1. Accueil
  2. Rechercher

Posted on 11th Apr, 2018 in GR Balades et randos

MA TRAVERSEE DES PYRENEES (1) (Premier article d'une série pyrénéenne)

Un 26 juillet , 9h du matin , le train me laisse sur le quai de la gare de Collioure, sac sur le dos, chaussures de marche aux pieds. Flo et Sandy mes « marmottes » de montagne m’accompagnent. Enfin je vais le réaliser mon rêve ….. « ma traversée des Pyrénées »….

Les Pyrénées et moi sont une longue histoire…..

Je suis né à Toulouse, mais mes racines sont ariégeoises, du Pays de Foix. Toulouse , les années 50 , je me souviens…. Mon père m’installait sur le porte-bagages de sa bicyclette et nous grimpions souvent sur le coteau de Pech David., c’était une de ses balades favorites, et de là-haut, par temps clair je les voyais et je les admirais surtout l’hiver , toutes blanches , mes Pyrénées et c’est avec impatience que j’attendais les grandes vacances et mon long séjour dans la maison de ma grand-mère pour m’en approcher un peu plus. Souvenirs d’enfance multiples qu’ils seraient long de raconter ici et ses jeux totalement immergés dans la Nature : nous inventions le VTT, le canyonning, le climbing et l’accrobranche. Et puis l’approche était plus sensible quand mon oncle Roger nous emmenait dans sa superbe 404 blanche dans la vallée de Vicdessos, mon premier contact réel avec la montagne…. au Pla de l’Isard !

L’attrait des Pyrénées à certainement influencé mes études et mon orientation professionnelle puisque je suis devenu géologue. La géologie m’a permis d’avoir une autre perception du temps et de l’espace et m’a conduit à approcher la montagne par la marche et sa découverte par le trek. Mon métier et mon goût des voyages m’ont amené aux 4 coins du monde mais c’est pourtant vers les Pyrénées que je revenais marcher et me ressourcer avant de repartir vers d’autres horizons lointains.

…Et puis j'ai pris de l'âge ! Et l’heure de la retraite a sonné... mais j'ai toujours envi de marcher, de grimper, de découvrir d'autres sommets , d'autres horizons, d'autres pays puisque mes jambes et mon cœur me le permettent , j'en profite ...

« Je ne sais jamais trop où un chemin me mènera et s'il me mènera quelque part. En revanche je suis assuré de ce à quoi il me soustraira: à un assoupissement (...) à la résignation, au repli sur soi – et la solitude qui parfois l'accompagne n'a rien d'amer: elle me restitue à ce qu'il y a de grave et doux en moi et demeure mon compagnon: le chemin ... » Ce sont les premières lignes de Chemins aux vents de Pierre Sansot. J'ajouterai ce que le chemin m'apporte, l'enchantement , l'apaisement , l'enrichissement et surtout la liberté.

Me voilà aujourd’hui avec mes amies sur le sable de Collioure, ici les Pyrénées plongent dans la Méditerranée, à l’autre bout de la chaîne elles surgissent de l’Océan et c’est sur ses cimes que nous allons cheminer , d’ Est en Ouest , le soleil dans le dos … combien de jours faudra-t-il pour réaliser cette traversée je ne sais pas … combien de kilomètres auront nous parcourus je ne sais pas non plus, combien de cols auront nous franchis , de dénivelés négatifs et positifs …? Kilian Jornet Burgada est parti le 31 Mai du Cabo Higuer et est arrivé au Cap de Creus le 6 juin 2010 soit 696,9 kilomètres, 35717 mètres de dénivelé positif et négatif entre Atlantique et Méditerranée à travers les Pyrénées françaises et espagnoles parcourus en 7 jours … Tout est possible ….moi je compte mettre 3 ans … peut-être 4. … chacun son chemin, son aventure, son rêve, sur le même terrain : la montagne et son environnement

Pyrénées.jpg

Il y a 3 grands itinéraires balisés qui traversent les Pyrénées : le plus célèbre , le plus fréquenté est sans aucun doute le GR10 qui sur le versant Nord français relie Hendaye à Banyuls, son équivalent espagnol sur le versant Sud est le GR11. Entre les deux il y a la mythique HRP, la Haute Route Pyrénéenne certainement l’itinéraire le plus exigeant. Chacun sa traversée, je n’ai choisi ni l’un ni l’autre, mais j’ai tracé un itinéraire qui saute d’un versant à l’autre privilégiant la rencontre avec la beauté des paysages des deux versants.

Je ne suis pas parti pour entreprendre un exploit sportif je n’en ai ni le désir, ni les moyens. Cette route pyrénéenne sera longue et belle et je souhaite que mes ami(e)s , ma famille ou mes enfants , puissent m’accompagner, un jour , deux jours , une semaine ou la totalité du parcours au grès de leurs choix pour ce partage et cet émerveillement que la montagne peut nous offrir. Même si c’est sans aucun doute un beau chalenge je ne réaliserai pas cette traversée en une fois , je ne souhaite pas non plus trop la fractionner , j’ai donc choisi un compromis et entrepris cette année un premier tronçon COLLIOURE/PORT VENDRES – ANDORRE , un test , une expérience. En voici le récit …. Et quelques photos..

D’où partir ? Le GR11 par du cap Creus , le GR10 et la HRP de Banyuls, nous avons choisi Port-Vendres , le temps d’une flânerie sur le port de Collioure au pied du célèbre clocher et d’une baignade à Port-Vendres. P1100708.JPG

La côte y est rocheuse, déchiquetée, il est habituel de dire qu’ici les Pyrénées plongent dans la Grande Bleue, c’est une réalité et déjà cette impression de puissance s’installe lorsque la mer est agitée et que les vagues viennent se briser sur les lames de schistes noirs. La montagne est à nos pieds indomptable.

P1100713.JPG

Premier jour : Port-Vendres – chalet de l’Albère du col de l’Ouillat

Avant de partir en montagne, pour une journée ou pour plusieurs jours, il est important de bien préparer son itinéraire, d’en appréhender la difficulté et de « penser » son sac à dos. Pour limiter son poids nous avons choisi l’option des nuitées , en gîte, en refuge ou en cabane. Ce choix de confort permet de récupérer des efforts fournis en profitant d’un bon repas chaud et d’une bonne nuit. Nous avons donc laissé à la maison tente, matelas, popote et ustensiles nécessaires pour une traversée en autonomie, le sac à dos en est allégé d’autant mais parfois ce besoin de trouver un gîte en dur pour la nuit impose des étapes qui peuvent être longues et exigeantes.

Donc, la première étape de notre périple sera longue et exigeante 26,4km, les topo-guides indiquent un temps de marche de 8h à 8h30, j’en compterai donc 10 en partant de Port-Vendres! La traversée des Albères n’est pas à négliger 980m de dénivelés positifs et 310m négatifs pour ce premier jour de marche !

P1100733.JPG

De Port-Vendres , c’est sur des pistes muletières bordées de murets en schistes qui traversent le cœur du vieux vignoble de Banyuls que nous rejoignons le GR10 au col des Gascons (387m). En grappillant quelques raisins et le temps d’admirer dans une lumière éblouissante la côte vermeille et le bleu de la Méditerranée nous mettons 2 heures pour arriver au col. Faut plus traîner, le temps presse, le chemin est encore long ! En choisissant de faire la traversée d’Est en Ouest, nous allons rencontrer tout au long des journées, les randonneurs qui cheminent en sens inverse vers Banyuls, terme de leur long voyage. C’est toujours l’occasion d’échanger quelques mots d’encouragements !

P1100736.JPG

Très rapidement, arrive la première difficulté de notre route, le col de Salifort (981m – borne frontière) . Personnellement , je m’en souviendrai, moi qui avait négligé mon petit-déjeuner le matin. Le temps d’avaler quelques potions magiques énergétiques je peux repartir d’un bon pied ! Jusqu’au Pic de Neulos, le GR10 va louvoyer, toute la journée, sur des sentiers frontaliers riches d’histoire dominant la plaine du Roussillon. De là-haut la vue est imprenable sur le golfe d’Argelès, les Corbières, le pic de Bugarach… on pourrait presque apercevoir notre Caroux ! Le chemin sur les crêtes est une succession de pelouses et forêts de hêtre aux formes féeriques…Remarquable itinéraire… où la roche est toujours là, jaillissant du sol et marquant de son empreinte la ligne-frontière. Nous franchissons le col des Quatre-Termes, nous pénétrons dans la magnifique forêt de la Massane, nous ne voyons pas passer le temps. L’arrivée au chalet de l’Albère s’annonce tardive, par chance, une rencontre fortuite nous permet de rattraper le temps perdu. Nous profitons des sièges en cuir de la voiture de gentils bretons rencontrés au pied du Pic de Neulos pour arriver à notre première destination, le col de l’Ouillat (938m) et le chalet confortable de l’Albère. Deuxième jour : col de l’Ouillat – las Illas

Nous avons un peu « flémardé » ce matin et sommes partis comme pour une petite balade à … 9h . Une heure, déjà tardive pour un randonneur au long court qui doit faire aujourd’hui encore ses 22km ! Peut-être nous estimions cette deuxième étape , facile . Le topo-guide est optimiste et prévoit 6h15 de marche pour un dénivelé de 445m seulement et une altitude maximale de 735m. Mais c’était sans compter sur le soleil et la lourde chaleur qui tombe sur l’asphalte des portions de route et des pistes interminables qui nous emmènent … d’abord dans les embouteillages du Perthus , puis au bout du monde à Las Illas (Las Illas est un village qui s'est développé aux confins d'une vallée, droit vers l'Espagne. Il s'agit de la deuxième commune la plus méridionale de France !) pour y arriver vers 16h après 7 heures d’efforts.

P1100745.JPG

Il a fallu quitter les belles Albères, ses hêtres et ses chênes-lièges et descendre sur le Perthus, traverser l’autoroute, franchir le col de Panissars (335m).Nous quittons un instant le GR pour nous retrouver comme au temps de l’Antiquité sur la voie Domitia. Je prendrai bien un char romain pour rejoindre las Illas, les pistes sont carrossables ! ! ! Encore 5 heures de marche en suivant les bornes frontières qui jalonnent notre route, le col de Priorat franchi, puis celui de la Porteille puis enfin celui du Figuier et encore de l’asphalte à descendre et nous voilà à las Illas. Quelques maisons, un gîte municipal tranquille et un bon repas à l’auberge voisine clôture la journée. Vivement les Pyrénées ! ! ! !

Troisième jour : las Illas – le moulin de la Palette

En partant ce matin j’ai comme une appréhension, la journée va être galère. Flo ne m’a pas convaincu en m’expliquant que tout est beau sur le chemin… pas pour moi ! En écrivant ces lignes , je pense encore à nos discussions et notre désaccord sur la question. Et pourtant « Prends ce que le chemin t’apporte » je m’étais fait miennes ces paroles de Priscilla Telmon, une baroudeuse bien sympa. Mais rien n’y fait, je crains encore cette journée au cœur du Vallespir et mon humeur risque encore d’être détestable. Je m’en excuse encore les filles ! Une journée , bien triste aussi puisque c’est sur ce tronçon que c’est perdu un randonneur il y a deux jours à peine dans l’épaisse forêt près de Montalba. Le soir nous arriverons au gîte Bio du moulin de la Palette. Le repas va nous changer des joues de bœuf du chalet de l’Albère et du canard au Banyuls du restaurant des Traboucayres à las Illas. On verra ? Mais en attendant , faut reprendre nos sacs.

Nous partons tôt ce matin. Le temps d’avaler un café noir ( une petite pensée pour la gentille serveuse du restaurant qui m’a offert une petite dosette de Nescafé – sans elle mon humeur aurait, je crois, été encore plus exécrable !- et un sandwich aux sardines et du pain d’épices !

P1100752.JPG

On ne va quasiment pas quitter, la forêt et les sous-bois , les gneiss et granites et de vallon en col, de col en ravin , monter ,descendre sur des sentiers et des pistes en ne s’éloignant jamais de la frontière. Point culminant de la journée, le col du Puits de la Neige (1240m) permet de basculer vers l’Espagne.

P1100753.JPG Plus loin une éclaircie dans la forêt offre une belle vue sur le Roc de France (ou de Fraussa pour les catalans) (1450m), enfin Montalba ! Avec un peu d’imagination nous aurions pu rencontrer des « Traboucayres » -ces bandits de grand chemin- tant la topographie s’y prête , mais non ce sont toujours de paisibles randonneurs faisant le chemin inverse que nous croisons à mi-étape ! L’écogîte de la Palette –en pleine rénovation- , est une fort belle étape où il fait bon se poser après ces deux dernières journées éprouvantes pour moi qui attend toujours les vraies Pyrénées ! Ici, nous ne sommes plus des randonneurs mais des invités tant Catherine et Laurent sont attentifs à l’accueil de leurs hôtes. Leur cuisine y est entièrement bio et la dégustation de la tourte au potimarron et du taboulé au tofu fût un régal .

Quatrième jour : le moulin de la Palette – le refuge de Batère

J’attends cette journée avec impatience, c’est enfin le retour à la montagne sur les flanc du Canigou. Une belle journée de marche en perspective et un dénivelé de près de 1500m pour 18km. Il nous faudra d’abord en finir avec le Vallespir et atteindre en 3h Arles sur Tech en sautant le col de Paracolls avant de s’attaquer aux pentes du massif du Canigou.

P1100771.JPG

Nous allons grimper –sous la chaleur intense- toute la journée . Les différents étages de végétation se succède tout au long des 1200m de dénivelé ; maquis de chênes-verts, parfois le paysage au milieu des pins sylvestres sur un sol de granite altéré prend des allures de western (pas étonnant d’y rencontrer plus haut, tentes et tipis!) Rajoutant à l'ambiance, les traces d'une ancienne exploitation minière, pylônes, câbles, chariots et autres éléments métalliques sont partout. J’en profite pour récolter quelques échantillons d’hématite. Ouf ! Sous cette chaleur un coin de baignade sous les feuillus (frênes, châtaigniers et noisetiers ) est le bienvenu. Puis l’ascension se poursuit. La pente est parfois rude pour atteindre enfin de magnifiques pelouses en bordure d’un ruisseau et parsemées de blocs de granite. Nous arrivons au refuge de Batère – bâtiment austère, vestige de l’époque minière- après 8 heures d’effort soutenus !

Cinquième jour : le refuge de Batère – les Cortalets

Enfin une étape courte , de Batère au Cortalets nous n’aurons aujourd’hui que 6 heures de marche au programme. Appréciable quand le poids du sac commence à se faire sentir sur les épaules et que les premières « cloches » aux pieds commencent à apparaître. (les cloches sont pour les belges nos ampoules - petit clin d’œil à un super papy belge de 75 ans rencontré à la Palette, grand marcheur et qui m’a redonné la pêche pour les jours suivants).

P1100773.JPG

Quelle chance , aujourd’hui encore le soleil sera au rendez-vous mais en prenant de l’altitude la chaleur sera plus facile à supporter que dans les talwegs des jours précédents. Le col de la Cirere franchi, nous allons progresser sur les « Balcons du Canigou », profitant d'un panorama exceptionnel. Après avoir traversé les estives, nous rentrons dans les forêts de hêtres. Nous y trouvons des tapis de rhododendrons recouvrant des pans entiers de montagne. L’eau est présente partout descendant des ravines, captée à de magnifiques fontaines.

P1100777.JPG

Sur le chemin, l’arrêt à l’abri de Pinatell (1650m) est un véritable havre de fraîcheur , nous en aurons besoin pour faire le dernier dénivelé entre le Ras del Prat Cabrera et le Ras des Cortalets : 300m de dénivelé, sur une piste hyperfréquentée aujourd’hui, car si le chalet est accessible en voiture demain à lieu le trail du Canigou ! Le balisage n’est plus rouge et blanc mais aux couleurs de « Salomon » ! Sans doute , l’ambiance de course nous a donné envi de terminer l’étape en marche sportive, Sandy et moi ! Et nous arrivons tôt aujourd’hui et luxe supplémentaire nous pouvons nous offrir un succulent déjeuner sur la terrasse du refuge.

P1100807.JPG

Malgré sa fréquentation le site des Cortalets à du charme, la vue sur le Canigou y est magnifique , un peu à l’écart nous choisissons les Estagnols (2164m) pour une après-midi de repos.

Sixième jour : Chalet des Cortalets – Refuge de Mariailles

Bloqué par la course, nous ne passerons pas par le sommet du Canigou pour rejoindre Mariailles, nous resterons sur l’itinéraire principal du GR10. Pas de regrets, car cette itinéraire facile , d’environ 6 heures, est magnifique. P1100826.JPG Etant partis tôt nous profitons d’une belle luminosité pour nos photos et les vues sur la vallée de Prades, Vernet-les-Bains, St-Martin-du-Canigou sont superbes. Quel bonheur de profiter de la fraîcheur matinale du sentier.

P1100851.JPG

L’alternance de passages boisés et d’éboulis est agréable et rompt la monotonie que peut engendrer parfois une journée de piste au cours d’un trek. La source captée de la fontaine de la Perdrix, la petite cabane en pierre sèche de la Jasse de la Casteille, le refuge de Bonne-Aigue, le col de Ségalès, et le torrent du Cadi incitent à la pause, nous y retrouvons Thierry qui est venu voir la course et qui nous accompagnera jusqu’à Mariailles.

P1100859.JPG

Comme la veille , nous arrivons tôt au refuge, nous avons aussi trouver, je pense, un bon rythme de marche, nécessaire pour bien enchaîner les étapes successives. Depuis Port-Vendres nous avons marché 110km. A Mariailles, nous accueillons Raymonde venue nous rejoindre pour la dernière semaine

Septième jour : Refuge de Mariailles – Refuge d’ Ulldeter

Mariailles sera notre dernière halte sur le GR 10. Changement de cap ce matin. Nous quittons le GR10 qui se dirige vers le Capcir et l ‘Ariège pour entreprendre une étape de jonction avec le GR11 et passer pour cette dernière semaine sur la Senda espagnole.

P1100868.JPG

Changement de meteo aussi, les orages qui nous ont épargnés sont annoncés. C’est en scrutant le ciel que nous partons ce matin sur la piste de PlaGuilhem. La piste forestière est agréable et nous pressons le pas à la vue des nuages menaçants. P1100889.JPG

Finalement, nous avons le temps de franchir la Porteille de Rotja (2377m) et de nous protéger des premières grosses gouttes au refuge métallique de la Porteille. Il est midi, une dégustation de sardines à l’huile d’olive (dans sa boîte) et accompagnée de l’ éternelle tranche de pain d’épices est un délice !

P1100892.JPG

Nous repartons , la traversée désertique du Camp Magre se fera dans le brouillard. Sur cette portion de la HRP , avec peu de visibilité, le balisage est délicat à suivre, l’aide de la boussole ou du GPS , n’est pas inutile pour rejoindre la Porteilla de Morens (2382m). Pas le jour d’admirer le paysage, nous basculons en Espagne, en suivant de gros balisage rouge et blanc et rejoignons sous l’orage la station de Vallter2000 et le refuge d’Ulldeter (2236m).

P1100899.JPG

Je craignais cette étape (8 heures de marche) bien connu pour sa difficulté en cas de mauvais temps et vent courant sur ces crêtes frontières. Finalement tout c’est bien passé et la soirée-repos est la bienvenue.

Huitième jour : Refuge d’ Ulldeter - Nuria

Ce matin pour notre bonheur le soleil est revenu. Tant mieux , car la journée s’annonce belle. J’avoue , malgré un fort chauvinisme ariégeois , avoir une faiblesse pour la beauté du versant espagnol et la qualité des repas proposés dans les refuges. La mise en jambe est rapide nous enchaînons les cols : la Marrana (2529m) , le Tirapits ( 2783m).

P1100909.JPG

Les marmottes sifflent sur notre passage et une horde d’isards nous accompagne. Alors, oublié les mauvais jours et vive la Senda et les Pyrénées Catalanes ! Au col de la Vaca (2793m) nous sommes à nouveau sur la crête et point culminant de notre itinéraire.

P1100921.JPG

La vue attendue sur les étangs de la Carança et des pics qui les entourent est magnifique.

P1100922.JPG

Superbe cette traversée , la progression y est facile, nous restons toujours à une altitude constante, nous passons au col de la Carança (2723m) , puis à celui des Noucreus (2795m) – sommet éponyme à gauche) et de Noufonts (2650m) .

P1100929.JPG

Enfin un petit éboulis pour se dégourdir les jambes et descendre le vallon de Noufonts et atteindre un plat herbeux. La suite est agréable dans la Coma Fonda, troupeaux de vaches et chevaux ont remplacé les isards !

P1100943.JPG

L**e torrent fleuri des Molleres nous accompagne jusqu’au sanctuaire de Nuria. Religieux à l’origine, le site est aujourd’hui un centre commercial fréquenté que l’on rejoint depuis Queralbs par un joli train à crémaillère. Nous succombons au charme du shopping. Raymonde y trouvera de magnifiques bâtons de marche !

P1100948.JPG

Ce soir, nous dormirons à l’auberge de jeunesse du Pic de l’Aliga. Ambiance conviviale et familiale assurée, mais un bon rapport qualité/prix pour des randonneurs affamés dans ce lieu touristique!

Neuvième jour : Nuria – Refuge de Corral Blanc

Ce matin , nous décidons de modifier notre itinéraire. Nous n’irons pas jusqu’à Planoles mais nous nous arrêterons au petit refuge de Corral Blanc. Nous éviterons la longue descente des gorges de Queralbs et l’interminable remontée du vallon du rio Tosa pour choisir l’option d’une variante qui court sous le Puigmal.

P1110015.JPG Les paysages sont superbes, nous avançons d’un bon pas en suivant presque les courbes de niveaux,

P1110012.JPG

Nous traversons une succession de petits torrents au milieu de superbes pelouses occupées par les troupeaux.

Au Pla de les Tores , nous retrouvons l’itinéraire principal du GR11, et le torrent de Tosa que nous traversons sur une belle passerelle. Le sentier entre ensuite dans les pins , nous conduit au Collet de les Barraques (1894m) . Il ne reste qu’un kilomètre de route pour arriver au refuge de Corral Blanc (1815m). En choisissant , l’option d’arrêt au refuge et l’itinéraire par la variante , l’étape a été moins éprouvante que prévue , plus courte ( 14km au lieu de 17 ) pour 5 heures de marche, de quoi garder des forces pour les jours suivants.

Dixième jour : Refuge de Corral Blanc – Bourg-Madame

Dès que je quitte la haute montagne, je crains ces étapes de transition qui sont souvent longues et manquent d’intérêt . Et pourtant , il faut les faire !

P1110024.JPG

Celle d’aujourd’hui en est un exemple parfait. Fini les grands espaces : il faut partir par une pente raide à travers la forêt pour rejoindre les hauteurs de Planoles.

P1110031.JPG

Après avoir traversé à gué le torrent de Portal Subirà, un chemin surplombant la route nous conduit à Dorria, petit village très pittoresque. Le GR 11 continue en suivant une piste qui s’élève progressivement avant de pénétrer dans une ravine pour atteindre un point splendide, :le col de la Creu de Mayans.

P1110040.JPG

Le lieu est superbe , une grande croix en fer se détache sur un beau ciel bleu et un léger voile nuageux. Nous retrouvons la frontière (borne502 à 1980m d’alitude) .

P1110044.JPG

Les bornes frontières se succèdent , nous commençons notre descente vers Puigcerda en suivant un vague ruisseau pour rejoindre une piste puis un pénible sentier.

P1110050.JPG

Il est déjà tard , lorsque nous arrivons à Puigcerda , fatigués. Il faut penser au ravitaillement, pour l’étape de demain et c’est en taxi que nous rejoignons notre gîte d’étape à Bourg-Madame.

Onzième jour : Bourg-Madame – Cabane d’ Engorgs

Ce matin nous sommes repartis à 3. Nous avons laissé Raymonde à la gare de Bourg-Madame, victime du poids de son sac à dos. Aujourd’hui, je suis heureux , après la journée galère de hier , nous allons retrouver la montagne ….. en taxi! Une voiture nous dépose à Guils de Cerdanya. C’est appréciable, nous avons évité deux bonnes heures de goudron !

Mais , il faut à nouveau s’armer de courage … et grimper, remonter une ravine terreuse, puis des pentes herbeuses, une crête en plein soleil, monter droit dans la pente avant d’entrer enfin dans des bois de pins.

P1110056.JPG

Cet effort est récompensé par une superbe vue sur la Sierra del Cadi. Notre marche se poursuit maintenant plus facile alternant pinèdes et pelouses.

P1110062.JPG

Nous avons repris de l’altitude. Au Pla de la Feixa (2170m) nous laissons à droite le refuge pour continuer à travers bois et gagner dans un joli dédale de boules de granite, le refuge de Malniu (2138m).

P1110068.JPG

Il est midi, les voitures y brillent au soleil ! Ce soir, nous irons dormir plus haut et retrouver le calme et le silence de la montagne. Encore deux heures de marche pour arriver à la cabane d’Engorgs.

P1110077.JPG

On monte à flanc de montagne, on traverse un petit torrent enfin on termine par un long pierrier pour arriver sur des plats herbeux du cirque d’Engorgs (2375m) .

P1110081.JPG

L’endroit est beau , sauvage, une cabane, un torrent, des lacs , des rochers, des marmottes. Il est agréable de passer ainsi une nuit toute simple en montagne, loin de l’agitation des refuges accessibles aux véhicules. Ici, une douzaine de place en bas-flanc, une table, une cheminée, l’eau du torrent à partager avec des randonneurs espagnols.

P1110094.JPG

Chacun s’installe la nuit venue et le sommeil récupérateur vient vite.

Onzième jour : Cabane d’ Engorgs – Andorre-la-Vieille

Le jour se lève, nous bouclons une dernière fois notre sac.

P1110096.JPG

C’est notre dernier jour de marche. L’étape est longue près de 25km , 8 à 9 heures de marche.

P1110098.JPG

Dès le départ , la première difficulté de la journée se présente devant nous , la Portella d’Engorgs (2670m). Une langue de neige persiste encore au sommet.

P1110101.JPG

Puis c’est la plongée sur l’autre versant pour arriver à la cabane dels Esparvers (2060m) – Nous étions passé ici l’été dernier en cheminant sur le chemin des Bonshommes-

P1110105.JPG

Nous continuons notre chemin , il faut franchir la deuxième difficulté de la journée le Port de Valciverra (2517m). Dernier effort ! Pour nous encourager Sandy y a installé la bannière Salomon des Cortalets , je la coupe bon dernier !

P1110111.JPG

Nous sommes en Andorre. Le décor est splendide. Tout un chapelet de petits étangs scintillent sous le soleil.

P1110114.JPG

Depuis le refuge de l’Illa (2485m), le sentier suit les torrents qui descendent des Pessons.

P1110129.JPG

Ici le GR11 , bordé de petites cabanes s’appelle « el cami de la muntanya », nous le descendons jusqu’à Andorre-la-Vieille.

P1110135.JPG

C’est ici que s’achève notre premier tronçon pyrénéen nous pouvons « pauser » notre sac et goûter aux bienfaits d’un bain délassant, jacuzzi et hammam pour soulager nos muscles durs et nos douleurs diffuses !

A l’été prochain !


Discussion

No comments yet.