1. Accueil
  2. Rechercher

UNE SERIE DE RANDONNEES ACCOMPAGNEES PROPOSEES POUR LA SAISON 2018-2019

NB: Toutes les balades détaillées dans ce road-book (et présentées dans la page Agenda) sont programmées le dernier dimanche de chaque mois et seront annoncées dans la page Rendez-vous du blog

ROAD-BOOK n°3

SAINT GUILHEM LE DESERT «  BEAUME DE L' OLIVIER »
P1070277.JPG DATE : 25 novembre 2018

LOCALISATION : Hérault – Les monts de St Guilhem

Difficulté : * Balade pour tous sur sentiers balisés

DEPART :

Départ 10h de Valquières (co-voiturage) ou rendez-vous 11h00 à St Guilhem le Désert (Parking) ( point de départ de la boucle)

Comment y aller :

Sortie A75 direction Gignac. Rejoindre Aniane par la D32 , puis St Guilhem par la D4

Cartographie :

Pour la route : Carte Michelin n°83 ou IGN Top 250 Pyrénées Languedoc – Roussillon Régionale R13

Pour la balade : IGN n°2642ET 1 :25000 ST GUILHEM LE DESERT

Où manger et dormir : Prévoir un pique-nique de midi.

Equipement : ((en fonction de la météo). Petit sac à dos. Bonnes chaussures.

Meteo : Répondeur téléphonique : 3250 ou www.meteo-france.fr

LA RANDO P1070279-JPG.jpg

A partir du village de St Guilhem , on remonte la D4 sur 1,5km. Au niveau d’un pont (75m) , peu avant un barrage on laisse la vallée de l’Hérault, pour s’engager à gauche dans la Combe Malafosse.. On suit d’abord une route empierrer , avant de continuer à droite le long d’une clôture sur un chemin couvert d’éboulis. Par quelques lacets , en laissant la grotte du Sergent sur la gauche on parvient aux ruines du Mas de l’Arbousier (307m). On quitte les les ruines en suivant un large chemin. A un croisement repéré par un cairn , on va suivre à gauche un très beau petit sentier plat qui dans la végétation puis sur une vire dégagée va nous emmener jusqu’au Beaume de l’Olivier (300m) et son ermitage construit dans la paroi à proximité d’une grotte. Ensuite par des succession de montées et descentes faciles le sentier rejoint le GR74 qui descend de l’ermitage ND de Belle Grâce pour rejoindre St Guilhem. Sur le chemin on fera un petit détour pour aller visiter les ruines du château du Géant, en suivant une belle sente aérienne rocheuse.
P1070273-JPG.jpg

ROAD-BOOK n°2

CAROUX : « La vire de la ROQUE ROUGE»

DATE : 28 octobre 2018

LOCALISATION : Hérault – Parc Régional du Haut –Languedoc - Caroux

Difficulté : ** Pour une approche de la randonnée montagne.

DEPART :

9h00 de Valquières ( Mairie pour co-voiturage ou rendez-vous à 10h30 au parking du col de Avels ( point de départ de la boucle)

Comment y aller : Par la vallée de l’Orb , Le Poujou/Orb ou Lamalou, et la D908D180, rejoindre le col des Avels entre Rosis et Douch. Parking en direction de La Fage

Cartographie :

Pour la route : Carte Michelin n°83 ou IGN Top 250 Pyrénées Languedoc – Roussillon ou Top 100 169 Béziers-Castre PNR du Haut-Languedoc

Pour la balade : IGN n°2543 OT 1 :25000 série TOP 25 LAMALOU-les-BAINS – L’Espinouse. Le Caroux. CAROUX-ESPINOUSE 1:15000 Club Alpin Béziers Caroux

Où manger et dormir : Prévoir un pique-nique de midi. Equipement : (en fonction de la météo) pour une « balade montagne » . Bonnes chaussures.

Meteo : Répondeur téléphonique : 3250 ou www.meteo-france.fr

LA RANDO

La première partie de la rando, va nous faire découvrir le Plateau du Caroux.,du NE au SW

Du col des Avels (alt. 800m) , descendre à Lafage (alt. 783m). P1120485.JPG Alt. 780m. C'est à l'entrée du hameau de Lafage sur la droite que le sentier démarre. Vous êtes sur le GR7 (balisage rouge et blanc). En lacets , la montée est rude au départ puis s'adoucit en une pente modérée. On atteint le plateau aux alentours de la Jasse de Bonnel. Le sentier chemine à travers une lande de bruyères, on laisse successivement sur la gauche le sentier de l'Esquino d' Aze puis sur la droite la piste qui conduit au sommet du Caroux, et le chemin (balisage jaune) de la « route de la honte » pour descendre légèrement vers la Jasse de Joucla. Dans les genêts toujours en suivant le GR7, on traverse sur des pontons la tourbière de la Lande pour rejoindre enfin un grand carrefour ( côte 1062m) où converge 5 pistes. (1h15 , depuis Lafage!).

P1080201.JPG Au carrefour, on reste encore sur le GR qui conduit jusqu'à la table d'orientation du Caroux, en le suivant quelques instants sur la gauche, jusqu' au prochain carrefour.

Alt. 1063m. Vous venez de rejoindre la piste de Peyro-Grosso qui vient du refuge de Font-Salesse. La suivre à gauche, tout droit vers l'Est, pour rejoindre le Roc du Boustou, en bordure du ravin d'Albine.

Ici commence la deuxième partie de l'itinéraire , plus sportif et aérien.

Alt. 996m. Vous venez de rejoindre la Piste du Garel (balisage jaune) elle va vous conduire au Baraques de Caylus (2h, depuis Lafage!) Ce très ancien sentier descend, à droite, en longeant l'arête de La Sarrazine, laisse à droite, la Piste des Biterrois (balisage bleu) , poursuit à gauche et saute le ruisseau de l 'Albine au Pas du Rat (Alt. 705m) P1080176.JPG Alt. 680m. Des Baraques de Caylus jusqu'au col de la Baume de Roucayrol (Alt. 780m) vous allez traverser, en 40mn, la vire de la Roque Rouge (balisage bleu) qui domine de 600m la vallée de l'Orb. Facile à suivre, aérien, c'est un des plus beau cheminement du Caroux ! (Prudence toutefois si le rocher est humide) P1080218.JPG Alt. 780m. Col de la Baume de Roucayrol ( 3h10 depuis Lafage!) Ici commence le cheminement du retour vers les gorges de Colombières. On suit d'abord en sous-bois, sur un petit kilomètre, pendant une demi heure la piste de Bel Plo (balisage bleu) en traversant le ruisseau de Roucayrol jusqu'au ravin du Cadiol

P1080186.JPG Alt. 770m. Ravin du Cadiol ! Vous avez le choix : descendre par la piste du Cadiol (balisage bleu) pour rejoindre les gorges de Colombières où itinéraire plus spectaculaire prendre la piste de la Madeleine . (Vous marchez depuis près de 4h !) A une altitude moyenne de 700m, alternant montée et descente , parcourue par les grimpeurs, la piste de la Madeleine (balisage jaune) va vous conduire elle aussi aux gorges de Colombières où elle saute le ruisseau du Pertus.

Alt. 700m. Vous êtes sur le sentier des gorges de Colombières. Il vous ramène à Lafage en 30minutes. Un très beau terminal en dominant les Estrets et les cascades sommitales du ruisseau d' Arles.

P1080193.JPG PS : Ce très beau circuit du Caroux de 11km environ pour un dénivelé cumulé de plus de 600m peut se faire en 4h30 sans compter les arrêts (nombreux!) mais exige une bonne condition physique . Et peut s' avérer difficile par temps de brouillard ou de pluie.

REPERAGE

Le Caroux fait parti des Monts de l’Espinouse, massif du Haut-Languedoc appartenant aux Cévennes méridionales, isolé entre Montagne Noire à l’Ouest et Causse du Larzac au Sud. Le Caroux culmine à 1091m et 46km le sépare de la mer. Sa forme tabulaire est très facilement repérable dans le paysage. Sur une carte, nous le limiterons par un rectangle d’environ 4km de long entre les gorges de Colombières à l’Est et les gorges d’Héric à l’Ouest, pour 2,5km de large entre la vallée de l’Orb au Sud et la haute vallée de Douch qui le sépare de l’Espinouse proprement dite.

… un peu d’histoire géologique

Racontons son histoire vieille de 300 millions d'années.

Vous le savez, il y a environ 500 millions d'années et pendant prés de 200 millions d'années, la région appartenait au domaine marin, d'une mer qui séparait deux continents-la Laurasia au Nord et le Gondwana au Sud. De la collision de ces deux continents sortirent des eaux, il y a 300 millions d'années une chaîne de montagne, appelée hercynienne.

Ainsi culminèrent un temps à plus de 5 000m, le vieux Massif Armoricain, les Vosges, le Massif Central, la Montagne Noire et le Caroux-Espinouse puis furent démantelées, rabotées, aplanies en 50 millions d'années.

Le Caroux vécut une grande période d'accalmie pendant toute l'ère Secondaire, il ne culminait plus qu'à 200 ou 300m, la mer était revenue à ses pieds et l'ancêtre de l'Orb coulait péniblement en larges méandres.

Avec l'ère Tertiaire, notre terre bougea une fois encore. D'un continent unique, la Pangée, se différencièrent les plaques qui font notre monde. Leurs mouvements ne se firent pas sans heurts. Du choc entre la plaque Africaine et Eurasienne surgirent les Pyrénées, puis les Alpes, il y a 40 millions d'années pour les premières et 10 millions d'années pour les secondes. Pendant ces mouvements tectoniques puissants, les vieux massifs érodés subirent de fortes poussées Nord-Nord Ouest qui les soulevèrent, d'environ 1000m, à l'image d'un soc de charrue relevant une dalle, la faisant émerger de terre sans la retourner.

Le vieux massif, disloqué, découpé par des failles, les unes anciennes Est-Ouest du premier plissement hercynien, les autres récentes Nord Est- Sud Ouest du plissement alpin, allait à nouveau, du fait de son rajeunissement, subir à nouveau l'érosion. Des gorges se creusent et l'Orb pourra reprendre lui aussi son travail de sape, s'enfoncer dans son lit, tout en conservant son tracé sinueux vestige de l'époque ancienne.

… les roches

Bien que des divergences demeurent sur le mécanisme de mise en place de la zone axiale de la Montagne Noire, dans le cas qui nous intéresse les Monts de l'Espinouse, les géologues sont tombé d'accord pour dire: il existait un "socle" ancien granitique et des schistes "x" surmontant ou enveloppant le granite primaire. Lors de l'orogenèse hercynienne, ce socle primitif et son enveloppe a été transformé, déformé et plissé. Trois grands ensembles se mettent en place: l'antiforme du Caroux et l'antiforme de l'Espinouse séparés par le synforme de Rosis. Dans ses superbes structures, au relief grandiose de nouvelles roches ont pris naissance par métamorphisme et anatexie. Expliquons !

Le métamorphisme général est un ensemble de phénomènes physico-chimiques qui se produit lors de la préparation et la mise en place des chaînes de montagne et il affecte toutes les roches préexistantes. Pris dans les mouvements tectoniques, les terrains, jadis en surface, vont être enfouis progressivement dans l'écorce terrestre en mouvement et subir des pressions fantastiques et des températures de plusieurs degrés. Lentement, sans fusion, dans un état solide ou partiellement visqueux, la matière va se transformer et se réorganiser donnant naissance à de nouvelles roches. Les roches métamorphiques sont très nombreuses, chacune est caractérisé par son origine et par le degré de métamorphisme qu'elle a subi, c'est à dire des conditions de température et de pression qu'elle a supportées. Ainsi sont nés, schistes, marbres, quartzites, micaschistes, gneiss, etc..

.L'anatexie est le processus par lequel des roches de métamorphisme général soumises à des températures de plus en plus fortes subissent une fusion pour finalement donner un magma. Ainsi se forme certains granites

Il existe des cas plus localisés de métamorphisme, tout autour par exemple , d'un massif granitique se développe une auréole de métamorphisme. Il s'agit d'une transformation locale, sur quelques mètres voire du kilomètre, des roches sédimentaires encaissantes, liée a l'augmentation de température provoquée par l'intrusion granitique. On parle de métamorphisme de contact.

ROAD-BOOK n°1

VALQUIERES : « Chemin des pierres …..les marques du temps »

P1110528.JPG DATE : Dimanche 30 Septembre 2018

LOCALISATION : Languedoc – Hérault – Hauts Cantons

Difficulté : Balade pour tous, sur pistes et chemins. Sans difficulté. Durée 3h

DEPART : Rendez-vous à Valquières (9h00) impasse du Sécadou
Départ 9h30 du sécadou de Valquières

Comment y aller :

….. de Bédarieux, par le Mas Blanc suivre la D157 jusqu’au Moulin de Prades, puis la D35 E jusqu’au col des Baumes , direction Valquières / Vernazoubres.

….. de Montpellier, rejoindre le Salagou par N109 et A75 (sortie 55 les Cartels). Remonter la vallée du Salagou , jusqu’au col de la Merquière par Octon et la Lieude

Cartographie :

Pour la rando : carte IGN : Haut-Languedoc Top 75 1/75 000 - carte IGN :Top 25 / 2643 OT 1/25000 LODEVE BEDARIEUX Lac de SALAGOU

Où manger: Balade organisée dans le cadre de la JOURNEE NATURE ET BIEN-ÊTRE- Possibilité de petite restauration après la balade (prix entre 1.50 et 2.50). cf Suzy en cuisine

Equipement : Equipement de rando légère. Petit sac à dos. Bonnes chaussures.

Météo : Répondeur téléphonique : 3250 ou 08926802 + numéro du département Internet www.meteofrance.com/

Avant de partir

Vous pouvez consulter les articles déjà publiés sur ce blog, présentant VALQUIERES

http://www.geologica-rando.com/actus-rando/dio-et-valquieres, http://www.geologica-rando.com/actus-rando/spectacle-de-la-nature et http://www.geologica-rando.com/actus-rando/dio-et-valquieres-mon-village

Profitez en aussi pour visiter nos trois hameaux et et le château de Dio qui ne sont pas incluses dans ce topo. A Valquières , vous découvrirez en particulier, ses maisons (12e/15e) , ses portails romans et son église (XIIe/XIVe)

*LA RANDO

0km. Valquières. P1120614.JPG Déjà, les marques du temps se lisent sur les murs des maisons de l' impasse du Sécadou ! On sortira du village , par le chemin du Pioch, qui est en réalité, une large piste à usage agricole qui monte sur le plo de Laurier, plateau repérable à l'alignement d'éoliennes en bordure de falaise. Nous quitterons très rapide ce chemin carrossable pour, à l'aplomb du lieu-dit « Campels » qui sont des terrasses cultivées, rejoindre par une autre piste et à travers champ la petite D8, « notre petite route » qui relie Valquières à Dio.

Nous profiterons de ce début de balade pour réaliser une lecture de paysage et situer Dio et Valquières dans ce magnifique panorama qui se découvre dès que l'on quitte le village.

1,4km. Campels. Nous retrouvons ici l'ancien tracé du GR7 qui va nous conduire à Dio. C'est sur ce tronçon d'itinéraire que nous allons rencontrer de beaux témoins de notre petit patrimoine.

P1020606.JPG Nous découvrirons les anciennes étagères de terres jadis cultivées et aujourd'hui abandonnées ainsi que les cabanes de pierres construites dans les murets bordant notre petite route. De cette époque au croisement des chemins vous observerez de magnifiques calvaires de pierres qui logiquement vont nous conduire à l'église de Dio !

P1110552.JPG Nous quittons aussi les surfaces fourragères de Campels pour, avant d'aller faire un détour par la grotte des Fées au pied des falaises, longer de petits arpents de vignes avec leurs cabanes en pierres sèches. P1110525.JPG 2,2kms. Les Fées. Il faudra se frayer un passage au milieu d'une végétation envahissante pour gagner le bas de la falaise pour découvrir gardé par un vieux chêne :

P1120621.JPG l'entrée de cette petite grotte sépulcrale , témoin comme celle de Monjaux de l'existence aux alentours de Dio d'une occupation dès le néolithique probablement de pasteurs ou de chasseurs. Nous pourrons y pénétrer prudemment sur quelques mètres avec une lampe frontale.

NB: pour vous documenter sur l'historique des grottes de Dio vous pouvez consulter l' article sur les fouilles réalisées en 1936 sur place par le Dr Brunet: Le Cap Barré et la grotte de Montjaux (Hérault) https://www.persee.fr/doc/bspf_0249-7638_1936_num_33_5_4471

Cette grotte nous rappelle aussi que nous sommes en bordure d'un causse possédant d' innombrables diaclases et fissures. Il n'est donc pas étonnant d'y trouver ses cavités naturelles issues du travail de l'eau et de la corrosion du calcaire. Nous reprenons notre chemin vers Dio. P1120624.JPG La construction de Dio est fort différente de celle de Valquières. Valquières c'est quelques maisons regroupées au pied de son église. Dio possède un habitat beaucoup plus dispersé. D'abord construit au pied de son château (bordure Sud de Dio) , l'habitat au cours des siècles s'est progressivement étalé, Est et Ouest, jusqu'à son église (bordure Nord de Dio)

3,6kms. Dio. Nous sommes arrivés Dio par l'ancien chemin de Valquières, tracé du GR7 actuel. Dio mérite de si attardé. Outre son château magnifiquement restauré et qui incontestablement avec son hameau médiéval mérite une visite, le village possède d'autres belles curiosités patrimoniales : l'église avec son architecture romane (XIè s.) et son entrée primitive avec ses trente trois pierres noires rappelant l'âge du Christ. P1120626.JPG Jouxtant l'église , pénétrez dans le vieux cimetières, magnifique hâvre de repos. Vous y verrez de modestes tombes, sans pierre tombale couvrant la terre, closes et entourées de grilles en fer forgé ouvragée de volutes. Ces sortes de lit cage sans fond sont surmontés d'une croix. En-dessous un coeur émaillé blanc porte le nom du défunt avec parfois sa photo. Plus haut sur la place du village a été dégagé un ancien mur wisigoth.

NB. Des fouilles archéologiques dirigées par Michel Salvayre ont été réalisées sur ce lieu en 1998, vous en trouverez les résultats dans l'article suivant DIO et VALQUIERES - Castel Vielh: https://journals.openedition.org/adlfi/12078

P1120628.JPG Nous sommes au cœur de la vieille histoire de Dio, dont les murailles de son « castel vielh » sont un témoin … du passage par Dio , des Francs et de Théodebert, petit-fils de Clovis venu chasser les Wisigoths, en 533.

Reprenons notre route en suivant les balises du GR. Profitez en pour admirer les autres faces du château de Dio. Nous sommes au XVIIè siècle, le château renaissance est devenu la propriété de la dynastie des Fleury et en particulier celle de Jean père du célèbre cardinal, principal ministre de Louis XV, grand transformateur du château.

P1120629.JPG

Quittons, Dio , son histoire et et en même temps le GR7 à une intersection marquée par un calvaire pour descendre sous le village à sa fontaine. Ici va commencer l'itinéraire géologique !

5km. La fontaine de Dio. P1120631.JPG

Tout en bas du village coule l'eau qui jaillit d'une source pérenne recueillie à la fontaine et qui irriguait les jardins. D'où vient - elle cette eau ? C'est une eau pluviale qui a poursuivi son cheminement dans un parcours souterrain des calcaires des Causses pour alimenter les nappes phréatiques du sous-sol et au final sortir ici au contact d'un substrat imperméable. Ainsi commence l'itinéraire géologique et aquatique !

Le premier substrat que nous rencontrons, est un terrain ancien qu'on appelle ici « la ruffe », témoin de ce continent unique qui occupait la Terre à la fin de l'ère primaire au Permien: la Pangée.

P1020499.JPG Ce sol rouge sédimentaire à pour origine l'érosion de notre plus vieille chaîne de montagne , la chaîne hercynienne. Roche démantelée, roche érodée, minéraux transformés, sédiments transportés se sont déposés ici dans ce qu'on appelle en géologie le Bassin de Lodève. Nous commençons notre retour vers Valquières en marchant sur un sol vieux de 250MA !

Les marques du temps sont partout : le rouge, couleur de la ruffe nous indique la présence d'oxyde fer dans ces sédiments faits de pélites - un mélange de minéraux argileux et de quartz- que l'on peut appeler de manière plus parlante un grès argileux à grains très fins. P1020501.JPG C'est un climat tropical qui régnait à cette époque permienne, avec ces alternances de périodes d'inondations (période de dépôts des sédiments) et de périodes de sécheresse observables sur le sol par les changements de teinte des ruffes et par les surfaces de craquellement ( les mêmes que celles sur lesquelles nous pouvons marcher aujourd'hui sur des boues asséchées !)

Nous allons un court instant nous rapprocher des splendides murailles du château de couleur ocre posé sur de magnifiques strates de grès obliques . C'est avec ces pierres de grès taillées sur place que le château a été entièrement construit. La nature des roches a changé. Les grès ont remplacé les pélites. Il a suffit d'un léger soubresaut de la Terre à la fin de l'ère primaire pour réactiver les rivières et déposer en discordance sur le sol rouge d'autres sédiments plus grossiers que sont nos grès de Dio. A l'aridité des paysages des ruffes succède de jolis passages en sous-bois garnis de chênes verts qui nous emmènent vers une autre surprise géologique à proximité du col de Dio en bordure de route....

5,8km « Le mur de basalte de Dio » ! Il s'agit d'une magnifique structure géologique : une faille inverse, matérialisée par un remplissage de basalte mis à nu par l'érosion des ruffes qui l'encaisse. Très beau !

P1120637.JPG NB: Ne vous étonnez pas si en montant à Dio vous trouvez sur le bord de la route des cars et des géologues en herbe (!) ce lieu est fortement visité par les enseignants! (Même remarque pour le col de la Merquière, remarquable belvédère géologique qui domine la vallée du Salagou. cf Un article écrit dans l'ouvrage Salagou-Mourèze de Matoral que vous pouvez en parti retrouver sur ce blog http://www.geologica-rando.com/actus-rando/voyage-au-pays-des-ruffes*

Cette présence de basalte à Dio n'est pas une simple curiosité géologique , elle est un des témoins spectaculaires de cet épisode volcanique qui s'est installé ici il y a peine 1,5MA.

Ce site est aussi un belvédère qui offre de superbes vues sur les monts qui nous entourent et qui va nous permettre de comprendre la formation du paysage tel que nous le voyons aujourd'hui

La Terre vivante s'est craquelée, la Pangée s'est brisée comme une coquille d'oeuf, laissant partir sur son magma les continents à la dérive, la mer est revenue à Dio, a recouvert les ruffes pour plus de 150 millions d'années. Il faudra attendre les grands plissements pyrénéens et alpins et keurs conséquences pour que le relief et le paysage actuel se mettent en place. Cette histoire est complexe, je ne vous la détaillerai pas dans ce topo. Habitant cette commune, et parcourant souvent ses chemins, je me contente souvent d'admirer ce beau spectacle que nous a offre la nature .

P1020494.JPG Nous remonterons vers Valquières en empruntant le nouveau cheminement du GR7. Ici, ce sol permien, pauvre, est malgré tout travaillé encore aujourd'hui et irrigué pour de maigres récoltes, comme il l'a été tout au long des siècles passés. Les vieilles ruines de granges qui demeurent au milieu des champs et des gros blocs de grès qui obturent par endroit notre chemin de retour en sont un témoin important ainsi que le vieux chemin caladé qui nous fait sortir au superbe lavoir couvert de Valquières. Une belle restauration. Ici, la couverture du lavoir a été préservée, permettant un usage domestique confortable de l'eau qui s'écoule de la fontaine, alimentant l'irrigation des petits jardins disposés en étagère en aval du bassin, témoins du renouveau du village. P1020489.JPG Ainsi s'achève ce chemin des pierres

« Merci d'avoir effectué ce parcours qui n'est pas une randonnée mais une promenade faite pour faire découvrir ma commune sous tous ces aspects d'hier à aujourd'hui »

« Chemin des pierres …les marques du temps » : La Terre a son histoire et ses paysages actuels sont la mémoire de son passé inscrit dans les roches C'est une histoire passionnante qui fait partie de notre mémoire collective, de notre propre histoire. Les pierres ont créé notre paysage par une lente et longue succession d' événements qui s'accumulent, s' entrechoquent, s'effondrent puis s'érodent ....où nous ne voyons parfois qu'un tas de cailloux ! Les paysages sont façonnés par les pierres, ensuite utilisées par les hommes qui peuplent le territoire. Marcher sur un chemin, c'est découvrir cette longue histoire des pierres , des temps géologiques à aujourd'hui.