone en s’inspirant de l’œuvre de Max Fleischer. La vidéo remporte le Webby Awards 2017 (en) dans la catégorie « animation ».

Voir le site officiel de Steve Cutts http://www.stevecutts.com/

Cutts.png

PETER MENZEL : WHAT I EAT

Une semaine de food à travers le monde

PM1.jpg

What I eat est le dernier recueil photographique de Peter Menzel qui fait suite à la série What the world eats, réalisée avec sa femme Faith D'Aluisio. Ensemble, ils ont parcouru le globe pour observer le rapport des hommes à la nourriture.

On ne parle jamais assez de Peter Menzel. Ce photographe américain en freelance a parcouru 24 pays, appareil en poche, pour capter en images un sujet qui l'obsède : la façon dont les hommes se nourrissent d'un point à l'autre du globe. Ainsi, depuis des années, il s'installe avec sa femme dans le quotidien de dizaines de familles pour observer puis capturer leurs mode d'alimentation.

Il leur demande ensuite de poser avec le contenu d'une semaine de courses.

Fooding time

Sur la cause alimentaire, ces photos parlent plus que tous les tableaux statistiques : l'abondance des pays occidentaux face à la pauvreté des pays du sud n'est pas une nouveauté mais les contrastes sautent aux yeux. Les plus pauvres ont une alimentation plus riche en nutriments que les occidentaux qui pourraient se permettre plus de produits frais par exemple. Tant d'un point de vue économique, sociologique qu'esthétique, la série d'images de Peter Menzel est pertinente et permet se rendre compte que nous ne sommes pas tous égaux devant la bouffe.

États-Unis PM2.jpg Budget pour une semaine : 260 euros pour nourrir 4 personnes Plats favoris : spaghetti, pommes de terre, poulet au sésame

Mali PM3.jpg Budget pour une semaine : 20 euros pour nourrir 15 personnes Plat typique : recettes à base de riz

Allemagne PM4.jpg Budget pour une semaine : 375.39 euros pour nourrir 4 personnes Plats favoris : Pommes de terre aux oignons, bacon et hareng, nouilles aux oeufs et au fromage, pizza, pudding vanille

Tchad PM5.jpg Budget pour une semaine : 0.90 euros pour nourrir 6 personnes Plat typique : soupe avec de la viande de mouton

Japon PM6.jpg Budget pour une semaine : 241 euros pour nourrir 4 personnes Plats favoris : sashimi, fruits, gâteaux, chips

Mongolie PM7.jpg Budget pour une semaine : 30 euros pour nourrir 4 personnes Plat typique : boulettes de mouton

Italie PM8.jpg Budget pour une semaine : 214.36 euros pour nourrir 5 personnes Plats favoris : poisson frais et pané, pâtes, hot-dog

Le Bouthan (Asie du Sud) PM9.jpg Budget pour une semaine : 3.80 euros pour nourrir 13 personnes Plats typiques : champignons, fromage et viande de porc

Equateur

PM10.jpg

Mexique PM11.jpg Budget pour une semaine : 143 euros pour nourrir 5 personnes Plats favoris : pizza, crabe, pâtes, poulet

C'est un article de https://www.konbini.com/fr

MES LIVRES DE NOEL :7 livres seront au pied de mon sapin ce Noël ! Découvrez les !

Elle est là incontournable , une ombre magique ! Qui-est-ce ? La panthère des neiges ! Le dernier livre de Sylvain Tesson , le meilleur , une de ses plus belles aventure à l'affût de la panthère des neiges en compagnie du photographe animalier Vincent Munier sur les Hauts plateaux du Tibet. Une écriture sublime, fine, sensible, et la découverte des vertus retrouvés de l'attente et de la patience pour sortir de « l'immédiat » qui nous entoure.

LA PANTHERE DES NEIGES Sylvain Tesson . Prix Renaudot 2019. EditeurGallimard - Collection Blanche - Format 14cm 20cm - 176 pages - 18€90

Elle, j'ai été séduit par ses choix de vie d'aventurière du XXI eme siecle , elle s'appelle Linda Bortolletto et nous emmène sur le chemin des anges en Israël le pays que tout le monde connaît pour son actualité brûlante et rarement évoqué sous le prisme de la randonnée. Sac au dos, Linda Bortoletto a parcouru le Shvil , qui serpente sur mille kilomètres du nord au sud. Rencontre après rencontre , cette fille de musulmane va appréhender l' Etat hébreu par la nature, omniprésente tout au long du « chemin des anges » Mon coup de coeur

« Voyageurs, vous avec le goût de l’infini sans doute. Ou n’êtes-vous que les colporteurs de vos rêves. Des oreilles neuves, il vous faut sans cesse des oreilles neuves »*.Aragon

LE CHEMIN DES ANGES LindaBortoletto. Editions Payot - 238 pages - 18€

Lui, personnage raffiné, amoureux de belles choses est un fin gourmet. C'est Pierre Arditi , homme de cinéma , il nous offre pour les fêtes de fin d'année, « le goût de sa vie » , en particulier pour le vin . Un livre de voyage, de découverte, de dégustation de vins de nos terroirs. Un instant de bonheur qui nous procure de belles émotions gustatives !

LE GOÛT DE MA VIE Pierre Arditi. Editions Hugo Doc - 240 pages - 19€95

« Merci Patron » vous vous en souvenez ? un film mémorable de François Ruffin, le fondateur et rédacteur en chef du petit journal d'Amiens « Fakir ». Aujourd'hui député , après avoir suivi les Gilets Jaunes jusqu'au rond point du près d'arène à Montpellier avec « J'veux du soleil », il nous revient avec un engagement écologique : « Il est où le bonheur » … le progrès, le sens de l'existence , comment muer le plomb de l'angoisse en or de l' espérance, « à la lumière de Jaurès » ?

IL EST Où LE BONHEUR François RUFFIN. Editions LLL Les Liens qui Libèrent.- 180 pages - 14€

Revenons par chez nous, pour un peu de rêves et d'aventures …. en passant par les Pyrénées ! Partons avec David Serano-Grock sur un territoire vaste et diversifié, les Pyrénées de L'Atlantique à la Méditerranée, au Pays Basque , en Aragon, en Navarre ou en Catalogne, à pied , en skis de randonnée à VTT sur un des 21 iténéraires que David Serano-Grock nous a sélectionné avec enthousiasme !

LES PLUS BEAUX TREKS DES PYRENEES David Serano-Grock. Editions Glénat. Publié dans le cadre d’une collection (Les plus beaux treks des Alpes, Treks sur les 5 continents, Les plus beaux treks de Méditerranée) -192 pages - 35€50

Enfin ; et ne me demandez pas de choisir ou de vous dire ma préférence, ils sont tous les deux des amis, ce sont Georges SOUCHE et Philippe MARTIN. Tous les deux photographes , nous offrent pour les fêtes deux magnifiques ouvrages.

Planète Salagou , « la traversée des brumes » dévoile plusieurs aspects d’un site exceptionnel au travers de photos, récits et poèmes. Ces brumes ne sont pas seulement celles que le photographe nous invite à traverser en sa compagnie, quand elles enveloppent d’incertitude les rives du lac. Ce sont aussi les brumes du temps géologique, traversées par les scorpions immuables, déjà présents il y a 300 millions d’années, à une époque où tout n’était ici que vastes marécages. Ou encore les brumes de la mémoire, avec les souvenirs de cet ancien habitant du village de Celles qui revient pour la première fois sur les lieux de son enfance, 50 ans après en avoir été exproprié lors de la création du barrage ! Remarquables images avec les textes de Jean-Claude Forêt.

«  L'Univers est éternel, les mondes naissent et meurent, la mer avance et recule, ce qui est la Terre peut devenir la Mer , tout change tout le temps » Aristote

planete-salagou-home-gs.jpg

PLANETE SALAGOU "La traversée des brumes" Photographies de Georges Souche Texte de Jean-Claude Forêt - Editions Cardabelle -256 pages – 35€

La derniere ! J'ai commencé par une bête en voici une autre âgée de un mois : "Hyper nature Europe" : De l'Atlantique à l'Oural, des bactéries aux mammifères, 28 naturalistes, chercheurs, historiens ou artistes, la plupart montpelliérains, dont quatre scientifiques lodévois, déclinent les trésors biologiques de l'Europe. Leurs textes concis d'experts reconnus accompagnent les peintures numériques Hyper focus de Philippe Martin, toujours aussi réalistes et troublantes, qu'il s'agisse des portraits d'espèces de la flore et de la faune.

Europe.jpg

HYPER NATURE EUROPE Peintures numériques Philippe Martin. Editions Matorral - 30x30cm - 228 pages, 30€

thumbnail.jpg

Alors quoi faire ? Offrez-vous les deux !!!

DEUX PHOTOGRAPHES , DEUX AUTEURS, DEUX LIVRES

C'est le mois des Prix Littéraires,. Ils sont nombreux du Goncourt au Médicis en passant par le Renaudot , le Fémina , l'Interallié , etc … et j'en oublie. Inutile de vous les présenter, même si je vais lire la Panthère des Neiges de Sylvain Tesson ! J'ai choisi ce mois-ci deux photographes, deux auteurs que vous connaissez sans doute et que je vous ai déjà présenté cet été .

Samuel BOLENDORFF a exposé au village des Arts et Métiers d'Octon, il présentait CONTAMINATIONS ou Après moi le déluge , des photographies des lieux les plus pollués de la planète.

Georges SOUCHE était au musée Fleury à Lodève où dans le cadre de l'expo Pays-âges une salle lui était réservée ou il présentait PLANETE SALAGOU La traversée des brumes pour fêter l'anniversaire des 50 ans du lac.

Ces deux photographes, sont aussi des auteurs et logiquement ils sortent chacun un ouvrage issu de ces expos en cette saison des nouveautés littéraires.

CONTAMINATIONS pour Samuel Bollendorff, aux éditions EPA/Greenpeace

PLANETE SALAGOU pour Georges Souche aux éditions Cardabelle

Retrouvez la présentation de ces deux livres par leur éditeur

CONTAMINATIONS Contaminations.jpg « J’ai fait le tour de la Terre. J’ai vu combien elle est petite, fragile. Et où que mon regard se soit porté, il s’est perdu dans l’obscurité », raconte le photographe Samuel Bollendorff dans « Contaminations ». « J’ai fait le tour de la Terre. J’ai vu combien elle est petite, fragile. Et où que mon regard se soit porté, il s’est perdu dans l’obscurité. Un fleuve mort sur 650 km, des poissons déformés, des forêts radioactives, des enfants qui naissent sans yeux, des mafieux qui trafiquent des déchets nucléaires, des déchets plastiques à la dérive au milieu d’un océan devenus les premiers maillons d’une chaîne alimentaire dégénérée... Qu’avons-nous laissé faire ? » Samuel Bollendorff

Contaminations1.jpg

Contaminations2.jpg

PLANETE SALAGOU Planète Salagou.jpg « En 1996, je publiais mon premier livre (Lac du Salagou, miroir aux cent visages), avec l'immense écrivain Max Rouquette. En fin d'ouvrage, en guise d'épilogue, j'écrivais alors : "Le lac du Salagou s'impose à nous comme l'un des sites les plus fascinants du sud de la France. L'un de ceux dont les multiples visages offrent au photographe des champs d'investigation infinis, et dont une vie ne suffira sans doute jamais à percer tous les secrets." Pendant 15 ans pourtant, d'autres projets vont m'éloigner -photographiquement- de mon lac préféré. Ce n'est qu'à partir de 2011 que le Salagou va à nouveau occuper une place très particulière au sein de mon travail photographique, jusqu'à devenir le coeur d'un vaste et ambitieux projet. Une aventure photographique qui n'aura sans doute jamais de fin, à l'image de cette étrange planète Salagou dont les ressources d'émerveillement semblent infinies. » Georges Souche

C'est donc ce travail et les premiers clichés de Planète SALAGOU que Georges Souche avait présenté à Lodève, voici aujourd'hui la sortie du livre Planète Salagou vol.1 : La traversée des brumes avec des textes de Jean-Claude Forêt. Les deux auteurs vous signeront leur ouvrage le WE du 30 Nvembre et du 1er' Décembre au village de Celles au bord du Salagou

PS.jpg

« ON THE REAG AGAIN », une librairie itinérante est passée à OCTON On the read again.jpg Troc troc troc , qui est là !

« Petit Tonnerre » s' est arrêté sur la place d'Octon. Elisabeth a ouvert les portes du camion et déballé des livres. « Petit Tonnerre » est un gros camion blanc pas tout à fait comme un camion ordinaire , c'est un lieu de vie et de culture, une bibliothèque ambulante conduite par une jeune femme Elisabeth qui roule au gré du Vent, des Routes et de ses Envies.

C'est un régal de la rencontrer , de partager , d'échanger avec elle . A l'intérieur de son camion il y a des centaines de livres qu'elle vous propose non pas à la vente , mais en livre-échange

Vous pouvez ainsi choisir le livre qui vous plaît et en contrepartie rétribuer Élisabeth grâce au troc. Nourriture*, objets, créations etc, tout est bon à troquer, dans une limite d’utilité et des besoins du moment. Et si vous n’avez rien à échanger, ce n’est pas un problème non plus. Vous pouvez opter pour le système de prix libres (mais lucides).

Tout cela va permettre à la jeune libraire de remplir le réservoir pour continuer à transporter le long des trottoirs, savoir et histoire. Mais aussi d’apporter aux petits villages qui n’ont pas de bibliothèque, la magie de l’ambiance des librairies. Mais aussi de continuer à faire vivre les livres auprès des plus jeunes comme des moins jeunes.

En savoir plus sur Élisabeth

« Je suis née à Nantes en 1985, depuis toute petite j’ai toujours adoré les livres (forcément). J’ai passé un bac littéraire puis fait une fac de philo avant de faire un IUT information-communication et obtenir mon DUT métiers du livre.  En 2017 j’obtiens une formation de lectrice-correctrice au CEC. Je travaille une partie de l’année en libraire classique.

Nomade depuis 2008, j’ai pas mal voyagé, principalement par la route. J’ai eu plusieurs camions et le dernier, Petit-Tonnerre, est à la fois la bouquinerie et ma maison.

On the Read Again c’est un projet qui est né en 2012 et qui m’a demandé vraiment beaucoup de temps et d’investissement pour se mettre en place (récupération et stockage de livres, passage du permis poids lourd, achat, aménagement et entretien du camion etc)

La bouquinerie fonctionne au troc ou au prix libre suivant ce qu’il peut et/ou veux. Je souhaite sortir du système monétaire classique et faire réfléchir aux réels besoins humains. La décroissance !

S’ils le désirent les gens peuvent laisser des livres dont ils ne veulent plus mais je me réserve le droit de trier, mon espace étant limité je ne peux pas tout récupérer.

Je peux faire des événements improvisés et occuper l’espace public sans forcément de préparation. Je fais aussi des interventions avec des associations, des lieux alternatifs, des MJC, des festivals, centres sociaux culturels etc. »

*Pas de produits animaux ni de blé. P1150702.JPG Et « Petit Tonnerre » continue à rouler et fera étape au LARZAC Vous pouvez le retrouver Vendredi 8 Novembre et Samedi 9 Novembre au CAYLAR

et les suivre sur Facebook https://www.facebook.com/pages/category/Independent-Bookstore/On-the-Read-Again-271828130130920/

JE CHEMINE AVEC HUBERT REEVES arton18743-e63aa.jpg

Joies, doutes, interrogations... Une rencontre avec Hubert Reeves

Dans « Je chemine avec Hubert Reeves », l’astrophysicien de renommée mondiale et grand défenseur de la nature évoque les influences qui l’ont formé, ses choix, ses joies mais aussi ses doutes et inquiétudes.

Présentation de l’éditeur :

Hubert Reeves :

« J’ai une passion, une pulsion, un vrai démon de la connaissance ! J’ai envie d’apprendre. Je suis toujours très reconnaissant à qui m’apprend quelque chose et j’aime toujours apprendre aux autres. C’est une priorité au quotidien. Avant même de manger ! C’est comme si j’avais la mission, au sens ordinaire du terme, d’enseigner. Et plus j’avance en âge, plus cela se présente comme : "Il faut. Ça urge !" »

Astrophysicien de renommée mondiale, Hubert Reeves a nourri toute sa vie une passion pour l’histoire du cosmos. Pour lui, nous faisons partie d’un système où univers, nature et humanité sont interdépendants. Afin de préserver cet équilibre de vie pour tous, il est devenu un grand défenseur de la nature.

Hubert nous confie ici les étapes de son cheminement, qui l’ont mené progressivement vers une belle sérénité. Il évoque les influences qui l’ont formé, ses choix, ses joies mais aussi ses doutes et inquiétudes, les difficultés qu’il a pu rencontrer et la manière dont il les a surmontées. Voici une source d’inspiration et d’énergie qui devrait nous inciter à assumer nos propres envies.

Je chemine avec Hubert Reeves, entretiens menés par Sophie Lhuillier, éditions Seuil, octobre 2019, 128 p., 12 euros.

Ecoutez Hubert Reeves : https://www.franceinter.fr/emissions/la-bande-originale/la-bande-originale-10-octobre-2019

Numérisation_20191011 (2).jpg

Quelques mots sur le plus grand défi de l' histoire de l' humanité https://www.youtube.com/watch?v=wW-acBEjQEM

PREFACE

Ce petit fascicule fait suite à l'appel, signé par 200 personnalités (scientifiques, artistes, philosophes, écrivains), que j'ai lancé dans le journal Le Monde du 3 septembre 2018, avec l'actrice Juliette Binoche que je remercie ici très chaleureusement.

Je suis astrophysicien et pas écologue. Ce livre n'a donc pas prétention à l' exhaustivité ou à la rigueur universitaire. C' est en tant qu' habitant de la Terre et membre de la tribu des vivants que je tente ce cri d'alerte, parmi tant d'autres plus savants et plus approfondis. Je n'ai aucune autre légitimité à dessiner un autre « plan d' action » concret et précis pour sauver le monde.

Aux constats, je tente néanmoins d'adjoindre quelques ébauches de solutions et de réflexions possibles. Elles ne constituent en rien un programme clés en main et lesz propositions ne sont que des pistes envisageables. Je n' entends nullement me substituer aux experts et je ne me considère pas exemplaire dans mes comportements. Il n'est certainement pas question pour moi de me poser ici en « donneur de leçons », bien au contraire. Le propos est naîf et je l' assume comme tel. Mais, en tant que citoyen, je pense fermement qu' il est vital de porter par tous les moyens possibles la question cruciale ici évoquée au cœur du débat public et au centre de l'action politique.

Mes collègues climatologues et biologistes sont désespérés. Ils ne semblent plus comment exprimer la gravité de la situation . Ils ne savent plus quoi faire pour être entendus.

Cette maigre contribution n' a pas d' autres objectifs que de presser le pouvoir politique à prendre ses responsabilités : des mesures fermes, fortes et immédiates. Elle engage également chacun d' entre nous à opérer une évolution -ou révolution- dans son rapport à la nature, aux animaux et à la planète.

A n' en pas douter, certain trouveront ces propositions trop radicales et audacieuses., d'autres les jugeront trop timides et frileuses. Peu importe : qu' elles soient surtout l' un des multiples déclencheurs de la réflexion qu' il est urgent de mener. Et, surtout, de l' action qui doit immédiatement en découler.

Je ne sais pas s' il fallait écrire ce texte. Finalement il ne dit rien de très original. Il contribue même un peu à la pollution par son existence même. Mais, face à la fin du monde, ne rien faire me semblait encore pire encore.