1. Accueil
  2. Rechercher

Posted on 4th Dec, 2019 in GR Balades et randos

Si je suis le plus souvent attiré vers les chemins de grande randonnée, les lacs, les sommets et les paysages sauvages des Pyrénées ariégeoises, je peux parfois rester « en-bas » … ! C’est cette Ariège , riche en sites patrimoniaux allant de la Préhistoire au temps des Cathares que je vous invite à découvrir … pas à pas !

Pas à pas … au pays de Foix, je vous offre mes aventures d’enfance pour une balade pour les uns (la croix saint Sauveur) et une rando pour les autres (le cap du Carmil) chargées de souvenirs !

VIENS PETIT PIERRE ON VA MARCHER ON VA MARCHER

https://www.youtube.com/watch?v=nnXm_Eo4KDk

LA PROMENADE DE FOIX ET LA CROIX SAINT SAUVEUR

En arrivant à Foix, vous avez sans doute garé votre voiture sur les « allées de Villote ». Des allées qui n'en sont plus et qui sont devenues parking ! Villote (petite ville)! . Mais je garde toujours mes souvenirs d'enfant et la nostalgie de ces belles allées bordées d’arbres , promenade privilégiée des fuxéens, de mes parents et grands-parents, lieu accueillant le marché hebdomadaire et les grandes fêtes annuelles de septembre. Transformé en parking et en giratoire, ce lieu a perdu aujourd’hui son charme d’antan. Dommage. Toutefois, par ailleurs, la ville s’est embellie. Il est agréable d’y flâner dans ses rues piétonnières.

P1060011.JPG

P1060010.JPG

Je retrouve avec plaisir l’élégante fontaine de l’oie , la belle façade de l’abbatiale Saint Volusien, le petit pont sur l’Argett et le sentier qui grimpe à la croix Saint-Sauveur.

La croix Saint-Sauveur !

P1070587.JPG

C’est le but de notre première balade (durée 2h A/R – dénivelé 315m.) J’ai choisi un parcours « montagnard » presque « carousien » ! La montée est un peu rude, rocailleuse, pour atteindre deux magnifiques belvédères perchés à 700m d’altitude et découvrir d’un côté , une superbe vue plongeante sur le cours de l’Ariège, la ville de Foix et son château et de l’autre sur la vallée verte de la Barguillère. Le temps est clair, la vue est superbe et s’étend des « 3000 » ariégeois à la plaine toulousaine. Alons-y ! je vous invite à grimper à la croix pour une courte ascension de 240m et une distance à vol d’oiseau de 500m, mais vous n’êtes pas un oiseau , il vous faudra simplement marcher pour une bien belle courte balade, la favorite des fuxéens

P1070603.JPG

Du château, il faut d’abord traverser l’Arget (petit affluent de l’Ariège – enfant ,j’y pêchais gougeons et « rabotes », ils se font rares aujourd’hui !) passer rive gauche, rejoindre la rue Saint Sauveur, pour suivre ensuite, toujours vers le nord , un sentier assez raide (370m) : mais oui , la montagne « ça monte »… ! Grimpez et ouvrez votre œil botaniste : à côté du fragon – la plante des jambes légère ! – vous allez trouver sur cette soulane calcaire, le buis, la lavande , le chêne vert et l’érable de Montpellier. C’est le Sud ! Ah ! çà grimpe encore, ne vous perdez pas, suivez le balisage PR jaune, n’empruntez pas le premier sentier qui part vers la gauche, mais allez jusqu’au second embranchement (490m). Partez vers le Sud , puis le Nord ! … en quelques lacets, longeant de remarquables affleurements de bauxite, vous arrivez à la grande croix (610m).

P1070589.JPG

Quelle vue ! A vos pieds , la vieille ville aux rues tortueuses et les trois tours du château comtal de Fébus et d’ Esclarmonde ; mais portez votre regard plus au sud, brillent devant vous les sommets encore enneigés du Tabe et plus loin ceux des pics de la haute chaîne ariégeoise. Qui sait ? Peut-être que cette toute première ascension , ce superbe panorama découvert ici vous donnera l’envie d’aller là-bas gravir les pentes du Montcalm ou du Vallier

LA MONTEE EN VIDEO! https://youtu.be/-U82bsGg3MM

LA MONTEE EN TOPO GUIDE! http://cms709.enjoyconstellation.com/Portals/8/PDF/guide%20randonn%C3%A9es%20foix/guide_rando_saint_sauveur_foix.pdf?ver=2017-01-23-153823-553

LE CAP DU CARMIL

Carmil.jpg

Du pied de la croix saint Sauveur , vous avez pu suivre à l’ouest la vallée de l’Arget – la Barguillère – avec ses petits hameaux Saint-Pierre de Rivière, Serres sur Arget , La Mouline, etc … où serpente la petite route départementale, la D17. On l’appelait « la route verte », j’avais 14 ans , mon vélo un « Griffon » me donnait des ailes ( !) mais j’appuyais fort sur les pédales après la traversée de Burret pour grimper jusqu’au col des Marrous et même au-delà jusqu’à la tour Lafont, pour un exploit digne de mes idoles Charly Gaul, « roi de la montagne » et Federico Bahamontes , « l’aigle de Tolède » .

Encore, aujourd’hui , j’aime suivre cette petite route qui me conduit au col pour y cueillir à la saison myrtilles et girolles ou pour m’arrêter une soirée à l’auberge … des Myrtilles l’estomac vide et y déguster l’azinat ariégeois ou autre cassoulet et tarte aux myrtilles , histoire de récupérer quelques sucres lents à dépenser pour la rando … au Cap du Carmil !

Pour rejoindre le Cap du Carmil vous avez deux possibilités :

La première en partant du col des Marrous , comptez 4h A/R en suivant l’excellent circuit balisé du tour de la Barguillère. A travers bois (hêtres et résineux) ou au milieu des fougères et des genêts vous atteindrez le col d’Uscla (1 :25) . Après avoir contourné par l’ouest le pic de Jouels et le sommet de Cap Long , (délaissez à droite un itinéraire menant au col de Péguère) le sentier se hisse sur la longue ligne de crête qui vous mène directement au Cap du Carmil (3 :00)

Si vous optez pour la deuxième solution en partant du col de Péguère vous partirez pour seulement 1h30 A/R , l’itinéraire est très simple, il monte très rapidement sur les croupes herbeuses du massif de l’Arize qu’il suit sur la ligne de crête jusqu’au Cap du Carmil (1617m)**. Vous y êtes ! Ne vous privez pas de la vue qu’il vous procure face à vous, la chaîne des plus hauts sommets d’Ariège et au-delà par temps clair le pic du Midi de Bigorre. ! Bonne rando !

LE CAP DU CARMIL EN VIDEO AVEC NADAU ! https://youtu.be/2H7X8Jdd9gE

LE CAP DU CARMIL EN TOPO GUIDE https://www.visorando.com/randonnee-ariege-col-des-marrous-au-cap-de-carmil-/carte-diagramme.html

LE CHEMIN DES BONSHOMMES

de Foix à Montségur, en passant par Roquefixade

« Tout au fond de la France, comme un joyau déposé à ses pieds , s’élève une ruine auguste … Montségur ! … Sanglant, incendié , il est tombé comme une rose rouge du sein de l’Occitanie blessée …. Sept siècles ont passé depuis la Croisade, sept siècles ont labouré le sol cendreux de l’histoire occitanienne , ensevelissant la haine , ouvrant aux tendres fleurs de l’avenir de nouveaux printemps…. »

J’avais envie de vous offrir ces quelques lignes sorties de la bibliothèque de ma grand-mère , (Montségur – temple cathare) et rendre ainsi hommage à une cousine lointaine, romancière ariégeoise oubliée , Isabelle Sandy (1884 – 1975) .Vous ne trouverez pas sans doute ce livre, épuisé depuis bien longtemps.

Retournons un instant au XIIIè siècle, au moment où se déchaîne la fureur des chevaliers du Nord contre Eux ,les Cathares.

Eux, ils allaient par les chemins pour expliquer l’Evangile dans la langue d’oc. Ils se proclamaient bons chrétiens , « parfaits ». Le pays occitan les appelait « Bonshommes et Bonnes Femmes ». L’histoire les a appelés les cathares.

Je vous invite à marcher avec eux, de Foix à Montségursur ce « chemin des Bonshommes »…. qui les conduire, de Foix, la cité comtale d’ Esclarmonde, « la Colombe cathare » , symbole de l’hérésie jusqu’aux murailles de Montségur et les flammes de son bûcher du « Champ des Brulés » où se jetèrent deux cent cinquante d’entre eux. ….

Un chemin qui émeut encore aujourd’hui., un chemin chargé de souvenirs pour moi.

Le « Chemin des Bonshommes » a été, du XIe au XVIe siècle , un axe économique important qui unissait l’ Ariège et le Bergueda. Les derniers Cathares en exil, fuyant la prison, la spoliation et la mort, utilisaient tout naturellement cet itinéraire pour aller chercher refuge en Catalogne. Par les montagnes, les cols, allant de maison amie en châteaux, ils gagnaient les terres catalanes vers l’Alt d’Urgell, la Cerdagne ou le Bergueda.

Pour notre bonheur, catalans et ariégeois se sont unis pour faire revivre ce chemin de l’histoire, c’est le GR107 : des sentiers jalonnés de châteaux, de petites églises romanes, de village médiévaux plein de charme. Le tout dans le décor grandiose des Pyrénées. La FFRP à édité un topo-guide. Un itinéraire qui à pied, à cheval ou à VTT va nous conduire de Foix à Berga . Je l’ai parcouru en deux tronçons : Foix – Mérens-les Vals puis Mérens-les-Vals –Berga.

Nous les suivrons (2 jours) de château en château , Foix, Roquefixade et Montsegur .

NB : ne pas confondre avec le sentier cathare

1er jour : Foix – Roquefixade : 17,3km – 5h30 – 830m D+ Par le pas du Falcou et les crêtes du Pech de Foix

De la cité comtale, l’itinéraire facile emprunte pistes et sentiers, chemine en sous-bois, parcours les crêtes calcaires du Pech de Foix pour atteindre les falaises de Roquefixade et les ruines de son château.

P1000346.JPG

Le château de Foix et ces trois tours qui dominent la ville semblent attendre le feu d’artifice et l’embrasement final qui fascinait mes yeux d’enfant

P1000336.JPG

Le Pech de Foix (860m) J’y reviens toujours , c’est le terrain de jeux de mon enfance, c’est la première montagne que j’ai gravie ! Mes premiers rochers, mes premiers pierriers aussi! Aujourd’hui, c’est sur les belles pelouses et les hêtres de sa crête que je marche encore avec émotion portant un regard sur le petit pic de Montgaillard , le pain de sucre, et la vallée de l’Ariège à mes pieds , terrain de jeu mon enfance ….

P1040044.JPG

Roquefixade, une citadelle perché sur son rocher où j’aime dormir sur la pelouse de sa barbacane (au milieu des ruines); c’était aussi souvent le but d’une belle expédition à bicyclette dans la vallée de Lesponne par une petite route qui traverse de superbes petits villages : Caraybat, Soula, Saint Cirac, Leychert et passe au pied de beaux blocs et falaises d’escalade , comme les aiguilles de Charla. Mais les plus belles sont sans aucun doute celles de Roquefixade ou se dresse les ruines du château .

P1040045.JPG

Roca fisada : le site est remarquable. Une falaise vertigineuse entaillée d’une large faille sur laquelle les bâtisseurs ont lancé une voûte et construit le château. On peut se promener sur les ruines de cette forteresse démantelée en 1632 sous le règne de Louis XIII. Au faîte de l’abrupt rocher, on devine l’emplacement du donjon quadrangulaire du XIIIe ou XIVe s. attenant à la courtine supportée par la voûte qui enjambe la faille. Mêlé en son temps au catharisme, d ’ici, on pouvait communiquer avec la citadelle de Montségur, refuge des derniers « parfaits ». Le panorama est superbe, mais il faut ensuite monter sur les crêtes et les pelouses voisines, derrière le château pour avoir une vue encore plus belle!

2eme jour : Roquefixade – Montségur : 15,2km – 5h – 650m D+ Par Montferrier et le col de Séguela

L'ETAPE EN TOP GUIDE http://www.ariegepyrenees.com/accueil/decouvertes/routes-mythiques/chemin-des-bonshommes/les-etapes/etape-2-roquefixade-montsegur

P1000377.JPG

Montségur perché sur son pog. ! De l’éperon rocheux de Roquefixade vous l’apercevez. Les derniers cathares communiquaient entre eux , à vue, par signaux Il faut à pied, 5h pour relier les deux « citadelles du vertige ». Une journée agréable, des chemins souvent en sous-bois et une montée facile jusqu’au col de Séguela au pied du château de Montségur

P1070665.JPG

L’ultime citadelle. L’ultime refuge. Le haut lieu du catharisme. Quarante ans d’histoire, dix mois de siège, un bûcher de deux cent cinq martyrs , font entrer Montségur dans la légende. Comment ne pas être impressionné par ce site : le pog et son château. Peut-être , je vous aurai donné envie de continuer le chemin, aujourd’hui c’est le GR107, magnifique itinéraire transfrontalier, qui sillonne l’Ariège , traverse les Pyrénées en Andorre à la Porteilla Blanca, pour finir en Catalogne à Berga, terre d’exil des derniers cathares fuyant la prison et la mort.

LES DEUX CHATEAUX EN VIDEO https://www.youtube.com/watch?v=bM9Xg-F6UjQ&feature=youtu.be

Pour en faire moins … Deux petites boucles réalisables à partir de Roquefixade et de Montségur

ROQUEFIXADE : A l'assaut du château

Un drapeau occitan flotte au sommet du rocher où se dissimulent les ruines du château. Roquefixade : roche fissurée, le nom parle de lui-même. Les bâtisseurs médiévaux réussirent ici une prouesse, construisant la partie haute du château sur une arche qui enjambe une profonde faille dans le rocher, côté nord. Malgré les outrages du temps , l’arche n’a pas cédé et défie encore les siècles ! Nous n’ imiterons pas les grimpeurs qui se hissent le long des parois verticales rocheuses à l’assaut du pan de mur de l’ancien château. Nous ne suivrons pas les parapentistes dans le survol de ce site exceptionnel.

Nous monterons comme les belles gasconnes dans un pré , pour rejoindre un sentier qui donne accès au château, où subsiste encore les lambeaux du donjon et du logis seigneurial. Quittons les ruines austères et gagnons la crête herbeuse pour atteindre le roc Marrot (1001m) pour admirer au soleil couchant le site dans toute sa splendeur et les sommets du Saint Barthélémy, Han et Fourcat tous proches, silhouettes de mes premières aventures en montagne . Nous nous faufilons à travers les buis, plongeons dans la forêt au nord pour boucler la boucle vers le sud et regagner à flanc le village de Roquefixade.

Une balade d’ à peine (2h30 en boucle – dénivelé 225m) - chargée d’émotion, de souvenirs et marquée par les brûlures de l’histoire de la croisade contre les Cathares jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale. Aujourd’hui , dans la douce lumière du couchant sur la terrasse herbeuse qui borde le parking du village, un autre au lieu cathare se laisse admirer à l’horizon , dressé sur son pog , c’est Montségur !

MONTSEGUR, BALADE AUTOUR DU CHÂTEAU

Rappelons en quelques mots l’histoire tragique du château. Montségur, refuge de la communauté cathare de 1204 à 1244, fut assiégé et pris après onze mois de lutte. Plus de 200 cathares y furent brûlés vifs.

Nous ne monterons pas jusqu’au château, mais nous nous contenterons d’une belle boucle de (9km – dénivelé 462m) autour du pog.

Du col de Montségur , nous rejoignons le village par un petit chemin, puis, en dessous, la D9 que nous suivrons sur 2,5km. Après quatre virages en lacets , elle contourne le massif rocheux « le pog » , sur lequel est perché le château. Au creux d’un vallon , nous empruntons une petite route qui monte jusqu’à Serre-Longue (Alt 780m) . Un sentier cheminant sur la crête boisée file plein ouest pour rejoindre le GR7 (balisage rouge et blanc) qui nous ramène au pied du château. S i vous voulez monter au château, comptez 30mn d’ascension , l’entrée est payante , il vous en coûtera 4,50€ et un peu de sueur !

Pour en faire plus …. TREK SUR LE GR 107

Le chemin des Bonshommes est devenu GR107 !

Bonshommes.jpg

Pour notre bonheur, catalans et ariégeois se sont unis pour faire revivre ce chemin de l’histoire, c’est le GR107 : des sentiers jalonnés de châteaux, de petites églises romanes, de village médiévaux plein de charme. Le tout dans le décor grandiose des Pyrénées. La FFRP à édité un topo-guide. Un itinéraire qui à pied, à cheval ou à VTT va nous conduire de Foix à Berga . Je l’ai parcouru en deux tronçons : Foix – Mérens-les Vals puis Mérens-les-Vals –Berga..

Foix – Mérens-les-Vals :

C’est le tronçon entièrement ariégeois du chemin, réalisable en 5 étapes

Si officiellement le chemin des Bonshommes ne commence qu’à Montségur , il est intéressant pour « appréhender » le chemin de partir de Foix de rejoindre Roquefixade avant de découvrir Montségur.

Deux premiers jours incontournables pour ressentir l’empreinte cathare, vous découvrirez Foix, sa vieille ville et son château, cité de Phébus et d’ Esclarmonde ; Roquefixade ,dominant la vallée du haut de son éperon rocheux et bien sûr Montségur, sur son pog, symbole de l’ultime résistance des Cathares à l’ Inquisition.

Puis, au-delà de Montségur, après avoir franchi les gorges de la Frau , le chemin s’élève et aborde la Haute Vallée de l’Ariège, des vestiges de l’époque cathare y sont encore présent. Vous passerez en pays de Sault à Montaillou , rendu célèbre par l’ouvrage de d’ Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou , village occitan de 1294 à 1324. Vous apercevrez ça et là , de nombreuses églises, témoins de l’art roman pyrénéen, ne manquez pas celle de Mérens nichée en haut du village. Outre ces remarquables traces du passé, vous apprécierez en chemin la beauté des paysages ariégeois : les crêtes calcaires du chaînon du Plantaurel , les belles pelouses et les rochers de Roquefixade et Montségur, puis les forêts de hêtres et de sapins de la moyenne montagne du pays de Sault et du massif de Tabe, en pays d’ Olmes. En chemin , vous rencontrerez sans doute de belles Gasconnes à la robe gris argenté et le petit cheval noir de Mérens avec sa barbiche, compagnon idéal des montagnards ariégeois. Il est encore trop tôt pour observer , l’isard , autre symbole de la montagne ariégeoise. Bonne rando ariégeoise !

LES ETAPES :

1er jour : Foix – Roquefixade : 17,3km – 5h30 – 830m D+ Par le pas du Falcou et les crêtes du Pech de Foix

2eme jour : Roquefixade – Montségur : 15,2 – 5h – 650m D+ Par Montferrier et le col de Séguela

3ème jour : Montségur – Comus : 13,2km – 4h – 741m D+ Par le col du Liam, Pelail et les gorges de la Frau

4ème jour : Comus – Sorgeat : 18,6km – 5h30 – 608m D+ Par Prades, Montaillou, le col de Balagués et le col de Pierre Blanche

5ème jour : Sorgeat – Mérens –les- Vals : 21,6km – 6h – 927m D+ Par Orgeix et le col de Joux

LES HEBERGEMENTS

Foix : L’auberge Le Leo, 16, rue Peyrevidal, Tel :05.61.65.09.04 à 3mn de la gare, au départ du chemin

Roquefixade : Gîte d'étape, Tel : 05.61.03.01.36

Montségur : Gîte Le Sarrat, Tel : 05.61.01.75.36

Comus : Gîtes et Loisirs de Montagne, Tel : 04.68.20.33.69

Sorgeat : Chambres d'hôtes Le Belvédère (à Ascou 15mn de Sorgeat)). Tel : 05.61.64.04.40

Mérens-les-Vals : Auberge du Nabre. Tel : 05.61.01.89.36

NB : De Comus à Foix, le chemin des Bonshommes (GR107) est commun avec le sentier Cathare, sentier équestre et pédestre, praticable en VTT, qui lui par de la mer Méditerranée (Port-la-Nouvelle), traverse les Corbières , avant de rejoindre l’Ariège Montségur et Foix

QUELQUES SITES PATRIMONIAUX D'ARIEGE à ne pas manquer

La grotte du Mas-d’Azil 

P1080791.JPG

Après 2 ans d’importants travaux et la création d’ un tout nouveau bâtiment d'accueil, véritable centre d'interprétation ludique, numérique et interactif la grotte du Mas d’Azil a changé de visage et offre un magnifique voyage à l’ère des Aziliens en suivant un superbe parcours de visite mis en valeur par une mise en lumière féérique des cavités

UNE IDEE DE RANDO AU MAS D'AZIL : LE SENTIER DU SOLITAIRE: Topo guide https://cnstlltn.com/Master/b4a721e6-84ca-4939-9782-f9e0b2080304/circuit%2012%20-%20solitaire%20copy.pdf

La cité de Saint Lizier

P1120230-JPG.jpg

En 1998, au titre de la convention internationale pour la protection du patrimoine culturel et naturel les chemins de Saint-Jacques en France ont été inscrits à l'UNESCO sur la liste du patrimoine mondial.

Ainsi les monuments de la Cité de Saint-Lizier bénéficient du prestigieux label: l'ancienne Cathédrale Saint-Lizier et son cloître, la Cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède, le rempart gallo-romain et le Palais des Evêques

Le château de Foix

P1070603.JPG

Perché sur son rocher , résidence des comtes de Foix dont le plus célèbre d'entre eux, fût Gaston Fébus. Avec ses trois tours dominant la ville de Foix, il est le site emblématique de l’Ariège.

Aujourd’hui, il abrite les collections historiques du musée départemental de l’Ariège Parmi les plus belles pièces, le fameux lit d'Henri IV élément majeur du patrimoine ariegeois.

La grotte de Niaux

index.jpg

La grotte de Niaux qui abrita des hommes du Magdalénien est l’une des plus célèbres grottes paléolithiques d'Europe, le grand préhistorien Henri Breuil la comptait parmi les « six géants de la préhistoire ». Elle est également l’une des rares grottes ornées encore ouvertes au public.

Vous ne pouvez pas la rater à son entrée, une gigantesque sculpture, une sorte de grand animal, sortant de la cavité et ouvrant ses ailes, une œuvre de Massimiliano Fuksas. Attention : pour sa visite, la réservation est indispensable.

Le Parc de la Préhistoire

P1010599.JPG

Le Parc de la Préhistoire est le complément idéal à la visite des grottes de Niaux et du Mas d’Azil Situé, près de Tarascon-sur-Ariège, au cœur d’un des plus beaux paysages des Pyrénées, un cirque montagneux dominé par le Pic des Trois Seigneurs, le Parc de la préhistoire est idéalement placé au centre d’une région riche en sites préhistoriques.

Véritable centre d’interprétation, avec ses espaces muséographiques et ses ateliers, il vous permettra non seulement d’expérimenter les activités des magdaléniens d’une manière ludique, tout en conservant une approche pédagogique et scientifique, mais également de porter un regard inédit sur les hommes de la préhistoire, leur mode de vie et leur art.

Le Pog de Montségur

P1000373.JPG

On ne présente plus Montségur ! Occupé dès l'époque néolithique, le pog (montagne) de Montségur reste le site « haut lieu » du catharisme. De 1204 à 1244, du haut du pog, l'Eglise Cathare et les chevaliers occitans réfugiés en ce lieu, défient les deux plus grandes puissances du XIIIe s., l'Eglise de Rome et la couronne de France. Aujourd’hui, le château dressé sur son rocher reste un point fort du tourisme ariégeois. Dans ses ruines remarquablement préservées, l'histoire dramatique de Montségur vous y sera conté faisant revivre la vie des cathares sur cette montagne, les épisodes du siège jusqu'au bûcher de 1244.

La bastide de Mirepoix

P1080644.JPG

L’inondation de juin 1289, provoquée par la rupture du barrage naturel de Puivert, va détruire Mirepoix et plusieurs villages dans la vallée de l’Hers.

Guy III de Lévis va reconstruire la ville, selon un plan nouveau : sur le modèle des « bastides » (ou villes neuves) : une grande place centrale qui facilite les échanges, les foires, les marchés, entourée des beaux couverts en bois de chêne sous lesquels vont s’installer les échoppes, et un plan en damier avec des rues qui se coupent à angle droit.

Les Forges de Pyrène

index.jpg

Situé à proximité de Foix , ce hameau hors du temps, met en scène 120 métiers, une collection de 6500 outils et plusieurs ateliers animés retraçant l’histoire des métiers du passé, les gestes de nos aïeux et leurs secrets d'artisans. A ne pas manquer, celui du fonctionnement d’une forge à martinet pièce unique et inscrite aux Monuments Historiques en 1993 , une des dernières encore en activité en France.

Discussion

No comments yet.