1. Accueil
  2. Rechercher

Posted on 29th Jul, 2017 in GR Rencontre et découvertes

AU FIL DE L’ORB , balades et découvertes.

Il y a quelques temps , je relisais Moby Dick d’Herman Melville: « Prenez le plus distrait des hommes, absorbé dans la plus profonde des rêveries, dressez-le sur ses deux jambes, incitez-le à poser un pied devant l’autre et il vous conduira infailliblement vers l’eau ». Je vous y emmène et pas très loin!

P1080379.JPG

Près de chez moi coule l’Orb : un petit fleuve côtier languedocien de 136km qui traverse le département de l’Hérault : de sa source à la mer, il s’installe et trace « son chemin » à travers des paysages somptueux qu’il embellit encore plus par sa présence.

Au cours de mes randonnées régionales, l’Orb m’a souvent accompagné et j’ai découvert ses multiples facettes et ses visages changeants. Avant de vous présenter quelques belles randonnées près de son cours, suivons-le de sa source cachée dans le massif volcanique de l’Escandorgue jusqu’à son estuaire à Valras-plage, tour à tour ruisseau, torrent dans son parcours montagnard puis cours d’eau majestueux lorsqu’il atteint la plaine biterroise. Son itinéraire, sinueux, tumultueux, parfois encaissé dans sa partie amont plus évasé en aval, est sujet à de brusques changements de débit et des étiages très marqués. Calme filet d’eau l’été, drainant des eaux paisibles et belles, s’il s’alimente d’orages , de pluies torrentielles, d’affluents capricieux, il peut rapidement devenir fougueux, chargé de boues, devenir dévastateur dans son cours supérieur et sortir de son lit dans sa basse vallée.

La géologie complexe de son bassin versant lui modèle de remarquables paysages divers et variés tout long de son parcours, accompagnés d’une riche flore. Dans son bassin supérieur se sont les plateaux calcaires et dolomitiques du causse du Larzac, les coulées volcaniques de l’Escandorgue puis les schistes de la Montagne noire qui sculptent le paysage environnant. Dans son cours moyen et inférieur, au relief moins escarpé, c’est à travers marnes, calcaires et grès des terrains secondaires et tertiaires et sur des terrasses fluviatiles que l’Orb creuse et taille son lit pour finalement finir sa course en plaine et atteindre la Méditerranée. La diversité des sols, l’influence des climats atlantique et méditerranéen lui procure une végétation riche et variée. L’Orb prend naissance dans la forêt des Monts d’Orb près du lac d’Avène : une forêt couverte de châtaigniers, cèdres, épicéas, hêtres et pins. Lui succède une forêt de berge, la ripisylve, composée de peupliers , de saules et de peupliers et d’une végétation luxuriante, offrant l’été aux promeneurs ombre et fraicheur. Le contraste est saisissant lorsque notre fleuve retrouve son caractère méditerranéen poursuivant son cours vers la mer au milieu de la garrigue, des chênes verts, des arbousiers, des oliviers et bien sur du vignoble.

Ce contraste des paysages, de la végétation tout au long des 136 km de son cours se retrouve aussi dans l’habitat .Partons à la découverte des villes et des villages qu’il traverse, de sa source à l’estuaire, des hameaux dispersés sur le plateau de l’Escandorgue, comme Romiguières et ses 9 habitants jusqu’à Béziers, la « capitale de l’Orb » et Valras-Plage, station balnéaire saturée de touristes l’été !

LES VILLES ET VILLAGES DES BORDS DE L’ORB.

De la source au Bousquet d’Orb 

P1080343.JPG

ROQUEREDONDE (732m)

La commune est constituée de plusieurs hameaux dispersés sur les terres boisées de l’Escandorgue : Autignaguet, Nogaret, Le Mas de Grèze, le Mas de Mourié, le Mas Neuf et Roqueredonde. C’est ici que naît l’Orb au pied des falaises du Larzac. Le lieu est enchanteur, propice sans doute à la méditation spirituelle, puisque en son temps, Lanza del Vasor, apôtre de Ghandi y a installé l’Arche et qu’ aujourd’hui les moines tibétains disciples du Dalaï-Lama y ont construit un temple Lerab Ling.

P1080295.JPG

« Des sources de l’Orb à l’ Escandorgue », de Roqueredonde partent de très belles randonnées, souvent méconnues, aux parcours très variés. Tracées sur les terres volcaniques ou à travers les rochers dolomitiques, sur de beaux sentiers, pistes forestières ou drailles ancestrales, au milieu des bois, des forêts et des buis , des prairies et des ruisseaux, traversant les petits hameaux de la commune elles offrent toutes de magnifiques panoramas sur l’ Escandorgue, le Lodévois et les falaises du Larzac.

CEILHES-et-ROCOZELS (443m)

C’est le premier gros village avec ses 300 habitants que rencontre l’Orb. Niché entre les monts de l’Espinouse et ceux de l’Escandorgue, sa position au bord du fleuve et son plan d’eau de Bouloc, son passé riche en histoire, font de Ceilhes et Rocozels un agréable petit village de vacances.

P1080392.JPG

Attardons-nous au cœur du village près de la fontaine de la place du Grifoul et de son église Saint Jean-Baptiste du XIIè siècle, une remarquable église fortifiée en grès, où se mélange harmonieusement architecture romane et gothique. Ceilhes possède aussi un riche passé minier avec ses mines de plomb exploitées dès la période gallo-romane.

P1080386.JPG

Le village peut-être aussi le départ d’une belle excursion vers la source de l’Orb et la route de l’Escandorgue ou d’une balade à pied vers la chapelle de Rouvignac et d’une boucle sur le plateau du Mont Redon. AVENE (375m)

Continuons à suivre le fleuve, c’est en 1964 que l’Orb emplit la retenue d’Avène, nous sommes au cœur du pays des Monts et des Sources. Arrêtons-nous un instant près de la source Sainte-Odile, chargée d’oligo-éléments aux propriétés apaisantes, exploitée depuis le XVIIIè siècle, mais plus connue aujourd’hui sous son appellation « eau d’ Avène » depuis sa commercialisation par le groupe Fabre qui relança dès 1975 le laboratoire dermatologique et développa un établissement thermal dédié aux affections cutanés qui redonne de la vie au petit village.

P1080416.JPG

En randonnée vous partirez vers le hameau de Sadde, ou pour le Mont Peyreguille et sa table d’orientation ou encore pour un tour en forêt sur le canton de Bouïsse pour bénéficier d’une superbe vue sur le lac–réservoir d’Avène ou même d’en faire le grand tour.

LE BOUSQUET D’ORB (257m)

La petite route des Monts d’ Orb, la D8, que nous empruntons depuis Ceilhes jusqu’au Bousquet d’Orb , nous permet de suivre l’Orb au plus près dans son parcours encore sauvage et étroit, de traverser les petits bourgs de la Rode Basse, Truscas, Serieys et Taillevent et d’admirer au passage les gorges et les chutes du Canélou et le château de Cazilhac construit au XIème siècle par les moines de l’abbaye de Joncels. Arrêtons nous un instant au Bousquet d’Orb, l’ancienne cité minière, centre du Bassin houiller de Graissessac. La sirène de la mine s’est définitivement arrêtée mais vous pouvez retrouver le temps où les mines de charbon étaient encore en activité au Bousquet d’Orb en visitant l'espace muséographique « Les lumières de la mine » où est exposé plus de 150 lampes de mine (lampes à feu nu, lampes de sûreté à huile, à carbure et à benzine, lampes électriques, lampes de maîtrise en laiton ... ), objets quotidiens du mineur, cartes postales et autres documents anciens, issus de la collection privée de Philippe Estang. Des panneaux illustrés complètent la collection et racontent l'histoire de l'ancien bassin minier de Graissessac, des premières concessions (1769) jusqu'à la fermeture des mines en 1962.

P1030046.JPG

Venant de Lunas, Le Bousquet d’Orb est traversé par le GR653, la voie du Sud du Chemin de Saint Jacques de Compostelle. Pour avoir une belle vue sur le village, l’Orb et les sites miniers, vous pouvez suivre son balisage pour grimper sur les pentes de la forêt des Monts d’ Orb et atteindre la tour de guet du Méguillou (786m).

P1030037.JPG

Du Bousquet d’ Orb à Tarassac

BEDARIEUX (200m)

P1050877.JPG

Au Bousquet d’Orb , l’ Orb reçoit le Gravezon, son cours s’assagit et s’élargit. En passant à La Tour sur Orb avant d’arriver à Bédarieux, n’hésitez pas à aller visiter le village médiéval fortifié de Boussagues tout proche (ou même à pied en suivant le GR7). Bédarieux repérable par son imposant viaduc de 37 arches, ancienne petite cité industrielle et minière du XIXème siècle la ville conserve les témoignages d’une économie florissante liée au charbon, au drap et à la bauxite. C’est aussi la ville natale d’Auguste Cot , peintre du second Empire et de Ferdinand Fabre, l’écrivain des Hauts-Cantons !

P1050949.JPG

La randonnée panoramique de Bédarieux c’est l’ascension du Pic de Tantajo (517m) qui domine la ville. A partir de la ville d’autres randonnées faciles sont réalisables en boucle ( le tour du pic de Tantajo –PR, des balades rive droite de l’ Orb sur le Causse de Bédarieux ou rive gauche vers les anciennes mines de bauxite.

COLOMBIERES-sur-Orb (172m)

Ici commence le parcours le plus pittoresque du fleuve , son cours file progressivement vers l’ouest. A Hérépian, célèbre pour sa fonderie de cloches , l’Orb recueille l’eau de la Mare. En continuant à suivre notre fleuve , il est impossible de ne pas porter notre regard entre le Poujol sur Orb et Tarassac, sur “la femme couchée” , “la montagne de lumière”, le massif du Caroux. Le petit villlage de Colombières, pays de Jean-Claude Carrière, sera le point de départ de nos randonnées.

DSC06629.JPG

J’ai choisi le VTT pour parcourir dans la vallée de l’Orb la quinzaine de kilomètres qui relient Bédarieux à Colombières en empruntant la nouvelle voie verte aménagée sur l’ancienne voie ferrée Le massif du Caroux est le “ Top 1” des randonnées dans l’ Hérault, pour son caractère sportif mais aussi pour les panoramas qu’il permet de découvrir. C’est en vous engageant sur les “pistes” du versant sud du Caroux que vous aurez les plus belles vues sur la vallée de l’Orb.

P1080216.JPG

Mon promontoire préféré est la vire de la Roque Rouge, une large vire boisée qui coupe vers 800m d’alt. l’impressionnante paroi de la Roque Rouge qui domine de 600m la vallée de l’Orb. (Accès à la vire depuis Colombières soit par le sentier du Garel ou celui de l’ Esquino d’ Aze) De Tarassac à Cessenon-sur-Orb

Nous sommes partis de sa source près de Romiguières et Roqueredonde sur le plateau de l’Escandorgue, nous avons traversé, Ceilhes-et-Roquozels, Avène, Le-Bousquet-d’Orb, Bédarieux, Colombières-sur-Orb, nous voici arrivés à Tarassac. Après avoir reçu le Jaur, l’Orb infléchit brutalement son cours vers le sud-est, et coule dans une vallée encaissée traversant de superbes villages Vieussan, Ceps, Roquebrun, Cessenon, etc jusqu’au défilé de Réals …

VIEUSSAN (107m).

P1060880.JPG

Il faut monter par les petites ruelles aux senteurs méditerranéennes de ce charmant petit village fleuri jusqu’aux ruines de son château “Le Castelas” du XIIe pour bénéficier d’une superbe vue sur le village et les vignobles qui l’entoure, sur les monts d’ Orb , le versant sud du Caroux qui barre l’horizon mais aussi sur les beaux méandres de l’Orb qui coule à ses pieds.

P1060876.JPG

Les randonnées autour de Vieussan se font dans un paysage sauvage de garrigues aux couleurs et senteurs méditerranéennes, au milieu des buis et chênes verts, buissons de genévriers, touffes de thym, romarin, lavande et bruyère ou genêts à balais. Une des plus belles est sans doute celle qui conduit au roc Traucat et à la Tour du Pin aux reliefs escarpés offrant de magnifiques vues sur les paysages avoisinants , le pic de Naudech, le Caroux notamment et le Canigou plus lointain.

CEPS (102m)

P1080472.JPG

Avant d’arriver à Roquebrun, arrêtez vous à Ceps. Autrefois desservie par des barques reliant les deux rives de l’Orb, aujourd’hui un pont construit à la fin du XIXème siècle désenclave le village. Vous apprécierez ce site , le département de l’ Hérault a installé sur les rives de l’ Orb, une aire de pique-nique et de loisirs ombragée ainsi qu’une plage permettant la baignade et l’accostage ou la mise à l’ eau de canoë-kayaks.

P1080479.JPG

Ce sera le point de départ d’une randonnée classique « l’ Ayrolle » « les gorges de l’ Orb » que vous retrouverez dans plusieurs topo-guides régionaux : un bel itinéraire qui remonte dans la première partie de la randonnée les méandres des gorges de l’Orb avant de revenir vers Ceps par l’épais maquis qui recouvre le versant Ouest du sommet de l’ Ayrolle. (NB. Le retour vers Ceps peut se faire soit par l’itinéraire jaune du PR , soit en suivant les bornes vertes du réseau Vert départemental.

ROQUEBRUN (95m)

Exposé plein sud, à l’abri des vents du Nord, bâti en étage sur les flancs schisteux des monts de l’ Esquirol, le village bénéficie d’un microclimat qui lui a valu le surnom de « Petit Nice ».On le dit « village le plus chaud de l’Hérault », protégé par les avants-monts du Biterois des rigueurs de l’hiver , sur un sol schisteux qui restitue la chaleur, agrumes et cactus y ont été introduits, et les orangers, palmiers, citronniers et mimosas garnissent les jardins des maisons. Roquebrun est dominé par une tour carolingienne, seul vestige du château édifié au Xème siècle, c’est à ses pieds qu’ a été créé par le C.A.D.E (Collectif Agricolepour le Développement et l’Environnement ) un jardin en terrasse à vocation scientifique et touristique qui accueille des parterres de fleurs propres à la garrigue, un verger méditerranéen et de belles variétés de plantes exotiques, à découvrir le long d’un beau sentier botanique.A découvrir aussi dans le bas du village ses trois moulins du XVIè s. : le premier les pieds dans l’Orb, servait à fouler les draps, le deuxième à moudre le grain et le dernier était réservé à la fabrication de l’huile d’olive. Ne manquez pas en février la fête du mimosas : les mimosas de Roquebrun qui décorent les chars et qui embaument à cette saison les rues du village sont pour la plupart des acacias originaires d’Australie.

Si vous choisissez de randonner à partir de Roquebrun évitez les fortes chaleurs de l’été pour entreprendre une petite grimpette. La rue des Olivettes, le chemin de la Garenne, le chemin du Garrigas, pas de doute, c’est bien de « méditéranéitée qu’il est question ! Vignes et oliviers, puis chênes verts , chênes kermès, grands genets à balais et piquants genêts scorpions et enfin bouquets de thyms, romarins, lavandes, bruyères et autres plantes odoriférantes vous accompagnent jusqu’au col de l’Esquirol. L’itinéraire balisé en bleu vous permez de réaliser une petite boucle sympathique de 7km, après « le rendez-vous des chasseurs »(!) vous découvrirez des vestiges d’habitations en ruines avec leurs terrasses jadis cultivées ou subsiste encore au milieu des chênes quelques châtaigniers, noisetiers et arbousiers (le saviez-vous l’arbousier, ce petit arbrisseau aux fruits rouges appartient à la famille des bruyères, les éricacées !) Enfin , avant d’atteindre Roquebrun, vous traverserez une carrière de marbre, autre témoin d’un passé révolu,

CESSENON-SUR-ORB (65m)

Cessenon fait parti de ces beaux villages circulaires que l’on trouve dans la plaine héraultaise. Ces « circulades » comme on les appèlent datent toutes de l’an mille environ et se développent sur un plan presque identique de 200m de diamètre. Cessenon s’est développé dans une courbe de l’Orb, bien que pillé et en partie détruit par les assauts de Simon de Montfort et par les guerres de Religion, le village garde quelques vestiges romains et médiévaux avec son donjon du XIème siècle au milieu des traces de remparts.

Entre Cessenon et Roquebrun faites un peu de géologie ! Un site remarquable de réputation mondiale à ne pas manquer, une réserve naturelle géologique régionale « la carrière de marbre de Courmiac ». C’est une carrière antique, exploitée industriellement de 1890 à 1965. Les carriers d’antan y exploitaient « un marbre à griotte » rouge. Réputé pour sa qualité certains blocs ont été utilisés pour la décoration d’ édifices prestigieux. L’ exemple le plus réputé est celui de ala Maison Blanche à Washington. Sur le site, un parcours de découverte a été aménagé expliquant l’exploitation de la carrière, la botanique et la géologie du lieu. Courmiac est un site géologique important servant de référence au passage entre deux étages du Dévonien : le Frasnien et le Famennien au cours duquel une énorme catastrophe marine a fait disparaître dans l’océan primaire l’essentiel des animaux : Trilobites et, Goniatites et autres espèces. Une dalle de la carrière constituée de cadavres de Goniatites a été retenue comme référence mondiale unique par le Comité international de stratigraphie comme témoin de l’ une des plus grandes crises qui a affecté le monde vivant. AU FIL DE L’ORB en canoë-kayak

Avant d’atteindre la Méditerranée , l’Orb garde son caractère sauvage. Entre Le Poujol, Tarassac et Cessenon-Reals , il coule dans une vallée encaissée où se succède des sites pittoresques. La meilleure manière de les découvrir est d’entreprendre en eau vive et claire une descente en canoë kayac en pleine liberté.

Les rapides s’enchaînent sur ce tronçon sinueux de l’Orb. Mais il peut aussi s’assagir entre vignes et garrigues vous offrant de splendides points de vue, de belles traversées de villages, des espaces de détente et de baignade.

Les bases nautiques de Tarassac et de Cessenon , proposent des parcours pour débutants et « pros » tout au long de ce tronçon somptueux de 37km. Pour une journée de découverte où 3 jours d’aventure au fil de l’Orb !

Le Poujol - Tarassac (9km) Un parcours à la fois ludique et progressif. L’Orb s’écoule entre les gravières et les plages de sable. La rivière s’accélère au fur et à mesure des rapides jusqu’à Colombières sur Orb. La seconde partie, après la glissière est plus dynamique jusqu’à l’arrivée sur la base de Tarassac. Ce trajet offre un panorama exceptionnel sur le Caroux, les gorges d’Arles et la tour d’Albine. Ouvrez bien les yeux, vous pourrez certainement observer hérons cendrés et milans noirs qui s’offrent en spectacle au dessus de la rivière. Tarassac – Roquebrun (16km) Vous partez de la base de Tarassac pour rejoindre Roquebrun. Parcours à la journée avec un pique-nique sur l’eau pour la pause repas. Voilà une agréable descente familiale qui vous porte au fil des rapides au coeur de la vallée de l’Orb. Vous traverserez des villages typiques tels que Vieussan, Ceps, et vous pourrez découvrir à votre arrivée une vue spectaculaire de Roquebrun, « le petit Nice » comme on l’appelle ici…

Roquebrun – Réals (12km) Le départ face au village de Roquebrun surnommé « le petit Nice de l'Hérault » et aux anciens moulins, met tout de suite dans l'ambiance ! Les premiers coup de pagaie vous amène ensuite vers « le rapide du portefeuille ». Vous passerez la glissière du barrage de Maynard avant de vous attaquer au « passage de l'équerre ». Désormais, la grotte et la source du Foulon approche, certainement le passage le plus sauvage de la vallée. Plus bas vous traverserez le village de Cessenon avec sa tour et son pont suspendu. Le passage « Indiana Jones » et l'arrivée à Réals clôturent ce joli parcours.

Pour en savoir plus : Location et parcours , sur http://www.base-reals.com/ Réals Canoë Kayak Route de Murviel 34460 Cessenon/ Orb Tél : +33 (0)4.67.89.61.65 Courriel : info@base-reals.com http://www.canoe-tarassac.com/ : Moulin de tarassac, 34390 Mons la Trivalle, France 04 67 97 74 64 contact@canoe-tarassac.com

J’ai laissé les eaux vives et mon canoë à Cessenon pour enfourcher mon VTT et continuer à suivre au plus près par les petites routes le cours de l’Orb jusqu’à sa rencontre avec la Méditerranée et l’estuaire de Valras-plage.

Dans ce dernier parcours vers la mer , le fleuve s’est assagi et se prélasse au milieu des vignes. Mais attention à ses colères, l’Orb est un fleuve imprévisible, très capricieux et peut – suite à des fortes pluies- devenir un torrent furieux, Bien qu’il pleuve deux fois moins à Béziers qu’à sa source sur l’Escandorgue, c’est toujours dans la basse vallée que les inondations sont les plus dévastatrices lorsque le fleuve déborde de son lit. Ici, en traversant Béziers, on ne peut oublier la crue de 1953, du 5 au 8 décembre : avec un débit de 2500m3/s , l’Orb à tout emporté sur son passage , faisant 2 morts et 2000 sinistrés laissant derrière lui un paysage de désolation. (Par comparaison sachez que le débit moyen annuel du fleuve à Béziers est de l’ordre de 28m3/s et celui d’étiage de 3m3/s ! pour une dénivellation du lit de 44m pour 27km entre Cessenon et Béziers).

Après une dernière chute de 3,80m, l’Orb rejoint le bief maritime presque horizontal jusqu’à la mer. Arrivé au bout de ses 136km, l’Orb au cours des siècles a divagué près de son embouchure entre Valras et le cordon littoral à l’ouest, se séparant en trois bras majeurs mais petit à petit l’homme par ses travaux d’aménagement a favorisé l’estuaire unique actuel à Valras-plage.

Ainsi s’achève au bout de ses 136km, la belle course de notre fleuve côtier qui, de l’Escandorgue à la Méditerranée, traverse toutes les facettes du département de l’Hérault et contribue fortement à son identité et son unité ? De Cessenon-sur-Orb à la mer

Nous sommes partis de sa source près de Romiguières et Roqueredonde sur le plateau de l’Escandorgue, nous avons traversé, Ceilhes-et-Roquozels, Avène, Le-Bousquet-d’Orb, Bédarieux, Colombières-sur-Orb. A Tarassac, après avoir reçu le Jaur, l’Orb infléchit brutalement son cours vers le sud-est, et coule dans une vallée encaissée traversant de superbes villages Vieussan, Ceps, Roquebrun, Cessenon, etc jusqu’au défilé de Réals. Nous voici arrivés sur les rivages de la Méditerranée au terme de notre voyage au fil de l’Orb …

BEZIERS (62m)

Béziers, capitale de l’ Orb ! Vu des rives du fleuve et dans sa traversée, le regard se porte vers ses ponts qui franchissent l’ Orb , la cathédrale Saint-Nazaire qui domine le ciel et le canal du midi tout proche avec ses ingénieux ouvrages d’art propice à d’agréables balades au fil de l’eau. Si vous pénétrez dans la ville outre la cathédrale qui se dresse sur le point culminant de la cité et qui offre au promeneur un superbe panorama sur la plaine viticole, le canal du Midi et l’oppidum d’ Enserune, vous ne manquerez pas de découvrir : les beaux hôtels particuliers du XIXè s. témoins de la richesse de la ville à cette époque grâce à l’ essor de la viticulture et les allées Paul Riquet, agréable promenade, qui se terminent par le plateau des Poètes, qui doit son nom à quelques bustes de poètes biterrois présents dans ce parc dessiné à l’anglaise.

P1080569.JPG

J’aime les balades urbaines, les murs ont une histoire, de la cité romaine à la capitale viticole, Béziers se raconte au fil des places, des ruelles, des allées et jardins que l’on découvre en flânant dans la ville.

Si vous avez choisi de venir à pied et à vélo en suivant les anciens chemins de halage qui bordent les rives du canal de midi, démarrez à 1,5km au SW de Béziers du parking des écluses de Fonséranes.

De Béziers, débutez la balade place Jean-Jaurès face à la statue de Paul Riquet.

A ne pas manquer sur le parcours : Les 7 écluses de Fonséranes, véritable escalier d’eau et le Pont-canal qui franchit l’Orb, deux ouvrages majeurs du canal du midi

P1080565.JPG

Le Jardin du Plateau des Poètes, les allées Paul Riquet bordées d’hôtels particuliers du XIXè et se terminant par le théâtre inauguré en 1844.

En pénétrant par la rue du 4 septembre dans la vieille ville à voir :

Rue du 4 septembre : La chapelle des Pénitents (XVè) – l’hôtel de Graulhe (XVIè-XVIIè) au n°24.

Rue d’Envedel : au n°1bis, la maison romaine considérée comme la plus ancienne habitation de Béziers.

Place de la Madeleine – la préférée des biterrois- l’église dfe la Madeleine construite au XI et XIIè qui fut au centre du massacre lors de la prise de Béziers en 1209, au cours de la croisade contre les Albigeois.

Enfin à l’W, au point culminant de la ville, découvrez la cathédrale Saint-Nazaire, édifice du XIIIè et XVè, avec son clocher, son cloître qui donne sur le Jardin des Evêques, son parvis et sa terrasse qui offre un magnifique panorama sur le Biterrois.

Et s’il vous reste encore un peu de temps, terminez votre balade par deux hôtels de la vieille ville, l’hêtel Fabrégat, 6 pl. de la Révolution et l’hôtel Fayet, 9 rue du Capus, qui se partagent les collections du musée des Beaux Arts.

SERIGNAN (7m)

P1080345.JPG

Ici, fleuve et mer se rejoignent, en témoigne le port installé sur les rives de l’ Orb, commercial jusqu’au XVIIIè s de plaisance aujourd’hui. Cette petite ville du bord de l’Orb a du charme, serpentez au coeur de la ville pour une courte balade.

Vous ne pouvez pas les manquer vous partirez des 170 pylônes en métal ajouré -œuvre de Daniel Buren- déployés sur le Parvis de la Cigalière puis vous pénètrerez dans le centre historique de la cité. Sérignan garde sa structure médiévale avec des traces de ses remparts et une tour aux pierres noires en basalte. Vous aimerez sur le parcours, l’ancienne Halle et sa tour-clocher, la Promenade et ses allées de platanes. Enfin, vous parvenez à la Collégiale Notre Dame de Grâce (XIIè-XVè) avec son clocher, imposante tour de 30 mètres de haut et sa flèche élancée dominant l’ancien village. représente un des plus beaux exemples d’art gothique en Biterrois..

SERIGNAN-PLAGE et VALRAS-PLAGE

P1090119.JPG

C’est entre ces deux cités balnéaires héraultaises, que l’ Orb termine sa course vers la Méditerranée.

P1090111.JPG

Avant de gagner les plages vous traverserez à l’embouchure du fleuve, le site naturel des Orpellières («Orb pelé») un espace de 150 hectares constitué d’une plage, d’un cordon dunaire de 2,5km et d’une vaste zone de pré-salé. Sur le site, dès 1984 sont mises en place des actions de réhabilitation : des ganivelles sont disposées pour capter les sables apportés par la mer ou les vents et ainsi favoriser la reconstitution des dunes. Aujourd’hui, classé Natura 2000, le site semble avoir retrouvé son équilibre.

(en cours de mise à jour....)

Discussion

No comments yet.